Rio Tinto Alcan versera 4 millions $ sur 5 ans

Partager

Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Le Carrefour jeunesse emploi de Shawinigan recevait de la grande visite hier après-midi, alors que la chef de la direction de Rio Tinto Alcan, Jacynthe Côté, est venue annoncer officiellement le lancement du centre Passeport pour ma réussite. Pour assurer le succès de ce programme de persévérance scolaire, la multinationale accordera une contribution de quatre millions de dollars pour cinq ans.

«Notre métier, c'est de faire de l'aluminium», raconte Mme Côté. «Pas de faire des livres d'école, ni d'enseigner. Mais nous avons dans nos moeurs d'aider ceux qui savent faire.»

À Shawinigan, les élèves du secondaire qui résident au centre-ville, dans Saint-Marc-Christ-Roi et dans les quartiers moins favorisés du secteur Grand-Mère sont particulièrement ciblés. La première cohorte est composée de70 jeunes. Dans ces quartiers, près de quatre adolescents sur dix décrocheront avant la réussite de leur cinquième secondaire.

«C'est beaucoup trop élevé», souligne Caroline Duranleau, directrice du programme au CJE de Shawinigan. «Nous espérons que ça baisse de façon importante au cours des prochaines années.»

Mme Côté ajoute que le Québec est placé devant un double défi, ceux du rapide vieillissement de la population et de la productivité.

«Quel sera le coffre d'outils de nos jeunes de demain pour créer de la prospérité? C'est directement relié à l'éducation», soutient la dirigeante.

Concrètement, Passeport pour ma réussite propose l'aide aux devoirs deux fois par semaine, des activités sportives et socioculturelles, un soutien financier pour l'achat de matériel scolaire ou de coupons pour des repas, une bourse d'études postsecondaires pouvant atteindre 2500 $ après cinq ans et un jumelage avec des conseillers.

Au printemps, le Carrefour jeunesse emploi de Shawinigan apprenait qu'il coordonnerait ce programme. Depuis, huit professionnels ont été engagés, épaulés par une trentaine de bénévoles, principalement des tuteurs et des mentors.

Pierre Côté, président-directeur général de Passeport pour ma réussite - Québec, rappelle que le premier programme a été créé en 2001 dans le quartier de Regent Park, à Toronto. Le taux de décrochage scolaire y atteignait alors 56 %. Six ans plus tard, il avait baissé à 10 %.

Au Québec, Passeport pour ma réussite est déjà implanté à Verdun. En 2010, Rio Tinto Alcan a promis 15 millions de dollars sur cinq ans pour s'impliquer dans la persévérance scolaire par diverses initiatives. Après Shawinigan, Montréal et le Saguenay - Lac Saint-Jean devraient bénéficier du Passeport pour ma réussite au cours des prochaines semaines.

«Comme parent, j'ai vu tout ce que ça nous demande pour faire réussir nos jeunes à l'école», raconte Jacynthe Côté. «Si c'était simple, ce serait réglé depuis longtemps! De se mettre ensemble pour appliquer des solutions qui ont fonctionné, c'est la bonne façon de faire.»

La Ville et la Commission scolaire de l'Énergie apportent un soutien technique.

«Plutôt que nier le fait que nous avons un problème important de persévérance scolaire, nous nous sommes retournés pour regarder les programmes qui avaient déjà fait leurs preuves», soulève le maire, Michel Angers. «Nous attendons énormément d'un programme comme celui-là.»

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer