Le Phoenix montre une belle progression

Judes Vallée voit une belle progression de son... (Photo: La Presse)

Agrandir

Judes Vallée voit une belle progression de son équipe depuis le début de la saison, ce qui lui permet d'entrevoir l'avenir avec optimisme.

Photo: La Presse

Partager

Sur le même thème

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Les premiers matchs de l'histoire du Phoenix de Sherbrooke étaient, comment dire, un peu épeurants! Non seulement la troupe de Judes Vallée perdait, mais elle se faisait carrément déclasser.

Le Trifluvien Jonathan Deschamps s'est attiré les éloges... - image 1.0

Agrandir

Le Trifluvien Jonathan Deschamps s'est attiré les éloges de son entraîneur pour son jeu à la ligne bleue du Phoenix jusqu'à maintenant.

Même si le camp d'entraînement a été allongé de deux semaines cette année, ce qui aurait dû avantager cette formation d'expansion, le Phoenix n'était pas prêt à combattre efficacement lors de l'ouverture des barrières.

«Nous n'étions pas croches, nous étions ben croches! On s'est demandé, à un moment donné, si nous étions aussi poches que ça! Mais bon, développer un langage commun, voir une chimie s'installer dans un groupe, ça ne se fait pas du jour au lendemain. Il fallait être patient», expliquait Vallée samedi, quelques minutes après avoir vu ses hommes s'incliner une deuxième fois en moins de 24 heures face aux Cataractes, l'équipe qui les pourchasse au classement.

«Ce qu'on vient de vivre, c'est humain. On venait de récolter six points sur 10, de battre deux fois Rimouski. Les gars ont cru que ça serait facile vendredi, ils ont été chercher des stats à Shawinigan. Ils ont oublié que les Cataractes avec Poudrier, Donnelly et Bergeron, ça change les données.

«Aujourd'hui (samedi) on a mieux fait, mais on a vu que l'ajout d'Aquin de l'autre côté a produit des flammèches. Cette fin de semaine s'ajoute à notre bagage. On ne doit jamais oublier qu'on doit se battre à chaque match.»

Les récents succès du Phoenix sont dûs à la progression collective, mais aussi à la progression individuelle des jeunes éléments de l'organisation qui, soir après soir, jouent de grosses minutes.

«Ici, tout le monde joue. On garde ce cap même dans les situations corsées. Le mandat, c'est de progresser. On est en train de se forger une identité à travers ça. Bien sûr, comme entraîneur, tu regardes le tableau et tu aimerais avoir 3-4 victoires de plus. Mais bon, je suis heureux de ce que je vois.»

Vallée n'a que de bons mots pour Jonathan Deschamps, un Trifluvien de 16 ans que son organisation a repêché au début de la deuxième ronde l'été dernier.

«Présentement, je le sens un peu fatigué et c'est normal car il voit beaucoup d'action. Il y a très peu de jeunes de son âge qui jouent autant que lui. Son attitude est incroyable, il prend tous les moyens pour se développer. C'est un gros bonhomme qui a jeté les gants dernièrement. Son style est plus axé sur la défensive, mais il a tous les outils pour devenir un gars de premier plan. Il représente l'avenir pour notre équipe.»

Avenir qui pourrait être encore plus à l'avant-plan si le Phoenix liquide quelques vétérans à la prochaine période de transactions. «Même si nous avons10 jeunes de 17 ans et moins dans la formation, il n'est pas impossible que l'équipe soit rajeunie lors de la période des échanges. On verra.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer