Guy Richard remis en liberté

Sophie Côté, de face sur la photo, assistait... (Yanick Poisson)

Agrandir

Sophie Côté, de face sur la photo, assistait hier à la comparution de son conjoint Guy Richard, accusé d'avoir conduit avec les facultés affaiblies et causé la mort de Pierrik Houle.

Yanick Poisson

Partager

Yanick Poisson et Mathieu Lamothe
Le Nouvelliste

(Drummondville) Alors que la famille de Pierrik Houle s'apprête à lui rendre un dernier hommage aujourd'hui, la juge de la Cour du Québec Marie-Josée Ménard a choisi, hier, de remettre Guy Richard en liberté pour la suite des procédures judiciaires. L'homme de 41 ans de Notre-Dame-du-Bon-Conseil redevient donc libre comme l'air, deux semaines après avoir été arrêté pour conduite avec les capacités affaiblies causant la mort du jeune Houle, sur la route 259 à Sainte-Perpétue.

«L'emprisonnement à ce stade-ci est une exception. Un public bien informé comprendra que vous ayez été remis en liberté», a indiqué la magistrate, expliquant qu'elle ne considérait pas que l'accusé représentait un danger pour la société.

Au cours de la séance, qui s'est déroulée sous le joug d'un interdit de publication puisque la cause pourrait être entendue par un jury, l'enquêteur Robert Vachon a décrit brièvement les faits du 21 décembre dernier, en plus de faire état de ce qui reliait Guy Richard au décès du jeune homme de 19 ans qui était à faire son jogging.

L'accusé a ensuite pris la parole afin de décrire sa situation et d'expliquer pourquoi il devait être remis en liberté. Il s'est notamment engagé à respecter un couvre-feu, à ne pas conduire un véhicule à moteur, à ne pas boire, ni se retrouver dans un établissement licencié et à ne pas entrer en contact avec les témoins du dossier, et ce, d'ici la fin des procédures. L'accusé devra résider au domicile de sa conjointe à Notre-Dame-du-Bon-Conseil.

Afin de s'assurer du respect de ses conditions, la juge lui a demandé de déposer 1000 $ et de s'engager pour une somme supplémentaire de 10 000 $, laquelle devra être versée s'il y a manquement. Les partis se réuniront de nouveau le 19 avril pour la suite des procédures. Notons que Guy Richard a une fille du même âge que Pierrik Houle.

«Je m'y attendais»

Absent du palais de justice afin d'assister aux cérémonies entourant la mort de son frère, Hugo Houle, le frère de la victime, a accepté très sereinement la décision de la juge Ménard.

«Avec la connaissance que j'avais de notre système de justice, je m'attendais à ce qu'il sorte. Il n'est pas considéré comme un danger pour la société. J'aurais aimé qu'il demeure derrière les barreaux, mais j'étais prêt à ça», a-t-il dit.

Le cycliste professionnel entend suivre les procédures judiciaires dans la mesure du possible et il espère évidemment que la punition sera à la hauteur des gestes posés.

«C'est sûr que peu importe la sentence, je n'ai plus de frère et ça, ça n'a pas de prix. Quoi qu'il en soit, j'obtiendrai certainement une satisfaction s'il obtient une conséquence pour ses actes», a-t-il ajouté, précisant que la pire sentence, Guy Richard l'avait déjà eue puisqu'il devra vivre avec la mort d'un jeune homme sur la conscience pour le reste de sa vie.

Pendant une bonne partie de la journée d'hier, les membres de la famille de Pierrik Houle ont reçu les condoléances d'un très grand nombre de personnes, qui se sont déplacées à l'église de Sainte-Perpétue. Selon le responsable des funérailles, Denis Roy, les visiteurs ont afflué autant en après-midi qu'en soirée dans le lieu de culte qui sert également de salon funéraire.

«Une chance que nous sommes dans l'église parce que nous aurions manqué de place», a-t-il confié.

Plusieurs jeunes, possiblement des amis et des connaissances du disparu, étaient également présents afin de présenter leurs condoléances à la famille.

«Si nous avons une leçon à retenir de ça, c'est de ne pas prendre notre voiture après avoir pris de l'alcool», a lancé un jeune homme en sortant de l'église sous le regard approbateur des personnes qui l'accompagnaient.

Des figures connues du monde du cyclisme québécois, notamment l'analyste Louis Bertrand, se sont également rendues dans la petite localité du Centre-du-Québec afin de supporter la famille Houle. Un photographe couvrant les courses cyclistes du Québec, Antoine Bécotte, ainsi que sa conjointe, Marthe Charpentier, ont notamment fait le voyage à partir de Montréal. Bien qu'il ne le connaissait pas personnellement, M. Bécotte a croisé le disparu à plusieurs reprises au cours des dernières années, alors qu'il assistait aux courses de son frère Hugo.

«Il suivait son frère. Je l'avais notamment pris en photo lors d'une course qu'Hugo avait remportée. Les résultats tardaient à sortir et Pierrik surveillait le vélo d'Hugo. C'est tragique ce qui lui est arrivé», a raconté le photographe à sa sortie de l'église.

Les funérailles seront célébrées cet après-midi à l'église de Sainte-Perpétue à compter de 14 h. La famille accueillera parents et amis à compter de 12 h, et ce, jusqu'à quelques minutes avant la cérémonie.

De plus, une course qui servira en quelque sorte à terminer symboliquement celle que Pierrik n'a pas complétée le 21 décembre dernier se tiendra le 20 janvier dans les rues de Sainte-Perpétue. Près de 1000 coureurs ont déjà confirmé leur présence via la page Facebook créée pour promouvoir l'événement. Des chandails ont également été mis en vente afin d'amasser des fonds qui seront remis à l'organisme Tolérance Zéro Centre-du-Québec.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Des adieux émouvants pour Pierrik Houle

    Faits divers

    Des adieux émouvants pour Pierrik Houle

    Quelques centaines de personnes ont rendu un dernier hommage samedi après-midi à Pierrik Houle, ce jeune étudiant de 19 ans en techniques policières,... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer