Benoît Groulx, par un mille!

Benoit Groulx est choisi par ses pairs comme... (Photo: Le Droit)

Agrandir

Benoit Groulx est choisi par ses pairs comme étant le meilleur pilote dans la LHJMQ.

Photo: Le Droit

Partager

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

Qui sont les meilleurs pilotes de la LHJMQ? Pour répondre à cette question, qui de mieux placé... que les entraîneurs-chefs eux-mêmes! Le Nouvelliste a donc demandé aux 16 pilotes du circuit Courteau qui travaillent derrière le banc d'un club depuis au moins un an de fournir leur liste sélecte des trois meilleurs membres de leur confrérie, en ordre hiérarchique.

Afin de s'assurer d'obtenir leur vraie évaluation et non pas des réponses à saveur politique, l'exercice s'est déroulé sur une base anonyme.

Gagnant de trois Coupes du Président, Benoît Groulx est le maître incontesté de ce petit sondage non scientifique. Le pilote des Olympiques va bientôt passer le cap des 600 matchs en saison régulière, lui qui en est à sa dixième saison à la barre de la formation de l'Outaouais. Il a signé une campagne de plus de 100 points, deux autres de plus de 90, mais c'est pour ses succès en séries que Groulx se détache du peloton. De ses trois conquêtes de la Coupe du Président, deux ont été achevées par des équipes qui n'étaient pas favorites pour obtenir leur billet pour la Coupe Memorial. Il faut également ajouter une présence en finale il y a deux ans alors que les Olympiques, malgré des armes moins tranchantes, ont été la seule équipe à donner du fil à retordre aux Sea Dogs dans leur marche vers la Coupe Memorial.

C'est ce tableau de chasse printanier qui a permis à Groulx d'apparaître sur le bulletin de votes de 14 confrères. Mieux, 12 des 16 l'ont identifié comme la plus grosse pointure, ce qui lui confère un intouchable total de 66 points (voir tableau pour la méthodologie).

«Dans notre ligue, la majorité des entraîneurs se spécialisent sur les systèmes, lui il travaille beaucoup sur le développement individuel, notamment sur le plan physique. Il a le don de sortir le meilleur de ses joueurs, et le meilleur de ses équipes», explique un entraîneur qui n'a pas mis une seconde à l'identifier comme le meilleur pilote. «C'est un gars qui, dans le feu de l'action, réagit très rapidement. Il n'utilise pas toujours la méthode douce, mais il sait comment aller chercher le maximum de ses joueurs. Une fois arrivé en séries, ses équipes sont non seulement prêtes pour la guerre, mais il est capable d'entrer dans la tête de ses adversaires», soutient de son côté un entraîneur qui dirige contre lui depuis des lunes.

Au deuxième rang, c'est Patrick Roy qui a obtenu la faveur du jury. Disposant de moyens financiers plus importants que la majorité des concessions dans le circuit, les Remparts sous Roy n'en sont pas moins un modèle de constance dans l'excellence. En sept saisons complètes, celui qui a été finaliste pour succéder à Randy Cunneyworth derrière le banc du Canadien a guidé ses hommes à trois saisons de 100 points et une autre de 90 points, ce qui permet au flamboyant personnage de se balader avec un impressionnant pourcentage d'efficaté de ,649. En séries, la feuille de route de Roy est un peu moins reluisante - son équipe a d'ailleurs échappé une avance de 3-0 face aux Mooseheads le printemps dernier - mais il a quand ajouté une belle grosse bague de la Coupe Memorial à sa collection en 2006, les Remparts ayant été invités au plus prestigieux tournoi de hockey junior en Amérique du Nord parce que l'événement se déroulait à Moncton et qu'ils avaient atteint la finale de la Coupe du Président face aux Wildcats.

Au cours du sondage, trois des quatre votes de première place qui ont échappé à Groulx ont été accordés au meilleur gardien de but de l'histoire du hockey. Roy se retrouve par ailleurs sur cinq autres bulletins de vote, ce qui lui confère un total de 30 points. «C'est un gars qui a l'ouverture d'esprit et l'intelligence d'aller voir ailleurs ce qui se fait de bien et qui en fait profiter ses équipes», raconte l'un des trois qui le perçoit comme le meilleur pilote de la ligue. «Il a l'expérience d'avoir joué au plus haut niveau, et il est capable de tirer le meilleur de son équipe, qui est toujours bien préparée», fait valoir un autre pilote qui l'a identifié au premier rang.

Tourigny complète le podium

André Tourigny complète le podium, lui qui va briser dans quelques semaines le record de Denis Francoeur pour le plus grand nombre de matchs dirigés derrière le banc d'une même équipe. Le Nicolétain amorce sa 11e campagne en Abitibi et s'il est toujours à la recherche d'un premier sacre printanier, ses clubs ont toujours eu la réputation de se battre avec acharnement à tous les matchs même s'ils ne disposaient pas toujours des outils pour rivaliser avec les meilleurs clubs du plateau. Parallèlement à son règne à Rouyn-Noranda, Tourigny a eu le privilège de vivre de belles expériences sur la scène internationale avec Équipe-Canada junior.

Ses états de service lui ont permis d'obtenir neuf votes, dont un de première place, pour un total de 21 points. «Quand tu passes autant de temps au sein d'une même équipe, c'est parce que tu dois faire beaucoup de belles choses», sourit l'un de ses admirateurs. «Il est travaillant, structuré, il réagit rapidement dans le feu de l'action. C'est un entraîneur complet.»

Flynn et Veilleux bien perçus

Deux autres noms ressortent de l'exercice, soit ceux de Danny Flynn et Éric Veilleux. Le premier a une conquête de la Coupe du Président en 2010 dans son cv. Le second, lui, vient tout juste de soulever la Coupe Memorial, orchestrant ainsi l'un des plus beaux retours dans l'histoire de la Ligue canadienne. Flynn a obtenu cinq votes, pour un total de 11 points, tandis que le nom de l'ex-pilote des Cataractes a été inscrit sur sept bulletins, totalisant 9 points.

«Les équipes de Flynn sont toujours bien structurées, elles performent souvent au-delà des prévisions», note l'un de ceux qui l'ont placé parmi la crème.

«Veilleux a fait un travail exceptionnel l'an dernier, compte tenu de l'environnement dans lequel il baignait. Peu de pilotes ont enduré une aussi forte pression et ça ne l'a pas empêché de soulever le gros trophée à la fin. Chapeau.», livrait un pilote qui croit d'ailleurs qu'il n'est pas reconnu à sa juste valeur.

Cinq points étaient accordés pour une première place, 3 pour une deuxième et 1 pour une troisième. Les entraîneurs ne pouvait s'identifier sur leur bulletin.

Benoît Groulx 14 votes 66 pts

Patrick Roy 8 votes 30 pts

André Tourigny 9 votes 21 pts

Danny Flynn 5 votes 11 pts

Éric Veilleux 7 votes 9 pts

J-François Houle 1 vote 3 pts

Mike Kelly 2 votes 2 pts

Dominic Ducharme 1 vote 1 pt

Mario Duhamel 1 vote 1 pt

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer