Des demandes d'aide en hausse

Le drame du secteur Trois-Rivières-Ouest pourrait avoir influencé... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Le drame du secteur Trois-Rivières-Ouest pourrait avoir influencé la hausse des demandes d'aide à la Maison de connivence.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Maison de connivence vit actuellement une hausse des demandes de soutien de la part de jeunes femmes vivant de la violence conjugale. Et le drame du secteur Trois-Rivières-Ouest n'est pas étranger à cette situation.

Johanne Fréchette, directrice de cette maison qui offre des services d'aide aux femmes violentées, confirme que le triple meurtre a entraîné un plus grand flux de demandes.

«On a beaucoup d'appels depuis deux jours de femmes qui ont peur que leur conjoint passe à l'acte de les tuer. On a des demandes de très jeunes femmes, 18, 19 ans. C'est plus que d'habitude. Les femmes craignent pour leur vie. Il faut dire que le drame s'est passé chez nous. On peut s'identifier à une famille comme celle-là», raconte Mme Fréchette, qui est grandement attristée de voir qu'un tel drame soit arrivé et que de jeunes personnes soient les victimes.

La Maison de connivence accueille beaucoup de demandes provenant de femmes âgées de 16 à 20 ans. Cette catégorie de clientèle représente environ 10 % des dossiers traités à cette maison.

«C'est beaucoup, car ces gens commencent leur vie et ça commence déjà dans la violence. C'est anormal de voir des jeunes déjà dans cette situation.»

Pour corriger la situation, Johanne Fréchette mise sur la prévention à l'école secondaire. Mme Fréchette estime que la sensibilisation à avoir des relations amoureuses saines, égalitaires et libres de toute violence et de tout contrôle est essentielle. De cette façon, on rejoint les adolescents dans leur milieu scolaire et on s'assure que leurs pairs soient outillés pour déceler une crise qui se prépare.

«On peut avoir une bonne relation, comme parent, avec notre adolescent. Mais ses amis seront les plus importants. Il va parler avec ses amis de ce qui se passe dans son coeur. Et à l'adolescence, les émotions varient rapidement. On entend souvent les gens dire que c'est rien que des amours d'adolescents.Mais pour eux, c'est très grave. Ils ont des émotions fortes et il faut qu'ils apprennent à les gérer. Si on ne les aide pas à avoir des moyens, on ne fait pas notre travail.»

À la Maison Le Far, la prévention auprès des adolescents est aussi le nerf de la guerre. Voilà pourquoi une intervenante jeunesse de cette maison qui accueille des femmes violentées et en difficultés visitecertaines écoles en compagnie d'un intervenant d'Accord Mauricie, un centre d'aide pour hommes violents.

«Il y a beaucoup d'ouvrage à faire pour contrer la violence. Notre intervention est axée sur les relations amoureuses. On rencontre les élèves de troisième et de cinquième secondaires pour parler de rapports égalitaires dans les relations amoureuses. Et ça arrive qu'après des rencontres, des jeunes viennentnous voir», constate Isabelle, l'intervenante jeunesse à la Maison Le Far.

Johanne Fréchette considère que les nombreux messages sombres observés sur la page Facebook d'un des coaccusés dans ce triple meurtre sont autant d'appels à l'aide qui ont été lancés par le jeune homme.

«On ne peut pas avoir plus gros que ça. Je pense que les adolescents, c'est la clientèle à privilégier. Mais il y aura toujours des gens qui vont passer sous le radar et c'est une grande tristesse».

La Maison Le Far offre ses services d'aide aux adolescentes et aux proches de victimes de violence conjugale pour les aider à comprendre les mécanismes de ce fléau.

«Le message qu'on lance aux gens est d'aller chercher de l'aide, que ce soit dans les organismes, les centres de santé et de services sociaux. Allez chercher de l'aide. Rapidement», conclut Johanne Lemay, directrice de la Maison le Far.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer