Un week-end sportif... et festif

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laurence Lemaire
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La ville de Trois-Rivières vibre au son des moteurs depuis vendredi. Le Grand Prix de Trois-Rivières (GP3R), qui en est à sa 44e édition cette année, se poursuit tout le week-end, promettant d'accueillir près de 120 000 visiteurs d'ici et d'ailleurs.

«Ça se passe très bien jusqu'à maintenant. La température est de notre côté. Quant au programme de courses, on rentre dans les temps sur chacune des séances», lance d'emblée le directeur général adjoint du GP3R, David Cossette.

Selon M. Cossette, les visiteurs seront non seulement nombreux à fouler le parc du terrain de l'Exposition de Trois-Rivières, mais également nombreux à profiter des activités à l'extérieur du site pendant le week-end. «On parle de 17 millions de dollars au niveau des retombées économiques pour la ville. Les hôtels sont remplis, et les campings aussi. C'est le moteur économique touristique le plus important pour la ville, et pour la région», avance M. Cossette. 

La directrice de Tourisme Trois-Rivières, Yolaine Masse, reconnaît également la portée touristique importante du GP3R. «Près de 80 % des Québécois connaissent le Grand Prix de Trois-Rivières, c'est un événement qui a une grande notoriété», souligne cette dernière. 

La particularité de l'événement, selon M. Cossette, c'est de permettre aux amateurs et aux curieux d'être près des pilotes automobiles. «Les gens ont un accès illimité aux paddocks, ils peuvent donc discuter avec les pilotes qui travaillent avec leur mécanicien sur leur bolide.»

S'initier à la course automobile

Hier, entre 16 h 30 et 21 h 30, le grand public avait d'ailleurs la chance de venir goûter à la course automobile et d'assister à la course officielle de la Série Sportsman Québec et du Championnat Canadien pour voitures de tourisme tout à fait gratuitement. Entre 10 000 et 12 000 personnes de plus étaient attendues à l'occasion des portes ouvertes, selon les organisateurs.  

«C'est une façon de remercier les gens de Trois-Rivières, et c'est aussi une occasion pour eux de découvrir la course automobile, d'entendre le bruit des voitures, et de sentir l'essence», soutient l'un des responsables des médias du Grand Prix, Éric D'Argenzio. 

Pour Simon, 15 ans, c'était une opportunité à ne pas manquer. «C'est la première fois que je viens. J'adore les autos. Je n'ai jamais manqué un seul Grand Prix à la télé», indique le jeune Montréalais, le sourire aux lèvres.

«C'est pour les enfants, pour les familles, c'est vraiment décontracté, c'est le fun. On peut voir les voitures, même le petit est rentré dans une voiture», commente quant à elle Anick Dumais, venue de Montréal avec son fils pour les portes ouvertes.

Une ambiance unique

Si le site se remplissait graduellement hier en fin d'après-midi, il accueillait une clientèle majoritairement masculine, dont plusieurs mordus de course automobile. 

«C'est sûr qu'il y a plus d'hommes, mais il y a de plus en plus de gens qui s'intéressent au Grand Prix. La clientèle provient du Québec, mais aussi de l'Ontario et des États-Unis», observe M. Cossette, qui ajoute que son équipe travaille à diversifier et à élargir la clientèle.

Une zone familiale avec des jeux gonflables ainsi qu'une zone détente sont d'ailleurs présentes sur le site afin d'accommoder la clientèle familiale. Un nouveau village Coors Light a aussi été aménagé sur le site, un «plus» selon le directeur général du GP3R, Dominic Fugère. 

«Je dois avouer que l'ajout d'un orchestre avec de la musique, c'est quelque chose qu'on aurait dû faire depuis très longtemps. Ça ajoute à l'atmosphère, les gens sont là, c'est festif», observe M. Fugère.

Parmi les visiteurs présents, plusieurs reviennent d'année en année pour revivre l'atmosphère conviviale du Grand Prix. 

Martin Brousseau, 30 ans, n'a jamais manqué un Grand Prix depuis 1993. «Je viens pour l'ambiance, le son des voitures, et les courses. Les petites amies sont interdites, c'est un week-end de gars», lance en riant ce dernier, accompagné de ses deux amis. 

Pour Samuel Genest, 23 ans, le Grand Prix est aussi devenu une tradition. «Ça fait une dizaine d'années que je viens. C'est un week-end pour voir des courses, prendre un verre, et s'amuser entre amis», dit-il.

Selon les organisateurs, les amateurs de course seront finalement comblés avec la journée d'aujourd'hui qui se promet d'être très chargée en courses. En soirée, les gens pourront se rendre au parc portuaire afin d'assister aux Feux Loto-Québec, le plus grand spectacle pyromusical en Mauricie.

Demain, la course Nascar Canadian Tire promet en revanche d'attirer foule. 

À noter que le Grand Prix de Trois-Rivières est diffusé en direct sur les ondes de RDS pendant tout le week-end. Des billets pour le Grand Prix sont également disponibles en ligne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer