Mort de Louis Descôteaux: véritable onde de choc

Louis Descôteaux et Nancy Parent vivaient une jeune... (Photo: Facebook)

Agrandir

Louis Descôteaux et Nancy Parent vivaient une jeune histoire d'amour avant que l'ex-policier originaire de la région soit assassiné.

Photo: Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Trois-Rivières) La mort tragique de Louis Descôteaux à Scottsdale en Arizona a créé une véritable onde de choc. L'homme originaire de la région, qui est un ancien policier de Beloeil, a été assassiné la semaine dernière vraisemblablement par Scott Jablonsky, l'ex-conjoint de son amoureuse, une amie perdue depuis 20 ans que Louis Descôteaux avait retrouvée grâce à Facebook.

Cette amoureuse retrouvée, Nancy Parent, préfère pour l'instant garder le silence, au même titre que la famille immédiate de Louis Descôteaux. La soeur de celui-ci a mentionné au Nouvelliste que la famille ne voulait faire aucun commentaire, désirant vivre son deuil dans l'intimité.

La vie de Nancy Parent est complètement chamboulée depuis une semaine, alors que son ex-conjoint, Scott Jablonsky, aurait fait irruption au nouveau domicile de l'ex-policier québécois, à Scottsdale, pour le tuer avant de s'enlever la vie dans une salle de repos située dans les bureaux de son employeur. La femme qui vit en Arizona depuis de nombreuses années a publié un court commentaire sur Facebook hier, sous une photo qui la montre avec Louis Descôteaux devant un coucher de soleil. Cette déclaration démontre l'amour qu'elle avait pour son nouveau conjoint. «The forever captured moment [moment gravé dans ma mémoire à jamais]... Je t'aime. Je t'aime pour toujours mon chéri», écrivait-elle hier.

«Il parlait tout le temps d'elle»

Louis Descôteaux était retourné aux études depuis l'automne dernier. Cet ancien policier qui a travaillé à Beloeil pour la Régie intermunicipale de police de Richelieu - Saint-Laurent étudiait la photographie au Centre de formation professionnelle Bel-Avenir à Trois-Rivières.

«Son rêve était de devenir photographe et journaliste. Il avait déjà commencé à écrire d'ailleurs sur l'histoire d'amour qu'il vivait avec sa nouvelle conjointe, qu'il avait retrouvée après près de 20 ans», affirmait hier en entrevue une collègue d'école de Louis Descôteaux.

«Son histoire d'amour était tellement touchante et inspirante. Nous aurons un dur retour à l'école en septembre.»

La jeune photographe décrit Louis Descôteaux comme un homme passionné et inspirant. Son histoire d'amour avec son amie de jeunesse était très connue. «Il parlait tout le temps d'elle. Il disait même qu'il était prêt à se sacrifier pour elle», explique-t-elle toujours ébranlée par les événements.

«Les deux voulaient même se marier l'an prochain. Il a laissé tomber sa vie ici il y a un mois pour aller la rejoindre.»

L'agent Serge Côté de la Régie affirmait par ailleurs hier que plusieurs policiers qui ont connu Louis Descôteaux étaient très touchés par ce qui lui était arrivé. Un oncle de la victime précisait aussi hier au Nouvelliste que Louis Descôteaux avait dû quitter son métier de policier en raison de problèmes de santé.

La thèse du meurtre suivi d'un suicide toujours retenue

Le Département de police de Scottsdale n'avait pas hier de nouveaux éléments à divulguer sur cette sordide histoire. «D'après ce que nous avons été en mesure de déterminer à ce stade, il semble que Jablonsky et son épouse se soient récemment séparés. Descôteaux était le petit ami de la femme», expliquait hier l'agent David Pubins, du Département de police de Scottsdale, qui souligne par ailleurs que la thèse du meurtre suivi d'un suicide dans le cadre d'un triangle amoureux est toujours retenue.

«Bien que nous attendons la confirmation du médecin légiste, nous croyons que Jablonsky a tiré avec une arme à feu sur Louis Descôteaux à l'extérieur de son appartement avant de se rendre au lieu de travail de son épouse pour se suicider.»

Par ailleurs, David Pubins affirme que la dépouille de Louis Descôteaux est soumise à une autopsie par le médecin légiste du comté de Maricopa. Elle devrait par la suite être rapatriée au Québec pour ses obsèques.

Avec la collaboration de Frédéric Lacroix-Couture

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer