La pétition pour sauver Gentilly-2 déposée à l'Assemblée nationale

Cette photo de Marie-Christine Hupé avait été prise... (Photo: Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Cette photo de Marie-Christine Hupé avait été prise en septembre, au moment où elle faisait circuler sa pétition.

Photo: Archives, Le Nouvelliste

Partager

La pétition initiée par la Trifluvienne Marie-Christine Hupé afin de sauver la centrale nucléaire Gentilly-2 a été déposée hier matin à l'Assemblée nationale par la députée de Trois-Rivières, Danielle St-Amand.

L'initiatrice qui a recueilli près de 10 000 signatures s'est d'ailleurs déplacée dans la Vieille Capitale afin d'assister au dépôt. Jointe par Le Nouvelliste en après-midi hier, elle se disait confiante que son initiative serve à quelque chose.

«Il y a des gens qui travaillent pour nous. Lorsqu'on dépose une pétition à l'Assemblée nationale, c'est officiel qu'il y a des gens qui vont travailler sur ça et qu'il va y avoir une suite», a-t-elle confié.

Bien que la pétition soit composée en majeure partie de signatures de personnes vivant dans la région, Mme Hupé a souligné avoir reçu des appuis provenant d'ailleurs au Québec et au Canada.

«Il y a des pétitions qui sont revenues par la poste de la Saskatchewan et des Îles-de-la-Madeleine. Ce n'est pas seulement ici. On sent que nous avons des appuis qui viennent de l'extérieur», ajoute-t-elle.

Questionnée à savoir si elle compte poser d'autres gestes afin de convaincre le gouvernement de revenir sur sa décision, la jeune femme a indiqué qu'elle préfère voir quels seront les impacts de sa pétition avant de se lancer dans une autre initiative.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer