Dumontier part, Boudreau arrive

Martin Mondou... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Martin Mondou

Photo: François Gervais

Partager

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) À la veille de la date limite des transactions, Martin Mondou a réalisé deux échanges lundi afin de se rajeunir à la ligne bleue. En matinée, le directeur-gérant des Cataractes a liquidé Yan Dumontier, 18 ans, pour un choix de cinquième ronde du Titan d'Acadie-Bathurst avant d'enchaîner en après-midi avec l'acquisition de Simon Boudreau, un arrière de 17 ans qui lui a coûté un choix de troisième
ronde.

«En échangeant Dumontier, on voulait donner plus de place à nos jeunes», expliquait Mondou. «Maintenant, quand nous avons su que Boudreau était disponible, c'était un dossier qui nous intéressait car il a 17 ans, il grossit notre défensive et c'est un gars qui, à 14 ans, était identifié comme l'un des meilleurs de son groupe d'âge. Il cadre pleinement dans notre plan.»

Boudreau, choix de première ronde de l'Océanic en 2011, a toutefois un lourd passé médical, ayant notamment soigné une délicate blessure au genou qui a retardé son développement. Mondou dit ne pas s'inquiéter, mais il a tout de même vu à se protéger.

«On a pu consulter les rapports médicaux, faire nos devoirs. Il y a plusieurs joueurs de la LNH qui ont réussi à connaître de belles carrières avoir subi une blessure semblable. Par contre, si elle revenait, l'Océanic nous compenserait avec un choix en 2014. C'est donc un risque calculé compte tenu de son potentiel», mentionne Mondou à propos de jeune homme natif de Chicoutimi, qui montre une fiche d'un but et deux passes en 24 matchs.

À l'écoute

Il reste quelques heures à Mondou pour donner les dernières retouches à son alignement en vue du dernier droit de la saison.

«Depuis les Fêtes, notre magasinage est terminé, nous sommes à l'aise avec le personnel en place. Ceci dit, on garde l'oeil ouvert... et le téléphone aussi! Si on peut s'améliorer dans le plan que nous avons tracé, nous n'hésiterons pas», a promis Mondou.

Vous pouvez toutefois oublier Jérémy Grégoire (voir autre texte), qui n'a pas inclus Shawinigan sur sa liste de destinations potentielles.

«C'est décevant, c'est un gars qui nous intéressait. C'était un fit naturel compte tenu de l'historique de notre organisation avec son papa (Jean-François) et son grand-papa (Jacques). Nous aurions aimé développer les discussions avec les Saguenéens mais comme Jérémy souhaite uniquement porter les couleurs d'une équipe aspirante cette année, nous devons passer notre tour.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer