IDÉ Trois-Rivières en mode action pour le fonds de 200 millions $

Le président d'IDÉ Trois-Rivières, Réjean Hardy, et son... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Le président d'IDÉ Trois-Rivières, Réjean Hardy, et son directeur général, Yves Marchand, veulent que les entreprises trifluviennes profitent au maximum du fonds de 200 millions de dollars.

Photo: Émilie O'Connor

Partager

Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Déterminés à ce que leur clientèle d'affaires ne manquent pas le bateau, les dirigeants d'Innovation et Développement économique (IDÉ) Trois-Rivières mettent tout en oeuvre pour que les entreprises trifluviennes puissent profiter du fonds de 200 millions de dollars liés à la fermeture de Gentilly-2. Et le directeur général Yves Marchand admet que certains projets auront besoin de subventions alors que le programme a été surtout conçu en fonction de prêts.

«Dans certains cas, ça va nécessiter du non remboursable. Il va falloir le considérer, même si des congés de remboursement de capital représentent une forme indirecte de subventions. J'espère qu'il y ait une orientation et qu'on verra ça cas par cas», a-t-il commenté, aux côtés de son président, Réjean Hardy.

Or, celui-ci est justement à la coprésidence du comité de diversification économique. Et il a réitéré la politique de prêts qui sera privilégiée dans la gestion du fonds destiné à 75 % à Trois-Rivières et Bécancour. «La norme, c'est le prêt, mais le comité n'est fermé à aucun projet», a-t-il fait savoir tout en ajoutant que les membres du comité connaissaient tous la nature de l'aide. Ces derniers se rencontreront à nouveau vendredi.

Quoiqu'il en soit, l'équipe d'IDÉ Trois-Rivières est actuellement mobilisée à l'interne pour «faire sortir les projets». «Il ne faut pas attendre à la dernière minute pour les stimuler et on veut organiser des rencontres de groupes avec des chefs d'entreprises», a annoncé M. Marchand. «Souvent, les entrepreneurs ont des idées de projets deux, trois ans à l'avance. On veut les aider à devancer leurs projets», renchérit M. Hardy.

Si la première étape consistera à découvrir les projets en gestation, plusieurs sont déjà dans la mire d'IDÉ Trois-Rivières, entre autres, dans les secteurs de l'aéronautique et des technologies vertes pour du démarrage et de l'expansion. Et si l'UQTR constitue un partenaire de choix, il n'est pas impossible que certaines initiatives puissent profiter aux deux villes riveraines. «On est en train de travailler quelque chose avec eux autres», a d'ailleurs indiqué le directeur général par rapport à Bécancour.

Le duo invite donc les promoteurs à recourir aux services d'IDÉ Trois-Rivières, ne serait-ce que pour les aider à compléter leur plan d'affaires.

«On leur lance un message d'opportunité pour de nouveaux projets, on ne veut pas en échapper», ont-ils conclu.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer