Quand les unités spéciales flanchent

Les Cataractes ont été acharnés dimanche à Drummondville,... (Photo: Ghyslain Bergeron - Perfoto)

Agrandir

Les Cataractes ont été acharnés dimanche à Drummondville, mais l'opportunisme n'était toutefois pas au rendez-vous.

Photo: Ghyslain Bergeron - Perfoto

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Drummondville) Quand les unités spéciales flanchent, ça devient difficile pour un club en reconstruction comme les Cataractes de rivaliser avec une formation aussi aguerrie que celle des Voltigeurs de Drummondville.

Ces derniers ont donc enlevé les honneurs de cette première manche entre les deux rivaux, a

compte de 5-1 devant un peu plus de 2000 amateurs réunis au centre Marcel-Dionne dimanche après-midi.

Pour ce quatrième match en cinq jours, une séquence ponctuée notamment par un périple en Abitibi, les équipiers de Martin Bernard semblaient un peu à court de ressources, même s'ils avaient engrangé une deuxième victoire la veille - 2-1 en fusillade - face aux Wildcats de Moncton.

Un constat qui aurait pu être bien différent si les Shawiniganais avaient profité en début de match de l'indiscipline des locaux, qui leur ont offert deux jeux de puissance coup sur coup. Non seulement ils  n'ont pas battu Joe Fleschler, mais ils ne l'ont même pas menacé sérieusement!

Deux minutes plus tard, c'était au tour des Voltigeurs de bénéficier d'un avantage numérique et Matthew Boudens a tourné le fer dans la plaie en déjouant Storm Phaneuf. Pire, 12 petites secondes plus tard, les locaux en rajoutaient, cette fois grâce à Joey Ratelle qui a ainsi porté un dur coup aux Cataractes, eux qui peinent à marquer depuis le début de la saison.

L'autre moment-clé dans le match est survenu en début de deuxième. Cette fois avec un avantage numérique à quatre contre trois, les Cataractes ont cogné à la porte du gardien recrue des Voltigeurs, qui a su habilement préserver l'avance de deux buts de son club, avance gonflée à trois buts quelques minutes plus tard, ce qui scellait virtuellement l'issue de la soirée.

En troisième, les Voltigeurs ont surtout cherché à protéger Fleschler, qui devra toutefois attendre avant de signer un premier blanchissage dans le circuit puisque Nicholas Welsh s'est offert un premier but en carrière dans une cause perdante.

«On vient de traverser une semaine de fou et nous étions à court d'énergie sur le plan mental», soupirait Bernard. «On l'a bien vu lors de différentes séquences. Par contre, je suis fier du fait que les gars n'ont pas lâché», ajoutait le pilote, qui est sorti un peu de ses gonds quand un journaliste a émis l'opinion que cette ténacité était peu observable depuis le début de l'année.

«Je suis totalement en désaccord avec ça! On peut reprocher certaines choses à cette équipe, notamment sa jeunesse, mais certainement pas de ne pas travailler. Aujourd'hui, nous affrontions un club à maturité, plus fort physiquement aussi. Ç'a paru... »

Bernard convenait toutefois que son jeu de puissance en arrache. Aucun but en six essais hier, ce qui porte à zéro en 25 la séquence actuelle de stérilité. «Ça va avec la séquence que l'on traverse. Le jeu de puissance, c'est une affaire d'exécution, d'être à la bonne place au bon moment. On a des choses à revoir, mais avant toute chose, on va s'accorder un peu de repos.»

Dans l'autre vestiaire, Martin Raymond ne pouvait que lever son chapeau à sa formation, qui a concédé bien peu de chances de marquer aux visiteurs. «Les Cataractes misent sur la patience, c'est ce qu'ils avaient fait aussi la veille contre Moncton. Je suis content que nous n'ayons accordé qu'un seul but. Notre gardien a été solide dans certains situations-clés, car le premier trio des Cataractes a été bon», analysait l'ex-adjoint à Guy Boucher chez le Lightning de Tampa Bay.  «On progresse, les gars semblent de plus en plus à l'aise avec le système de jeu que nous implantons.»

Carnet de notes

Rétabli de sa blessure, Frank Schumacher est attendu à Shawinigan demain. Le retour du vétéran de 20 ans fait en sorte qu'il y en aura bientôt un de trop dans le vestiaire, lorsque Matthew Boudreau sera remis dans deux semaines de sa blessure au haut du corps. Une transaction est donc à prévoir, à tout le moins à moyen terme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer