Un forcené se barricade dans son véhicule

Un homme a tenu les policiers en haleine,... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Un homme a tenu les policiers en haleine, hier matin, à Bécancour. Il s'était barricadé dans sa voiture après une poursuite policière.

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Bécancour) Un homme possiblement armé a tenu les policiers de la Sûreté du Québec en haleine, hier matin dans le secteur Sainte-Angèle-de-Laval, à Bécancour, alors qu'il est demeuré barricadé pendant près de trois heures dans son véhicule au terme d'une courte poursuite policière survenue sur le boulevard Bécancour.

La voiture du fuyard... (Photo: Stéphane Lessard) - image 1.0

Agrandir

La voiture du fuyard

Photo: Stéphane Lessard

Un important périmètre de sécurité a été érigé... (Photo: Stéphane Lessard) - image 1.1

Agrandir

Un important périmètre de sécurité a été érigé par les policiers.

Photo: Stéphane Lessard

Tout a commencé vers 8 h 20 lorsque la SQ a reçu un appel d'urgence de la part d'un déménageur qui était en déplacement et qui disait avoir été pointé et menacé par un autre automobiliste qui était en possession d'une arme, à Bécancour. Immédiatement, une chasse à l'homme s'est enclenchée. «Le citoyen a donné une bonne description du véhicule recherché», note le sergent Claude Denis, de la Sûreté du Québec. Vers 10 h, le suspect a été localisé par les policiers et a refusé de se rendre, ce qui a mené à une courte poursuite d'environ cinq kilomètres.

Après quelques manoeuvres dangereuses du conducteur pendant la poursuite, un tapis clouté a dû être utilisé pour tenter de freiner le forcené. Malgré l'efficacité du tapis qui a crevé les pneus du véhicule, l'automobiliste a tout de même continué sa cavale pendant quelques instants avant de finalement terminer sa route sur le terrain d'une résidence privée du boulevard Bécancour.

C'est alors que l'homme âgé dans la mi-vingtaine a amorcé son siège dans son véhicule, refusant de se rendre aux autorités. Comme le suspect était possiblement armé, selon les informations dont ils disposaient, les policiers ont donc érigé un vaste périmètre de sécurité, entre les avenues Godefroy et des Jasmins, en plus d'évacuer cinq maisons du secteur. Ils ont ensuite tenté d'entrer en communication pour le convaincre de lâcher prise pacifiquement.

Puis, peu avant 13 h, après une délicate intervention, les policiers ont constaté que le suspect ne démontrait plus de signe de vie. Ils se sont alors approchés du véhicule pour finalement maîtriser l'individu, sans que personne ne soit blessé.

Aussitôt arrêté, l'homme a été transporté au centre hospitalier pour y être évalué. Les enquêteurs devaient le rencontrer, hier, afin de tenter de comprendre ce qui s'était produit. Des accusations criminelles devraient éventuellement être déposées contre le forcené au terme de l'enquête.

Hier, la Sûreté du Québec n'était pas en mesure de confirmer quel type d'arme le suspect possédait, ni même s'il était bel et bien en possession d'une arme à feu lors des événements. «Il faut comprendre que l'enquête n'est pas terminée. On n'a pas tous les éléments. On doit fouiller le véhicule de façon exhaustive. C'est trop tôt pour le confirmer. Ce qu'on sait avec certitude c'est que le citoyen a indiqué qu'il venait d'être pointé par un automobiliste qui avait une arme», a indiqué le sergent Denis.

Quant à savoir si les deux individus impliqués dans l'événement initial se connaissaient, la SQ n'a pas été en mesure de s'avancer sur cet aspect non plus.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer