Les Cataractes échangent leur premier choix européen

La présence de Patrik Koys (8) et Marvin... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

La présence de Patrik Koys (8) et Marvin Cüpper (39) dans l'alignement assure les Cataractes de la présence de deux bons Européens pour la saison 2013-2014. Le directeur gérant Martin Mondou a donc décidé de monnayer son premier choix européen de 2013 et il a trouvé preneur à Halifax. Les Mooseheads ont, entre autres, cédé deux choix au repêchage midget, un de deuxième ronde en 2013 et un autre de première ronde en 2014.

Photo: Sylvain Mayer

Partager

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

Avec le retour de Marvin Cüpper et Patrik Koys la saison prochaine, Martin Mondou s'est servi de son premier choix européen en 2013 afin de regarnir sa banque de choix à l'encan des joueurs midgets.

Les Mooseheads d'Halifax ont en effet accepté de refiler un choix de deuxième ronde en 2013 et un choix de première ronde en 2014, en plus de leur sélection au repêchage européen, afin de mettre la main sur cette sélection qui sera hâtive. Les deux clubs ont aussi troqué les services de deux joueurs qui n'évoluent pas dans la LHJMQ, soit Jean-Philippe Provencher et Kyle Kavanaugh.

«Nous étions à l'aise avec nos Européens (le gardien Marvin Cüpper et l'attaquant Patrik Koys), même si je suis conscient que Koys doit améliorer des choses afin de devenir un joueur d'impact. Dans son cas, il faut juste ne pas oublier qu'il avait 16 ans lorsqu'il est arrivé chez nous en début de saison. La patience est de mise», fait valoir Mondou, fort satisfait de ce qu'il a obtenu des Mooseheads.

«Ce sont des valeurs exceptionnelles. Au repêchage cette année, nous aurons cinq choix dans les40 premiers espoirs réclamés. On va reconstruire avec de la qualité, surtout que notre dépisteur-chef (Alain Bissonnette) a prouvé par le passé que lorsqu'il détenait de bons choix, il savait comment s'en servir pour aller chercher d'excellents jeunes.»Mondou avait placé son choix européen dans la vitrine depuis deux semaines, car il ne voulait pas attendre à cet été avant de bouger dans ce dossier.

«D'une part, nous savons que la Ligue canadienne a entamé une réflexion sur le repêchage européen. On ne voulait pas trop attendre et être pris avec cette valeur-là si jamais on ne peut plus bouger nos choix», confie-t-il. «Il y a aussi le fait que si nous attendions à cet été, les choix obtenus auraient été pour 2014. Là, on obtient un 2e choix pour 2013, et un premier choix pour 2014. Ça va nous permettre de reconstruire plus vite.»

Aquin veut prolonger son séjour à Shawinigan

Un autre geste de Martin Mondou, posé vendredi celui-là, a déjà rapporté des dividendes puisque Samuel Aquin, acquis au ballotage de l'Armada de Blainville-Boisbriand a fait une entrée remarquée samedi en conduisant sa nouvelle équipe à un gain de 3-2.

Non seulement Aquin a marqué le but décisif en fusillade, mais il a préparé le premier filet des siens. L'attaquant de 19 ans a été le patineur le plus incisif des deux clubs en territoire ennemi et avec un peu de chance, il aurait terminé le match avec trois ou quatre points.

«Avant de l'envoyer en fusillade, je lui ai dit d'être un héros pour sa nouvelle équipe et il a suivi ma consigne à la lettre», souriait Chalifoux, emballé par la première impression dégagée par Aquin. «J'aime sa façon d'exploiter sa vitesse. Il était reconnu pour ses habiletés naturelles et c'est ce qu'il nous a montré, tout en étant responsable défensivement. Quelle belle première impression!»

«Je suis content de mon premier match, la chimie s'est développée rapidement avec (Vincent) Arseneau et (Patrik) Koys. Je suis content d'être ici, ça va me donner la chance de jouer beaucoup plus. Il n'y avait pas de place pour moi avec l'Armada. J'ai eu une discussion avec Joël Bouchard il y a une semaine et demie et, à partir de là, j'ai compris qu'il se passerait probablement quelque chose...», indique Aquin, auteur de 18 points en 30 matchs l'an dernier.

«Mais j'ai raté le début de cette saison en raison d'une opération au genou. Quand je suis revenu, j'ai joué cinq matchs avant d'être laissé de côté...», relate-t-il.

Même s'il débarque dans une organisation qui s'enligne pour devenir la pire attaque de l'histoire de la ligue, Aquin ne prend rien pour acquis. Les prochains mois doivent lui servir, dit-il, à assurer son poste comme vétéran de20 ans l'an prochain. «C'est ce que je vise. Je suis prêt à y mettre les efforts pour que ça fonctionne.»

Aquin et les Cataractes amorcent ce soir une séquence de deux matchs en moins de24 heures sur la route en s'arrêtant à Baie-Comeau pour y affronter le Drakkar de leur ex-entraîneur Éric Veilleux. Lors du premier duel entre les deux clubs il y a quelques semaines, le Drakkar devait se croire au beau milieu d'une séance d'entraînement tellement l'adversité était déficiente. Avec Aquin, Loïk Poudrier et Dillon Donnelly dans l'alignement, ce sera intéressant de voir si le match sera plus serré.

Parlant de Donnelly, une rumeur sur Internet stipule que le redresseur de torts de 19 ans va passer aux Remparts de Québec samedi, à l'ouverture de la période des transactions. Les Cataractes obtiendraient un choix de deuxième ronde dans ce marché.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer