Prêt à tout pour éviter la résidence pour personnes âgées

Un vieil homme s'est barricadé dans sa résidence... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Un vieil homme s'est barricadé dans sa résidence pendant une douzaine d'heures avant de se rendre aux policiers.

Photo: François Gervais

Partager

(Trois-Rivières) Un vieil homme a causé tout un branle-bas de combat dans un quartier résidentiel paisible de Trois-Rivières, hier, alors qu'il est demeuré barricadé dans sa demeure du chemin de la Pointe-du-Lac pendant une douzaine d'heures avant de finalement se rendre aux autorités policières sur l'heure du dîner.

Aussitôt son arrestation complétée, l'individu a été transporté en ambulance vers le centre hospitalier. Il n'a toutefois pas été blessé lors de l'intervention.

Après une évaluation au centre hospitalier, le suspect, qui n'est pas connu des milieux policiers, a été interrogé par les enquêteurs. «L'enquête est en cours. On ne sait pas encore si des accusations seront portées», a simplement fait savoir la porte-parole de la Sécurité publique de Trois-Rivières, Carole Arbelot, en fin d'après-midi.

Dans la nuit de mardi à hier, un citoyen avait d'abord alerté les autorités policières qu'un homme menaçait d'utiliser son arme à feu. Après quelques échanges téléphoniques avec le forcené, vers minuit trente, la SPTR a ensuite été incapable d'entrer en contact avec lui pendant de longues heures.

Selon un voisin de l'individu, l'homme d'environ 90 ans, qui vivait seul, digérait mal le fait que ses proches veuillent le placer dans une résidence pour personnes âgées. «On m'a averti à minuit et ils m'ont évacué vers 8 h ce matin. Le quartier est tout viré à l'envers», a raconté le voisin de l'homme, qui a préféré ne pas dévoiler son identité.

Sa théorie n'a toutefois pas été validée par les autorités.

Malgré l'insistance des policiers, le vieil homme, qui serait un vétéran des forces armées, refusait de collaborer et de se rendre. Par mesure préventive, un vaste périmètre a donc été érigé et au moins sept résidences ont été évacuées aux petites heures du matin.

Puis, en milieu de matinée, l'escouade tactique de la Sûreté du Québec est venue prêter main-forte à la SPTR. Quelques heures plus tard, le suspect a décidé de se livrer aux autorités.

En tout, une vingtaine d'agents du corps policier municipal ont été mobilisés ainsi que des enquêteurs, négociateurs et membres du Groupe d'intervention tactique de la SQ. Des véhicules blindés ont également été déplacés sur les lieux.

Selon le peu d'information disponible, le forcené était seul lors de son siège et aurait menacé d'utiliser une arme à feu. Les autorités policières n'ont pas été en mesure de

confirmer si le suspect était effectivement en possession d'un fusil.

Toutefois, selon un témoin, des policiers lui auraient confié avoir bel et bien aperçu l'homme avec une arme dans les mains.

Quant aux citoyens évacués, ils ont pu regagner leur domicile au courant de l'après-midi. L'un d'eux, Marcel Rheault, habite la résidence située directement en face de celle du forcené. Connaissant son voisin depuis plusieurs années, il ne croit pas qu'il avait de mauvaises intentions. Il a néanmoins été quelque peu surpris lorsque les policiers se sont présentés chez lui et lui ont demandé de quitter les lieux.

«J'étais certain qu'il n'allait pas tirer. Ce n'est pas ce genre de gars-là», a mentionné M. Rheault.

Avec la collaboration de Mathieu Lamothe

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer