La pétition pour sauver Gentilly-2 déposée à l'Assemblée nationale

Cette photo de Marie-Christine Hupé avait été prise... (Photo: Archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

Cette photo de Marie-Christine Hupé avait été prise en septembre, au moment où elle faisait circuler sa pétition.

Photo: Archives, Le Nouvelliste

Partager

La pétition initiée par la Trifluvienne Marie-Christine Hupé afin de sauver la centrale nucléaire Gentilly-2 a été déposée hier matin à l'Assemblée nationale par la députée de Trois-Rivières, Danielle St-Amand.

L'initiatrice qui a recueilli près de 10 000 signatures s'est d'ailleurs déplacée dans la Vieille Capitale afin d'assister au dépôt. Jointe par Le Nouvelliste en après-midi hier, elle se disait confiante que son initiative serve à quelque chose.

«Il y a des gens qui travaillent pour nous. Lorsqu'on dépose une pétition à l'Assemblée nationale, c'est officiel qu'il y a des gens qui vont travailler sur ça et qu'il va y avoir une suite», a-t-elle confié.

Bien que la pétition soit composée en majeure partie de signatures de personnes vivant dans la région, Mme Hupé a souligné avoir reçu des appuis provenant d'ailleurs au Québec et au Canada.

«Il y a des pétitions qui sont revenues par la poste de la Saskatchewan et des Îles-de-la-Madeleine. Ce n'est pas seulement ici. On sent que nous avons des appuis qui viennent de l'extérieur», ajoute-t-elle.

Questionnée à savoir si elle compte poser d'autres gestes afin de convaincre le gouvernement de revenir sur sa décision, la jeune femme a indiqué qu'elle préfère voir quels seront les impacts de sa pétition avant de se lancer dans une autre initiative.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer