Le Nid d'aigle détruit par les flammes

Le resto-bar de la marina le Nid d'aigle... (Photo:Stéphane Lessard)

Agrandir

Le resto-bar de la marina le Nid d'aigle est une perte totale. Il ne reste plus que des débris et la cheminée de la bâtisse.

Photo:Stéphane Lessard

la liste:7949:liste;la boite:1396245:box

Photos

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Maskinongé) Un incendie a complètement détruit la bâtisse principale de la marina le Nid d'aigle de Maskinongé.

L'incendie s'est déclaré vers 4 h hier. En quelques instants, les flammes se sont propagées à une grande vitesse, si bien que la bâtisse abritant le restaurant et le bar est une perte totale. En fait, il ne reste plus que la cheminée et un tas de débris de cette bâtisse.

«J'ai été réveillé par des petites explosions. J'ai entendu trois «boom» et au troisième, je me suis levé pour aller voir c'était quoi et le feu était pris», constate le gérant de l'établissement, Reynald Codey, qui habite un des quelques chalets faisant partie des installations de la marina.

Lorsqu'il a quitté son domicile, M. Codey a aussitôt alerté ses beaux-parents qui vivent dans une roulotte située à proximité du resto-bar. Ceux-ci sont sortis de leur maison qui n'a pas été touchée par le feu.

La Sûreté du Québec a ouvert une enquête pour connaître les causes de l'incendie. Mais à première vue, Alain Laflamme ne croit pas qu'on ait affaire à un incendie d'origine criminelle.

«C'est probablement un problème électrique ou le chauffage. Quand on est arrivé sur les lieux, le feu était pris à la grandeur de la bâtisse. Les flammes sortaient de la couverture», explique M. Laflamme, le chef des pompiers de Maskinongé.

Vingt pompiers maskinongeois étaient sur les lieux pour combattre l'incendie. Accompagnés de cinq confrères de Saint-Barthélemy et de 10 pompiers de Louiseville, ils ont passé près de cinq heures sur place afin d'éteindre le feu et de contrer la propagation aux bâtisses voisines. Les pompiers ont également dû porter attention à la présence de réservoirs de gaz qui alimentaient le restaurant.

L'incendie n'a fait aucun blessé. Le gérant de l'établisement confie qu'il n'y avait pas de travaux de rénovation en cours.

Le Nid d'aigle est bien implanté à Maskinongé. Un commerce de marina et de service de restauration est installé à cet endroit depuis au moins 50 ans.

Volonté de reconstruire

Visiblement sous le choc, M. Codey précise cependant que la direction de la marina a l'intention de reconstruire la bâtisse principale.

«Aussitôt qu'on a le feu vert, on reconstruit», raconte M. Codey, qui doit attendre l'aval des assureurs.

En raison de l'incendie, quatre personnes perdent leur emploi. De plus, la marina devra se passer des revenus engendrés par différentes activités hivernales, dont la motoneige et le quad.

Reynald Codey n'a aucune idée de la valeur des dommages causés par l'incendie. L'évaluation municipale fixe à 466 000 $ la valeur des bâtisses de la marina. Il a toutefois été impossible de connaître l'évaluation municipale uniquement pour la bâtisse principale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer