Une saison excitante!

Martin Mondou croit que son club va se... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

Martin Mondou croit que son club va se faufiler dans le top 10 cette saison.

Photo: Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Quand ça fait un an que tu manges du pain noir, un bon petit repas trois services peut te donner l'impression d'être traité comme un roi!

C'est ce qui attend les partisans des Cataractes en cette saison 2013-14, la deuxième d'un cycle de reconstruction entamé l'an dernier.

Quand Martin Mondou a annoncé, lors du dernier match local l'an dernier, que son club allait se faufiler dans le top 10 la saison suivante, de méchantes blagues ont circulé au sujet de son optimisme débordant.

Comment un club qui a terminé au 17e rang du classement général et qui a failli battre tous les records de stérilité offensive dans l'histoire de la LHJMQ pouvait-il logiquement faire un bond aussi appréciable?

Mondou savait à ce moment-là que l'excellent Matthew Boudreau allait débarquer au repêchage pour écouler sa dernière année junior dans la ville de l'électricité. Il comptait aussi sur le fait que la cuvée des joueurs midgets était riche et que ses nombreux choix dans les deux premières rondes allaient lui permettre de faire le plein d'adolescents talentueux, une mission qui semble remplie avec les premiers coups de patin prometteurs des James Phelan, Anthony Beauvillier, Brandon Gignac, Nicholas Welsch et Brandon Butler ces dernières semaines.

Puis est arrivé la démission de Denis Chalifoux, qui ne se voyait pas rester en poste étant donné que sa famille ne voulait pas le rejoindre à Shawinigan. Son départ a permis aux Cataractes d'embaucher cette fois un entraîneur avec de l'expérience, reconnu comme structuré et autoritaire quand le besoin s'en fait sentir.

Non, on rigole pas avec Martin Bernard: parlez-en aux vétérans qui ont été cloués au banc à un moment ou à un autre lors des matchs préparatoires parce que leur rendement ne plaisaient pas à leur nouveau pilote!

Mondou a, de plus, pris le pari d'aller chercher Francis Beauvillier à Rimouski, même si ce dernier tentait de se faire une niche chez les pros. Son retour à Shawinigan coûtera deux choix de deuxième ronde à l'organisation pour réunir les deux Beauvillier, un geste étonnant compte tenu que l'équipe ne prétend pas logiquement aux grands honneurs. Mais à court terme, l'aîné de la famille apportera du tonus à l'attaque et de la virilité sur les ailes, une denrée rare à Shawinigan.

Le camp d'entraînement a par ailleurs permis de constater qu'Alexis D'Aoust et Alex Pawelchyk sont des patineurs transformés. Le Trifluvien de 17 ans, qui semblait perdu l'an dernier, ressemble soudainement à Matthew Pistilli, une comparaison qui va faire plaisir à Alain Bissonnette, qui l'a repêché pour ses talents de marqueur.

Malgré son gabarit avantageux, D'Aoust n'est pas du genre à faire résonner les rampes, mais s'il remplit le filet comme le Pistolet, il sera très utile à ses patrons. Quant à Pawelchyk, ce grand Américain de 6'6'' et 220 livres, la vitesse du jeu était trop rapide pour lui l'an dernier, mais depuis son retour à la mi-août, ça ne semble plus du tout l'incommoder et il dérange de plus en plus ses rivaux, dans les trois zones.

Ainsi armés, les Cataractes ont compilé une fiche de quatre gains, deux échecs et un revers subi en fusillade. Si on exclut les trois premiers matchs (1-1-1), alors que toutes équipes utilisent majoritairement des recrues, le palmarès des Shawiniganais est encore plus brillant.

Assez pour espérer une place dans le top 10? C'est possible. La seule carence visible dans l'alignement, c'est un manque de robustesse, dans une division - et même une ligue, les succès du Drakkar l'an dernier ayant fait école - où plusieurs équipes ont décidé d'ajouter du muscle. À moins que le jeu de puissance shawiniganais ne cartonne, et donc freine les ardeurs adverses, certaines soirées s'annoncent difficiles.

Voilà pour le tableau général. Restera à voir aux Fêtes comment Mondou va manoeuvrer. La tentation risque d'être grande de monnayer les services de ses vétérans pour entourer ses éléments de 16 et 17 ans.

Puisque la ligue affiche beaucoup de parité, le flamboyant directeur-gérant pourrait aussi se laisser convaincre de passer de l'autre côté de la clôture et s'offrir un ou deux vétérans supplémentaires afin de causer des surprises le printemps venu, si jamais les Cataractes connaissaient un excellent départ.

D'une façon ou d'une autre, la campagne qui s'amorce promet d'être palpitante. Le milieu du peloton, ça reste un peu loin du championnat, mais c'est aussi à des années-lumière de la médiocrité de l'an dernier!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer