Lueur d'espoir à l'A.B.I.

Les négociations se poursuivront à l'A.B.I..... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Les négociations se poursuivront à l'A.B.I..

Photo: François Gervais

Partager

(Bécancour) La direction d'Aluminerie de Bécancour (A.B.I.) d'Alcoa et la section locale 9700 du Syndicat des Métallos donnent une autre chance à la négociation. Si bien que le syndicat reporte les deux assemblées générales initialement prévues demain et mercredi afin de poursuivre les négociations.

Cette nouvelle réjouit Donald Martel, député de Nicolet-Bécancour, qui souhaite que les deux parties n'aient pas recours à un conflit de travail.

Une conciliatrice de Québec, France Racine, a convoqué une rencontre ce week-end afin de donner une autre chance aux négociations. C'est lors de cette rencontre que les deux parties ont accepté de revenir à la table.

Cette rencontre a même poussé le syndicat à remettre les deux assemblées générales où les quelque 900 employés devaient se prononcer sur les dernières offres qualifiées de finales par l'entreprise. Déjà, le comité de négociation avait fait savoir qu'il ne recommanderait pas l'offre patronale.

«La conciliatrice veut explorer diverses avenues avec les parties. Nous avons accepté de participer à cette démarche», explique le président de la section locale 9700, Clément Masse.

«C'est pour cette raison que le syndicat remet à plus tard les assemblées prévues les 12 et 13 février», souligne Clairandrée Cauchy, la responsable des communications des Métallos.

Par ailleurs, la direction de l'A.B.I. n'a pas procédé à la fermeture de la moitié d'une série de cuves. La direction de l'aluminerie soulignait vendredi que la fermeture d'une demi-série de cuves se ferait pour des questions de sécurité. Malgré des demandes d'entrevue, la direction de l'A.B.I. n'a pas retourné nos appels.

Rappelons que depuis le 22 novembre, l'entreprise a un droit de lock-out alors quele syndicat peut déclencher une grève.

Le député caquiste de Nicolet-Bécancour, Donald Martel, suit de très près les négociations à l'A.B.I. Il espère que sa région, qui connaît son lot de mauvaises nouvelles économiques ces derniers mois avec la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2 et la perte de 800 emplois qui y sont rattachés, ne vivra pas un conflit de travail.

«Tout ce qui amènera à une entente sans conflit, je vais en être heureux», affirme-t-il.

Le député soutient que la population de la région de Bécancour est très inquiète de l'avenir à l'A.B.I. «Tout le monde me parle de ça», précise-t-il. «C'est toujours sensible. La population est très inquiétée par un éventuel conflit de travail.»

Les négociations ont toujours été très difficiles ces dernières années à l'A.B.I. L'ancien premier ministre du Québec, Lucien Bouchard, avait même servi de médiateur spécial lors de la dernière négociation. Après plus d'un an de tension, 75 % des syndiqués avaient finalement accepté les offres de l'employeur.

En 2009, la direction avait demandé en pleine crise économique des concessions à ses 800 employés. Menaçant de fermer une série de cuves, ce qui aurait entraîné la perte de 275 emplois, l'entreprise avait obtenu des concessions de 15 % des heures travaillées.

Les négociations en 2004 s'étaient terminées aprèsune grève de quatre mois et demi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • La pression s'intensifie à l'A.B.I.

    Économie

    La pression s'intensifie à l'A.B.I.

    À quelques jours des assemblées générales cruciales concernant le dépôt des plus récentes offres patronales, la tension risque d'augmenter encore... »

  • Rejet des offres à l'A.B.I.: «C'est un pari risqué»

    Économie

    Rejet des offres à l'A.B.I.: «C'est un pari risqué»

    La décision du syndicat des travailleurs de l'Aluminerie de Bécancour de recommander à ses membres de rejeter les dernières offres patronales... »

  • A.B.I.: «On joue l'avenir de l'usine»

    Économie

    A.B.I.: «On joue l'avenir de l'usine»

    Un conflit de travail se dessine plus que jamais à l'Aluminerie de Bécancour alors que le comité de négociation recommandera le rejet des offres... »

  • Offre finale à l'A.B.I.

    Économie

    Offre finale à l'A.B.I.

    Après plus de cinq mois de négociations, la direction de l'Aluminerie de Bécancour vient de déposer une offre finale aux trois unités syndicales en... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer