De COMSEP à députée de Pierrefonds-Dollard

La directrice générale de COMSEP, Sylvie Tardif, n'était... (Photo: François Gervais)

Agrandir

La directrice générale de COMSEP, Sylvie Tardif, n'était pas peu fière de l'élection de Lysane Blanchette-Lamothe comme députée de Pierrefonds-Dollard, même si cela signifie qu'elle perdra une employée précieuse.

Photo: François Gervais

Martin Francoeur
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Il y avait une grande fierté hier dans les locaux de COMSEP, à Trois-Rivières. Une des employées, Lysane Blanchette-Lamothe, a été élue députée néo-démocrate dans Pierrefonds-Dollard, une circonscription de l'ouest de l'île de Montréal. Avec ce nouveau rôle, la jeune femme de 27 ans est bien consciente que sa vie vient de changer et elle envisage son travail de députée avec lucidité et sensibilité.

«C'est un beau cadeau, une belle marque de confiance de la part des électeurs. C'est certain qu'il y a eu une vague mais ça témoigne quand même d'une volonté de changement manifestée par les électeurs et ça m'a agréablement surprise de voir qu'autant de gens avaient opté pour ce que le NPD avait à offrir en ce sens-là», explique la nouvelle députée.

Contrairement à certains autres candidats du NPD ailleurs au Québec, Lysane Blanchette-Lamothe ne voulait pas se contenter d'agir comme poteau pour le parti au sein duquel elle a toujours milité.

«Pour moi, c'était important de ne pas être une candidate-poteau. J'ai choisi Pierrefonds-Dollard parce que je connaissais bien la circonscription et que j'y avais encore un réseau de contacts intéressant. J'avais envie, même avec peu de moyens, de faire campagne», explique-t-elle.

Et c'est ce qu'elle a fait, surtout au cours des deux dernières semaines, par de nombreux allers-retours entre Trois-Rivières et sa circonscription natale de Pierrefonds-Dollard.

Au cours de ce dernier blitz de campagne électorale, elle a rencontré des électeurs, dans des centres commerciaux ou dans les gares de trains de banlieue, elle a visité quelques entreprises et rencontré des organismes. «Pas beaucoup, mais on l'a fait», assure-t-elle.

Et pendant ce temps, elle a toujours tenu aussi à honorer ses engagements au sein de COMSEP, où elle donne des ateliers de conscientisation et d'éducation populaire. Elle aborde des questions comme l'actualité, l'environnement, la politique et la vie citoyenne.

«Le but est d'amener les participants à s'exprimer sur des sujets comme ceux-là. C'est très stimulant», explique celle qui étudie présentement à la maîtrise en éducation à l'Université du Québec à Trois-Rivières, où elle a également complété son baccalauréat en enseignement en adaptation scolaire et sociale.

Hier matin, d'ailleurs, elle était à son poste même si elle n'avait pas dormi de la nuit. Elle a passé la soirée de lundi au théâtre Rialto, à Montréal, en compagnie de plusieurs autres candidats qui se voyaient élire en direct. «Il y avait une atmosphère incroyable. C'était très festif, très fébrile. Il y avait un grand sentiment d'accomplissement pour le parti, qui a réussi à aller chercher l'appui des Québécois», note-t-elle.

Comme plusieurs de ses nouveaux collègues, Lysane Blanchette-Lamothe a été recrutée un peu par accident. Impliquée depuis longtemps au sein du NPD, elle a accepté d'y être candidate en ne se doutant pas, au moment de remplir les formalités de candidature, qu'elle avait une réelle chance de devenir députée.

«Mais plus ça allait, plus on le sentait. En me présentant, c'est certain que j'étais consciente qu'il y avait une possibilité, même si elle était très faible. Mais sur le terrain, j'entendais les commentaires des gens et les encouragements. Au cours des dernières semaines, je me suis dit que j'irais jusqu'au bout», raconte la députée.

Et l'exploit n'est pas négligeable. Elle a délogé un libéral de longue date, Bernard Patry, qui était député depuis 1993 et qui a toujours été réélu depuis, avec des majorités variant entre 10 000 et 34 000 voix. Autour de Pierrefonds-Dollard, les forteresses libérales de Saint-Laurent-Cartierville - avec Stéphane Dion - et de Lac-Saint-Louis - avec Francis Scarpaleggia - ont tenu le coup.

Au cours des prochains jours, Lysane Blanchette-Lamothe rencontrera les responsables de l'organisation du NPD pour planifier la mise en place d'un bureau de circonscription, notamment.

Elle entend enfin garder un lien étroit avec COMSEP, où elle dit avoir découvert en Sylvie et Marie-Josée Tardif - toutes deux conseillères municipales à Trois-Rivières - des modèles de personnes impliquées en politique.

«Elles restent toujours près de leurs idéaux, près des gens. C'est exactement ce que je veux faire aussi», conclut-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer