Ruée vers l'emploi à Trois-Rivières

La file d'attente était longue, jeudi matin, pour... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

La file d'attente était longue, jeudi matin, pour entrer au Salon de l'emploi.

Photo: Sylvain Mayer

Partager

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) «L'achalandage dépasse les attentes. C'est au-delà de ce qu'on avait projeté!»

Le stand de Marmen a accueilli plusieurs visiteurs.... (Photo: Sylvain Mayer) - image 1.0

Agrandir

Le stand de Marmen a accueilli plusieurs visiteurs.

Photo: Sylvain Mayer

Micheline Adam est à la recherche d'un emploi... (Photo: Sylvain Mayer) - image 1.1

Agrandir

Micheline Adam est à la recherche d'un emploi dans le domaine du contrôle de la qualité alimentaire.

Photo: Sylvain Mayer

Yves Marchand l'avoue volontiers. Le directeur général d'Innovation et Développement économique Trois-Rivières croyait que le premier Salon de l'emploi allait attirer un bon achalandage, mais avec près de 4200 visiteurs, ce niveau de participation défonce les prévisions.

Cet événement organisé par IDÉ et par Emploi-Québec Mauricie a réuni jeudi 80 exposants à la bâtisse industrielle, dont près de 60 entreprises qui ont offert 1000 postes. Ces emplois sont disponibles au sein de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

«Je m'attendais à une journée concentrée et ça a été intense. J'ai fait le tour des entrepreneurs et les gens sont satisfaits de leur journée. Et l'an passé, on a fait notre campagne de promotion à Montréal pour courtiser les gens. Plusieurs personnes de Montréal sont venus aujourd'hui (hier). Je sais qu'une entreprise a trouvé un ingénieur civil qui vient de Montréal et il recevra une offre», raconte M. Marchand.

«C'est une image positive du dynamisme qui anime Trois-Rivières sur le plan de l'emploi. Mille emplois à combler, c'est extraordinaire», déclare Agnès Maltais, ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, présente à l'ouverture du salon jeudi matin.

IDÉ a eu l'idée de tenir un salon de l'emploi afin de soutenir les employeurs dans leur besoin de main-d'oeuvre. Cet élément a été relevé par la présidente d'honneur du salon, Linda Boisvert. Selon la directrice des ressources humaines du Groupe Bellemare, les compagnies font face à un réel défi de recrutement, surtout lorsqu'elles doivent conjuguer avec les nombreux départs à la retraite.

«On constate des difficultés à recruter des candidats. Pour nous, le recrutement est crucial pour poursuivre notre évolution», constate Mme Boisvert, dont la compagnie est à la recherche de mécaniciens, de camionneurs en transport spécialisé et d'ingénieurs civils.

Une file de plus de 200 personnes

Que ce soit dans les domaines de la restauration, de l'hôtellerie, du graphisme ou de la transformation alimentaire, les emplois étaient nombreux et les visiteurs aussi. Plus de 200 personnes faisaient la file, hier matin, en attendant l'ouverture du salon. À 14 h, on avait compté plus de 2600 visiteurs.

Originaire du Centre-de-la-Mauricie, Micheline Adam se prépare à quitter Terrebonne pour venir s'installer à Trois-Rivières. Elle est à la recherche d'un emploi dans le domaine du contrôle de la qualité alimentaire.

«J'ai un DEC en techniques de chimie-biologie et des cours d'accréditation en alimentation. Il y a des emplois disponibles ici et je suis confiante de trouver quelque chose.»

Sébastien Marchand-Baribeau faisait partie des quelque 200 personnes à faire la file hier matin. Il affichait une belle confiance de trouver du travail.

«Je cherche un poste en comptabilité. Je finis ma formation et je suis encore à la recherche d'un stage.»

Éric Gervais était lui aussi parmi les premières personnes à attendre l'ouverture du salon.

«Ça fait environ quatre ans que je suis sur l'aide sociale. Je suis tanné! Je cherche du travail en cuisine. Et je suis confiant de trouver», raconte ce Trifluvien.

Selon le maire Yves Lévesque, l'organisation du salon était une belle occasion offerte aux chercheurs d'emploi de rencontrer directement les employeurs.

«On veut donner la chance aux gens de se trouver un emploi. Il y a des emplois spécialisés, mais aussi des emplois non spécialisés. Et on veut démontrer aux entrepreneurs qu'on a une main-d'oeuvre qualifiée.»

IDÉ fera un bilan du salon d'ici quelques jours. On connaîtra les retombées précises de cette activité qui devrait revenir en 2014.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer