Le patron de la MMA fait face aux citoyens en colère de Lac-Mégantic

Edward Burkhardt, président de Rail World, le principal... (Photo: La Presse Canadienne)

Agrandir

Edward Burkhardt, président de Rail World, le principal actionnaire de Montreal, Maine & Atlantic Railway (MMA), a répondu aux questions des journalistes aujourd'hui à Lac-Mégantic.

Photo: La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le président de l'entreprise ferroviaire impliquée dans la catastrophe à Lac-Mégantic est arrivé aujourd'hui dans la municipalité dévastée, donnant lieu à une scène chaotique.

Edward Burkhardt, président de Rail World, le principal actionnaire de Montreal, Maine & Atlantic Railway (MMA), a été escorté à travers la ville par des agents de la Sûreté du Québec, tandis que des dizaines de résidants lui criaient des injures.

Un citoyen a déclaré qu'il avait accéléré sur son vélo en découvrant que M. Burkhardt était arrivé en ville afin de l'interpeller. Le cycliste a crié sa colère à plusieurs reprises devant l'homme d'affaires.

La police a maintenu à distance un autre homme portant des drapeaux canadien et américain, qui tentait de s'approcher de M. Burkhardt après un point de presse avec les journalistes.

Il s'agit de la première visite de M. Burkhardt à Lac-Mégantic, plus de quatre jours après la catastrophe.

Le patron de l'entreprise a expliqué qu'il était resté à Chicago au cours des derniers jours afin de gérer la crise à partir de son bureau, où il était plus facile pour lui de communiquer avec les assureurs et les responsables répartis en différents lieux. Il a affirmé qu'il travaillait 20 heures par jour depuis la tragédie.

«Suis-je une personne empathique?» a lancé M. Burkhardt. «Je me sens terriblement mal. Je suis dévasté par ce qui s'est passé.»

L'homme d'affaires a semblé prendre la responsabilité du désastre, affirmant que les freins à main du train pourraient ne pas avoir été activés correctement. La veille, son entreprise avait semblé blâmer les pompiers qui ont éteint un incendie dans le train dans le village voisin de Nantes, peu avant sa course fatidique vers Lac-Mégantic.

M. Burkhardt a promis de répondre énergiquement à la crise humanitaire. Il a déclaré que son entreprise établirait un partenariat avec la Croix-Rouge, les assureurs et les gouvernements pour financer l'aide aux sinistrés et la reconstruction des maisons.

«Nos ressources financières seront consacrées à cette aide», a dit M. Burkhardt. «C'est la priorité.»

Une aide de 60 millions $

Peu avant midi, le gouvernement du Québec octroie une aide de 60 millions $ à Lac-Mégantic, a annoncé la première ministre Pauline Marois.

Les sinistrés auront droit très rapidement à une aide de subsistance, a indiqué Mme Marois après une réunion du conseil des ministres presque entièrement consacré à la tragédie.

Elle a promis que son gouvernement lèverait tous les obstacles bureaucratiques qui pourraient ralentir la distribution d'une aide financière aux citoyens éprouvés et à la municipalité.

Une tranche de 25 millions $ sera disponible immédiatement pour l'aide directe aux sinistrés. La même somme sera allouée à la planification de la reconstruction du centre-ville de Lac-Mégantic, a dit la première ministre.

Mme Marois a précisé qu'il s'agissait d'une somme de départ qui pourrait augmenter en fonction des besoins.

Les drapeaux du Québec seront mis en berne au Parlement et sur tous les édifices publics de la province pendant une semaine à partir de demain matin, a-t-elle annoncé.

Pauline Marois a par ailleurs déclaré qu'elle se rendrait de nouveau à Lac-Mégantic demain pour rencontrer la mairesse, dont elle a salué le courage, ainsi que les résidants durement éprouvés par la catastrophe.

Une soixantaine de disparus

Pendant ce temps, une soixantaine de personnes sont désormais portées disparues à Lac-Mégantic, mais seulement 15 corps ont été retrouvés jusqu'à maintenant, a annoncé la Sûreté du Québec (SQ) ce matin.

Le précédent bilan faisait état d'une cinquantaine de disparus au total. Aucun autre corps n'a été retrouvé durant la nuit.

L'inspecteur Michel Forget, de la SQ, a déclaré lors d'un point de presse que le nombre de disparus continue de fluctuer et que les autorités ne sont pas en mesure de publier une liste pour l'instant.

La SQ continue de recevoir des appels de citoyens qui signalent la disparition d'un proche, tandis que certaines personnes portées disparues sont retrouvées entre-temps, ce qui empêche les autorités d'établir une liste définitive, a expliqué l'inspecteur Forget.

Les autorités mettent la population en garde contre les listes non officielles qui circulent dans certains médias et sur les réseaux sociaux, affirmant que cela a des impacts énormes sur les gens qui y voient le nom d'une personne qu'ils connaissent.

Les 15 dépouilles retrouvées jusqu'à maintenant ont été transportées à Montréal, mais aucune n'a encore été identifiée, a précisé Geneviève Guilbault, du Bureau du coroner.

Les autorités traitent le périmètre du désastre comme une «scène de crime». L'inspecteur Forget a exclu la piste terroriste, mais a indiqué que plusieurs autres causes étaient envisagées par les enquêteurs, notamment la négligence criminelle.

«Nous avons une énorme tâche devant nous», a déclaré M. Forget. «Nous ne sommes pas à l'étape de procéder à des arrestations.»

Le président de la société-mère de l'entreprise impliquée dans la catastrophe, Edward Burkhardt, est attendu aujourd'hui à Lac-Mégantic, où il devrait rencontrer les sinistrés pour la première fois.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer