Leurre d'enfants sur Internet: trois arrestations en Mauricie

Comme les autres suspects, Jean Saint-Onge de Trois-Rivières... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Comme les autres suspects, Jean Saint-Onge de Trois-Rivières a pu reprendre sa liberté mais sous conditions.

Photo: François Gervais

Partager

Sur le même thème

Nancy Massicotte
Nancy Massicotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Sept personnes ont été arrêtées, hier, à travers la province, dans le cadre d'une vaste enquête de la Sûreté du Québec pour leurre d'enfants sur Internet. Du nombre, on en compte trois domiciliées dans la région.

Rémy Munger de Louiseville fait face à six... (Photo: François Gervais) - image 1.0

Agrandir

Rémy Munger de Louiseville fait face à six accusations en lien avec le leurre de mineurs sur Internet et la pornographie juvénile.

Photo: François Gervais

À la suite d'une enquête entreprise en octobre dernier, ces individus ont en effet été repérés sur Internet par l'équipe de cybersurveillance de la SQ, plus précisément par le Module d'enquête sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet. Il ne s'agit pas d'un réseau de pornographie juvénile, mais bien de personnes qui agiraient de façon indépendante, a précisé la SQ.

Hier, une soixantaine de policiers ont participé à l'opération qui a donné lieu à des arrestations à Montréal, Laval, Sainte-Julie, Sherbrooke, Louiseville et Trois-Rivières.

Chez nous, les suspects sont Jacques Hébert, 70 ans et Jean-Saint-Onge, 54 ans, tous deux de Trois-Rivières, de même que Rémy Munger, 48 ans, de Louiseville. Ils font tous face à des accusations de leurre (action de communiquer avec un enfant âgé de moins de 18 ans dans le but de commettre une infraction d'ordre sexuel) et de production de pornographie juvénile par des écrits.

Ces infractions ont toutes été commises en 2012. Hébert doit également répondre à une accusation supplémentaire de possession de pornographie juvénile. Pour sa part, Munger est aussi accusé d'avoir accédé ou visionné de la pornographie juvénile à partir du 1er décembre 2009 et d'en avoir eu en sa possession lors de son arrestation hier.

Comme ils n'ont pas d'antécédents judiciaires de même nature, la Couronne ne s'est pas objectée à leur remise en liberté. Les trois suspects devront cependant respecter plusieurs conditions dont celles de ne pas accéder à Internet, de ne pas posséder un ordinateur, téléphone cellulaire ou tout autre appareil permettant un accès à Internet, de ne pas se rendre dans des lieux publics où des jeunes de moins de 16 ans sont susceptibles de s'y trouver, de travailler en présence de mineurs et de communiquer avec eux.

Jacques Hébert devra revenir en cour le 1er février alors que pour Munger et Saint-Onge, la cause a été reportée au 11 février.

Ailleurs au Québec, les suspects sont Jimmy Michaud, 34 ans, de Sherbrooke, Daniel Mansell, 49 ans, de Sainte-Julie, Olivier Laprade, 34 ans, de Laval, et Richard Rolland, 32 ans, de Montréal.

Ces arrestations s'ajoutent à deux autres arrestations réalisées dans le cadre du même projet d'enquête, les 23 novembre et 28 novembre derniers, soit Maxime Lemay, 27 ans, de Saint-Pierre-les-Becquets et Guillaume Poitras, 32 ans de Montréal. Ils ont tous les deux déjà comparu.

Des perquisitions ont également été réalisées au domicile des suspects. Ce matériel fera l'objet d'une analyse complète, ce qui pourrait mener à d'autres accusations et d'autres arrestations.

Soulignons en terminant que dans les cas de Rémy Munger, Richard Rolland et Jimmy Michaud, les citoyens qui ont des informations sur leurs agissements sont priés de téléphoner à la Centrale de l'information criminelle au 1 800 659-4264.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer