Reprise des négociations le 26 septembre chez Silicium Québec

Les négociations reprendront le 26 septembre chez Silicium... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Les négociations reprendront le 26 septembre chez Silicium Québec.

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Rochette
Le Nouvelliste

(Bécancour) Plus de quatre mois après le début du lock-out imposé par l'employeur, les travailleurs de Silicium Québec à Bécancour ont appris une bonne nouvelle, jeudi, soit la reprise des négociations le 26 septembre prochain.

Ce déblocage est survenu au terme d'une rencontre, jeudi, entre le conciliateur et la partie

patronale. Les derniers pourparlers remontaient au début de l'été.

«Si l'employeur a la ferme intention de négocier de bonne foi, c'est un pas dans la bonne direction. J'ai le désir de négocier», a commenté le président de la section locale 184 du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier (SCEP-FTQ), Jean Simoneau.

Rappelons que l'entreprise a demandé aux travailleurs une baisse salariale de 20 %, un recours accru à la sous-traitance qui affecterait au moins 30 emplois, une diminution de la contribution de l'employeur au régime d'assurance de 100 % à 50 % ainsi qu'un retrait du régime de retraite à prestation déterminée.

À deux reprises depuis le début du conflit, la direction a été rappelée à l'ordre par la Commission des relations du travail pour avoir eu recours à des briseurs de grève.

«On souhaite que l'employeur respecte l'ordonnance. Mais syndicalement, c'est difficile de savoir», admet M. Simoneau.

En congé forcé depuis le 3 mai dernier, les quelque 145 syndiqués gardent le moral selon leur président. Ils reçoivent entre 365 et 380 dollars par semaine grâce à divers fonds. «C'est directement relié au support. Les gens sont solidaires», a-t-il fièrement souligné.

Ce dernier a parlé des 35 000 dollars amassés lors d'une quête faite lors du récent congrès de fondation d'Unifor, une nouvelle organisation résultant de la fusion du SCEP et du syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile.

«Nous sommes à 100 % derrière nos membres chez Silicium qui se battent contre une compagnie américaine qui tente de les casser. Réunis avec l'ensemble des membres de notre nouvelle organisation, Unifor, nous sommes plus forts et encore plus déterminés que jamais. Cette donation en est un bel exemple», avait déclaré le directeur québécois d'Unifor, Michel Ouimet.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer