Usine Laurentide: la proposition patronale rejetée à 57 %

Les syndiqués ont rejeté la proposition de réaménagement... (Photo: Émilie O'Connor)

Agrandir

Les syndiqués ont rejeté la proposition de réaménagement de la convention collective à l'usine Laurentide.

Photo: Émilie O'Connor

Partager

Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Après trois assemblées fort animées, les membres de la section locale 139 du Syndicat canadien des communications, de l'énergie et du papier de l'usine Laurentide ont rejeté dans une proportion de 57 % les demandes de modifications de leur convention collective formulées le 8 novembre par Produits forestiers Résolu.

Le résultat du vote a généralement été accueilli avec enthousiasme en fin d'après-midi. Les premiers travailleurs qui quittaient la salle des Chevaliers de Colomb du secteur Grand-Mère marchaient d'un pas déterminé, en scandant des mots pas très gentils à l'endroit de leur employeur.

Rappelons que deux jours après avoir annoncé l'arrêt définitif de la machine à papier numéro 10 le 6 novembre, la direction locale convoquait les trois unités syndicales de l'usine Laurentide pour entreprendre une négociation sur de nouveaux aménagements au contrat de travail, qui ne vient pourtant à échéance qu'en avril 2014.

Les papetiers affiliés à la CSN et les employés de bureau ont accepté les modifications proposées. Les négociations se sont cependant étirées avec les syndiqués de la section locale 139, qui ont finalement été appelés à voter sur la proposition patronale lundi soir et hier.

Sur les quelque 240 membres habiles à voter, 180 se sont prononcés. Cent quatre d'entre eux ont rejeté la proposition, tandis que 76 étaient prêts à l'accepter.

Terry Black, président de la section locale 139 du SCEP, accueillait ce résultat avec calme. Difficile, pour le moment, de prévoir les conséquences de ce rejet. Mais M. Black assure qu'il demeure disposé à reprendre des discussions pour trouver un compromis plus acceptable.»C'est l'inconnu pour les prochaines semaines», commente-t-il. «L'employeur nous avait indiqué que c'était une proposition finale. Que va-t-il arriver? On ne le sait pas.»

Produits forestiers Résolu souhaitait effectuer certains réaménagements dans la convention collective, sans toutefois toucher aux salaires. Des concessions étaient notamment exigées dans le calcul des vacances et des congés mobiles étaient abolis. L'employeur avait retiré sa demande initiale concernant l'élimination du droit de rappel des syndiqués mis à pied.

Les travailleurs considéraient toutefois que le vase débordait après avoir encaissé l'arrêt de production de la machine numéro 10, qui raye 59 emplois dans cette unité sur les 111 prévus.

À la signature du dernier contrat de travail en mars 2010, on retrouvait 261 syndiqués dans la section locale 139 du SCEP. En un peu plus de deux ans, cette unité avait perdu une vingtaine de travailleurs avant le couperet du 6 novembre.»Je pense que les gens en ont un peu assez, de donner», constate M. Black. «Ce sont toujours les gens d'opération qui écopent. Jamais les cadres, jamais le siège social. On est toujours ceux qui contribuent à sauver l'entreprise.»

Sacrifice inutile?

Évidemment, avec une seule machine en exploitation, les syndiqués savent lire entre les lignes. L'espérance de vie de la papeterie ne semble pas très élevée et dans leur for intérieur, ces travailleurs ne considéraient pas que de nouvelles concessions feraient une si grande différence. D'ailleurs, l'employeur avait refusé de garantir une durée d'exploitation si sa proposition était acceptée.

«Les gens sont résignés», observe M. Black. «Ils savent que la perspective d'un avenir à long terme n'est pas là. Si ça ne tenait qu'à ces demandes pour sauver l'usine, ça ne vaut pas la peine.»

M. Black s'attend à ce que ce vote entraîne d'autres mises à pied. De plus, il sait que 33 de ses membres âgés de 55 ans et plus devront oublier les mesures incitatives proposées par l'employeur pour bénéficier d'une retraite anticipée. Cette offre était directement liée à l'acceptation de la proposition patronale.

Claude Gagnon, représentant national au SCEP, accueillait ce résultat avec peu d'étonnement, compte tenu de l'historique de concessions à l'usine et de sa situation actuelle.

«Nous leur avons demandé si nous pouvions espérer au moins certains investissements de l'entreprise en cas d'acceptation et on s'est fait répondre que rien n'était moins sûr», soupire M. Gagnon. «Le message que nous avions était que nous pourrions prolonger la vie de la machine numéro 11 avec des concessions semblables. Ça ne laissait donc pas présager un trop bel avenir de toute façon.»

«Nous regarderons quelles sont nos options»

Chez Produits forestiers Résolu, on prendra le temps de digérer le résultat du vote de la plus importante unité syndicale de l'usine Laurentide avant d'annoncer la suite des événements.

Pierre Choquette, directeur principal, affaires publiques pour le Canada pour la multinationale, assure toutefois que ces compromis étaient jugés nécessaires pour maximiser les chances de viabilité d'une usine qui ne dispose maintenant que d'une seule unité de production de papier d'impression commerciale.

Le porte-parole est d'autant plus étonné que les deux autres syndicats avaient accepté la proposition patronale. Or, les membres de la section locale 139 du SCEP dénonçaient vivement que l'employeur cherche des compromis plus importants dans leur groupe par rapport aux deux autres.

M. Choquette ne pouvait expliquer ces différences. «Ce qui a été soumis à chaque unité avait pour but de maintenir une opération rentable. Tout était fait dans le même esprit.»

Pour le reste, M. Choquette n'a pas voulu dire si ce résultat fragilisait davantage l'avenir de cette papeterie.

«Nous regarderons quelles sont nos options afin de voir ce qui peut se présenter comme prochaine étape», avance-t-il. «Pour le moment, on ne peut pas spéculer.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer