Retour des Draveurs: de la fumée sans feu

Après avoir rencontré les actionnaires des Cataractes, le... (Photo: Le Soleil)

Agrandir

Après avoir rencontré les actionnaires des Cataractes, le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, affirme qu'il n'y a rien de nouveau dans le dossier d'une éventuelle concession à Trois-Rivières.

Photo: Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le projet de ramener le hockey junior dans la cité de Laviolette est revenu dans l'actualité la semaine dernière quand Serge Savard a déclaré que la LHJMQ ne pourra se passer de Trois-Rivières quand celle-ci abritera un tout nouvel amphithéâtre multifonctionnel de 5000 places, une denrée rare au Québec.

Les rumeurs font d'ailleurs état que le promoteur Réal Breton poursuit ses démarches sur d'autres fronts malgré l'opposition des Cataractes de Shawinigan, qui détiennent un veto territorial.

Coïncidence ou non, le commissaire de la LHJMQ Gilles Courteau a rencontré les actionnaires de la plus vieille concession de son circuit à ce sujet il y a deux semaines.

«Mais il n'y a rien de nouveau dans le dossier. La rencontre se voulait une opportunité pour les actionnaires de m'expliquer leur point de vue. J'ai toujours dit que je ne croyais pas que la Mauricie pouvait supporter deux clubs juniors dans les paramètres actuels, mais une évaluation plus approfondie devait être réalisée compte tenu de la possibilité de voir une franchise de la Ligue américaine s'implanter à Trois-Rivières», raconte Courteau.

«Or, les gens des Cataractes ont pris le temps d'examiner la question avec sérieux, d'étudier les données disponibles. Ils ont fait un très bon travail d'évaluation et ils en viennent à la conclusion que ce serait moins dommageable pour eux de voir une franchise de la LAH s'installer à Trois-Rivières», relate-t-il.

Courteau dit ne pas savoir si Breton et son groupe - Geoff Molson, Bob Hartley et les frères Simons - sont toujours actifs dans ce dossier étant donné qu'il est sans nouvelle d'eux. «De toute façon, il y a plusieurs éléments là-dedans qui accrochent. De un, ça prend un nouvel aréna et, à ce que je sache, il n'y a rien de scellé à ce niveau.

«Puis ça prend une équipe à vendre, considérant qu'il est hors de question de procéder à une expansion. Et ça, tu peux l'écrire en grosses lettres! Or, il n'y a pas de club à vendre non plus actuellement», fait valoir Courteau, en évoquant les nouveaux développements à Bathurst et à l'Île-du-Prince-Édouard.

«Ces deux franchises viennent de changer de mains, mais elles ont été vendues à des promoteurs locaux, alors qu'il y avait un groupe à Sorel qui avait un aréna fonctionnel à sa disposition et qui était prêt à opérer. Le focus a été mis sur les marchés déjà existants...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer