Les vélos ont la cote

La circulation était si dense sur le boulevard... (François Gervais)

Agrandir

La circulation était si dense sur le boulevard des Récollets qu'il aura pris près de 30 minutes au photographe pour parcourir le trajet jusqu'à la sortie de l'autoroute 40.

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Alors que la traditionnelle cohue commerciale du 23 décembre ne s'est pas démentie, à voir les bouchons de circulation sur les grands boulevards de Trois-Rivières, les habitudes des consommateurs auront tout de même été bouleversées par un mercure aux allures printanières.

«On est très dépendant de la température. On n'a jamais vendu autant de vélos au mois de décembre. C'est anormal», raconte le copropriétaire de la boutique Le Yéti de Shawinigan, René Lamothe.

Pour cette boutique qui fait, entre autres, dans les manteaux d'hiver et le ski de fond, c'est pourtant la vente de fatbike «qui n'est pas mal de ce temps-là». «C'est parfait pour le temps qu'on a eu dernièrement», précise celui qui possède également Le Yéti de Trois-Rivières.

Il n'en demeure pas moins que «c'est moins achalandé que la normale», avoue-t-il. «On est dans l'expectative. On attend juste après la neige. L'hiver, les gens attendent d'avoir les pieds dans la neige. Ça prend des bons nerfs au Québec», ajoute M. Lamothe.

Or, chez Meubles Jacob, la douceur quasi estivale risque d'être un atout dans les prochains jours. «Le Boxing Day va être très fort», prévoit le directeur général, Christian Jacob, l'absence de neige tenant les amateurs de plein air loin des pentes de ski et des sentiers.

Même si «ça se passe bien» pour un 23 décembre, le copropriétaire des magasins de Saint-Tite et Shawinigan admet qu'il est plus difficile de «faire ses chiffres» depuis la récession de 2011. «On a déjà vu des années meilleures. Mais on fait de 35 % à 40 % de notre chiffre d'affaires de décembre entre Noël et Jour de l'An», tient-il à préciser.

Pour sa part, la propriétaire de la Perle Rare à Trois-Rivières, Krystel Levasseur, juge que «c'est plus long cette année à cause de la neige et des grèves». «C'est parti plus tard. Normalement, on nous demande des emballages dès la mi-novembre alors que le papier de Noël est apparu au début décembre», fait-elle remarquer tout en soulignant, au passage, la popularité des produits Pandora et des diamants.

Mais pour un 23 décembre, «ça va très bien et il y a du monde aux deux endroits», poursuit la femme d'affaires qui vient d'ouvrir une seconde bijouterie sur la rue Bellefeuille, après celle déjà bien implantée depuis près de 30 ans aux Galeries du Cap. Même que pour son nouveau point de vente, les objectifs sont déjà dépassés. «Ça va mieux que l'année passée», poursuit celle qui faisait travailler 17 personnes, mardi.

Finalement, du côté de Biondi design-La Cadoterie à Nicolet, le 23 décembre représente habituellement la plus grosse journée de vente. Et cette année ne fera pas exception, les trois journées précédentes ayant même été meilleures que le 23 décembre 2014. D'où l'ajout de personnel au cours des trois dernières semaines.

«C'est parti fort aujourd'hui (mercredi). J'ai plus d'inventaire, de choix et de variété cette année et on est unique en région», conclut celle qui compte, entre autres, une clientèle trifluvienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer