Explosion au motel Le Havre: soupir de soulagement

C'est tout ce qui reste du motel Le... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

C'est tout ce qui reste du motel Le Havre détruit par une explosion vendredi dernier.

Photo: Sylvain Mayer

Partager

(Trois-Rivières) Plus de 24 heures après la violente explosion du motel Le Havre, l'ancien motel-bar Turco, la Sécurité publique de Trois-Rivières, qui ne connaît toujours pas les causes de l'explosion, confirmait ce week-end qu'aucune personne n'a perdu la vie dans cette catastrophe. Des employés, des résidents et le propriétaire de l'endroit poussent tous un soupir de soulagement et affirment que cette explosion aurait pu avoir de très lourdes conséquences.

Un concours de circonstances a fait que Renée Paquin et sa mère Monique Rabouin ne se trouvaient pas dans le motel lorsque l'explosion est survenue.

Or, les deux dames devaient s'y trouver. Renée Paquin, qui travaillait et habitait dans le bureau d'accueil du motel, s'est levée vendredi plus tôt que prévu après avoir reçu un appel.

«Si personne ne m'appelait, j'aurais été là quand le motel a sauté.»

Renée Paquin s'est par la suite rendue chez une voisine pour prendre un café alors que sa mère est rentrée au travail pour remplacer une collègue. Sa chambre est une de celles qui ont été soufflées par l'explosion.

«J'étais supposée être là, je ne travaillais pas ce vendredi matin. Mais, j'ai changé de quart avec une collègue», dit-elle en réalisant difficilement toute la chance qu'elle a eue. «Si j'avais dormi encore quand c'est arrivé, j'aurais sauté. Les religieuses pour qui je travaille ont prié pour moi.»

«C'est moi la personne que les pompiers cherchaient après l'explosion», ajoute-t-elle. «Tout le monde pensait que j'étais dans ma chambre quand c'est arrivé. On ne voyait pas à cause des débris que ma voiture n'était pas là.»

«C'est pour ça que je paniquais», souligne de son côté sa fille Renée Paquin. «Je ne savais pas si elle était là ou pas.»

Monique Rabouin pleure toutefois la disparition de ses quatre chats. Bien qu'elle croit qu'ils ont péri dans l'explosion, elle garde espoir de les retrouver. «Ça me fait vraiment de la peine. C'était quatre chats persans.»

Les deux dames sont retournées sur le site de l'explosion hier pour récupérer quelques effets personnels et les animaux de Mme Paquin, qui étaient restés dans le bureau d'accueil, qui n'a pas été touché par l'explosion ou l'incendie.

Le propriétaire du motel Le Havre, Guy Tremblay, a brièvement visité les décombres hier. «C'est épouvantable», disait-il après avoir constaté l'ampleur des dégâts.

Guy Tremblay se réjouit toutefois que l'explosion n'ait pas coûté la vie à personne. Il explique par ailleurs que bien de ses employés ont eu très peur et l'ont échappé belle.

«Un employé était dans le bar lorsque c'est arrivé et il a vu voler les bouteilles au-dessus de sa tête», précise-t-il encore visiblement secoué par la catastrophe.

La désolation du site était toujours frappante hier. Des débris, dont certains ont été propulsés à près d'une centaine de mètres, jonchaient toujours le sol. Plusieurs curieux sont venus hier constater l'ampleur des dégâts.

Samedi, la Sécurité publique de Trois-Rivières confirmait en fin d'après-midi que personne n'a été blessé gravement ou n'a perdu la vie dans l'explosion.

De plus, la police de Trois-Rivières révélait qu'aucune hypothèse sur la cause de l'explosion n'est pour l'instant exclue. Toutefois, les enquêteurs ont étudié plus en profondeur les réservoirs de propane.

«Le gaz propane est une des causes probables. Nous avons des experts qui sont venus sur place», affirme le porte-parole de la Sécurité publique de Trois-Rivières, l'agent Michel Letarte.

«Est-ce que l'explosion est de nature accidentelle, est-ce qu'il y a eu une défectuosité, une négligence ou bien est-ce que c'est de nature criminelle? Toutes les hypothèses sont considérées», ajoute l'agent Letarte. «La cause est inconnue. La cause se précise avec la présence de gaz propane et l'ampleur de l'explosion ressentie dans le secteur.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer