Les feux de forêt seront plus nombreux dans le futur

Le scénario qui s'est produit le printemps dernier... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

Le scénario qui s'est produit le printemps dernier en Haute-Mauricie pourrait se répéter en raison des changements climatiques.

Photo: Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Saint-Alexis-des-Monts) Même si le calme est revenu dans sa communauté, le chef de Wemotaci, Simon CooCoo, n'est pas sans appréhender les prochaines saisons des feux de forêt, d'autant plus que les recherches suggèrent une augmentation générale de la fréquence des incendies et de la superficie brûlée.

«On a frôlé la catastrophe cette journée-là», a-t-il déclaré, hier, devant la centaine de participants au congrès 2010 de l'Association forestière de la Vallée du Saint-Maurice.

«Et les feux de forêt, c'est une priorité dans notre plan de mesures d'urgence», renchérit-il, évoquant le thème de la rencontre organisée à l'Auberge Lac-à-l'eau-Claire.

Celui-ci a rappelé la chronologie des événements ayant mené à l'évacuation fort émotive de la population atikamekw en mai dernier.

Une décision qu'il voudrait aujourd'hui davantage sous le contrôle du conseil de bande alors qu'il déplore ne pas avoir été impliqué dans les discussions entourant l'ordre d'évacuer.

«Le coût réel de cet incendie aura été de 1,4 million $, soit 700 000 $ pour les Affaires indiennes, dont 190 000 $ seulement en frais de nourriture, 580 000 $ pour nos assurances et 184 000 $ pour la SOPFEU», a-t-il précisé.

Pendant ce temps, Ville de La Tuque assumait une facture de l'ordre de 800 000 $, un montant qui fut remboursé depuis dans sa quasi totalité.

Non seulement le chef autochtone devait-il gérer les émotions des gens évacués en réaction aux informations transmises, mais il avait aussi à contenir certaines tensions au sein de sa garde rapprochée et des pompiers volontaires de Wemotaci.

«Et le retour fut une autre étape très difficile», admet celui qui parle d'un sentiment de vulnérabilité.

Maintenant que l'automne est bien installé, le calme est revenu dans le village.

«Mais dès le printemps, on va commencer à avoir cette inquiétude-là. Même si pendant les cinq prochaines années, on aura un coupe-feu naturel, ça va rester dans notre tête», a confié celui qui n'a pas encore évalué l'impact du sinistre sur la faune.

Or, selon un spécialiste du Service canadien des forêts, Martin Girardin, «le futur n'est pas très réjouissant au niveau des feux de forêts en raison des changements climatiques».

À l'été 2010, pas moins de 258 000 hectares de forêt ont brûlé au Québec, dont 105 000 hectares en Mauricie répartis sur sept feux principaux.

«Il y avait une sécheresse printanière et une anomalie de la température», a relevé le chef des opérations à la SOPFEU durant les incendies survenus en région, Vincent Demers.

À son avis, le feu de Wemotaci aura été complexe à plusieurs égards: village menacé, habitants évacués, personnes restées au village, autres valeurs menacées, fumée et brouillard, ordres de gouvernement impliqués et caractère médiatique de la situation.

Par ailleurs, Claude Beauchesne, du ministère régional des Ressources naturelles et de la Faune, estime le volume récupérable à 2,7 millions de mètres cubes étalés sur une superficie de 37 000 hectares, soit 35 % de la superficie touchée par les sept feux principaux.

Finalement, le feu de forêt peut créer des opportunités potentielles au plan des bleuets, des champignons sauvages et de la biomasse à partir du bois non récupéré.

«Un feu de forêt, c'est une catastrophe économique à court terme et il y a l'aspect émotionnel. Mais ce n'est pas un drame écologique. Car la forêt brûlée se régénère généralement très bien, sur cinq ans, même qu'elle a besoin de feu pour se régénérer», conclut Emmanuelle Bulfroy, du Centre d'enseignement et de recherche en foresterie de Sainte-Foy.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer