Sexe avec un élève: une surveillante sous enquête

Une employée de l'Académie les Estacades est sous... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Une employée de l'Académie les Estacades est sous enquête pour agression sexuelle sur un élève.

Photo: François Gervais

Partager

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

La Sécurité publique de Trois-Rivières mène une enquête sur une agression sexuelle qui aurait été commise par une surveillante de l'Académie les Estacades à l'endroit d'un élève âgé de 16 ans.

La semaine dernière, une rumeur aurait circulé à l'intérieur de cette école secondaire du secteur Cap-de-la-Madeleine selon laquelle un élève aurait eu un ou des rapports sexuels avec une surveillante. Les gestes se seraient déroulés à l'école. Selon certaines informations recueillies par Le Nouvelliste, la direction de l'école aurait été mise au parfum de l'histoire, car le jeune homme aurait ébruité la nature de ses ébats avec cette femme.

«La direction de l'école a fait une enquête administrative et il y a eu une plainte qui a été portée à la sécurité publique», confirme le capitaine Réjean Vivier, de la Sécurité publique de Trois-Rivières.

Malgré le fait que le jeune homme aurait été consentant, la plainte a tout de même été enregistrée. Étant surveillante dans une école, la femme se trouvait en situation d'autorité.

«La police s'est rendue à l'Académie les Estacades, précise le capitaine Vivier. L'enquête au dossier est pour une agression sexuelle.»

La directrice générale de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, Hélène Corneau, confirme que la commission a porté plainte à la Sécurité publique de Trois-Rivières.

«Un membre du personnel affecté à la surveillance des élèves à l'Académie les Estacades est suspendu de ses fonctions par la commission scolaire, avec solde pour l'instant. La situation a été portée à notre connaissance la semaine dernière et on a rapidement contacté la police.»

Très prudente dans ses déclarations, Mme Corneau refuse de préciser s'il s'agit d'une femme ou d'un homme et de révéler depuis combien d'années cette personne est à l'emploi de la commission scolaire. Tout indique cependant qu'il s'agit bien d'une femme.

«Pour le reste, on attend le résultat de l'enquête. Dès qu'un incident est porté à notre connaissance, on essaie d'agir avec efficacité le plus rapidement possible. On retire la personne de ses fonctions et on mène une enquête à l'interne, le temps de trouver les informations. Après, on prendra une décision.»

Ce cas présumé n'est pas sans rappeler celui impliquant une ex-enseignante de Rosemère. Tania Pontbriand vient de subir un procès pour agression sexuelle sur un mineur placé sous son autorité.

La victime alléguée, un élève, était âgée de 15 ans au moment où cette histoire aurait commencé. Les faits présumés se seraient déroulés entre 2002 et 2004. Selon lui, les deux personnes auraient eu environ 300 relations sexuelles dans de nombreux endroits, notamment à l'école.

Ce procès a duré plus d'un an et demi et le verdict du tribunal doit être connu en juin.

Aux États-Unis, l'histoire de Mary Kay Letourneau a fait grand bruit il y a une quinzaine d'années. Cette ex-enseignante d'une école de la région de Seattle a purgé une peine de sept ans et demi de prison après avoir été trouvée coupable, en 1997, de viol sur un mineur. Elle avait entretenu une relation avec un élève durant deux ans.

Au début de leur histoire, l'élève avait 12 ans et Mary Kay Letourneau avait 34 ans. Les deux amants se sont épousés en 2005.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer