La fusillade sourit à nouveau aux Cataractes

Si Alexis D'Aoust a réussi à donner la... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Si Alexis D'Aoust a réussi à donner la victoire aux Cataractes en fusillade, c'est en grande partie parce que son coéquipier Marvin Cüpper a été intraitable devant le filet de la formation shawiniganaise.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Les Cataractes vont prendre goût à la fusillade! Pour la deuxième fois en moins de 72 heures à domicile, les équipiers de Martin Bernard ont gagné ces confrontations individuelles pour amasser le maximum de points au classement. Après les Remparts vendredi, ce fut au tour du Phoenix de Sherbrooke de subir cette médecine, battu 3-2.

Si le Phoenix quitte la Mauricie avec un seul point au classement, c'est parce que Marvin Cüpper a fait la différence. Non seulement le gardien allemand a fourni 42 arrêts durant les 65 premières minutes du duel, mais il a été parfait pour la deuxième fois d'affilée en fusillade, qui s'est terminée avec un but spectaculaire d'Alexis D'Aoust.

Le Trifluvien de 17 ans a déculotté son ex-coéquipier Maxime Lagacé d'une feinte magistrale du revers pour devenir le seul des dix tireurs utilisés en fusillade à placer la rondelle sous les cordages.

«Je pratique souvent trois-quatre feintes, dont celle-ci, lorsque je vais à la patinoire du quartier de Mont-Carmel», souriait D'Aoust. «Quand j'ai marqué, c'était un des bons feelings que j'ai ressenti, car ça nous permettait de ramasser un deuxième point pour la course aux séries. C'était tellement important d'aller chercher cette victoire-là. On travaille tous fort, on fait les choses simples. Quand ça rapporte, ça augmente notre confiance», ajoutait D'Aoust, qui avait également marqué en première période lors d'un avantage numérique.

Cüpper, de son côté, refusait l'étiquette de spécialiste des fusillades. «Ce sont mes deux premières victoires en fusillade, faut pas exagérer! Tout ce que j'essayais de faire, c'était de rester patient.»

De son côté, Bernard disait s'attendre à un duel des plus serrés face à un club qui lutte encore plus pour sa survie. Le Phoenix dominait 2-1 après 40 minutes grâce à des filets des surdoués Jérémy Roy et Daniel Audette, mais Ilya Zinoviev a fait plaisir aux 2800 personnes réunies au Centre Gervais Auto en provoquant la prolongation en vertu de son dixième but de l'année.

«On prend goût à toutes les victoires, peu importe comment! On savait que ça n'allait pas être un match facile, que ça se gagnerait pouce par pouce. On a eu un peu plus de chances de marquer qu'eux à cinq contre cinq, le Phoenix a été menaçant en avantage numérique. On sort du week-end avec quatre points de plus, c'est difficile de demander mieux», analysait le pilote des Cataractes, fort élogieux envers Cüpper.

«Je le répète, il est de calibre international. Il a vu beaucoup de situations dans sa carrière, il est calme. On lui demande de nous donner une chance de gagner à chaque fois qu'il est devant le filet et c'est ce qu'il nous a donné dernièrement.»

Dans l'autre camp, Judes Vallée encaissait le verdict de la soirée avec un peu de déception dans la voix.

«On a été malchanceux sur le deuxième but des Cataractes, même s'ils l'ont travaillé. Les Cataractes jouent très bien défensivement, Martin (Bernard) fait de très belles choses avec les joueurs qu'il a sous la main. Et son gardien, lui, fait un travail incroyable. On a réussi à prendre 45 lancers, c'est la première fois de la saison que ça arrive, mais on n'a jamais été en mesure d'aller chercher le but qui aurait pu casser les reins des Cataractes», racontait l'entraîneur-chef du Phoenix.

«On garde encore espoir de faire les séries, on va jouer pour gagner lors des prochains matchs. On a une gang de jeunes, ça ressemble à la situation ici à Shawinigan, et on veut voir comment ils vont se comporter dans une séquence aussi importante.»

Le plus déçu dans le camp des Sherbrookois était Lagacé, qui a tout donné afin de faire mal au club qui l'a échangé quelques minutes avant la date limite des transactions en janvier dernier. Lagacé a fracassé son bâton avant de rentrer au vestiaire après la manoeuvre magique de D'Aoust en fusillade. «Je voulais absolument gagner, j'étais très content d'obtenir le départ. C'est une défaite crève-coeur, les deux clubs voulaient le match et ça paraissait. On part quand même avec un point, il pourrait être important en fin de saison.»

Avec ce gain, les Cataractes reprennent le 16e et dernier rang donnant accès aux séries.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer