Les projets de condos se multiplient

Habitations Paris et frères a lancé son développement... (photo : François Gervais)

Agrandir

Habitations Paris et frères a lancé son développement de 144 unités de copropriétés sur le boulevard Rigaud.

photo : François Gervais

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) 2012 s'annonce comme étant l'année de l'immeuble de copropriétés à Trois-Rivières.

 

 

Au cours du mois de février uniquement, trois promoteurs immobiliers ont annoncé leur projet domiciliaire. Gestion immobilière Normanville, Habitations Paris et frères et Faubourg du Saint-Laurent projettent de construire un total de 1054 unités de logements, dont 804 seront réservés à la copropriété.

Les investissement prévus pour ces projets qui se réaliseront d'ici 10 ans s'élèvent à 108 millions de dollars. Si on fait une moyenne, on peut s'attendre à ce que 80 maisons en copropriété soient érigées par année au cours de la prochaine décennie.

Ces statistiques n'incluent pas les autres projets comme les 50 condos que veut construire le promoteur Jean-Claude Fortin à côté de Place Belvédère. Le chantier doit se mettre en branle en mai. Et le projet de Trois-Rivières sur Saint-Laurent sera aussi à considérer à moyen terme.

«Qui aurait cru ça il y a quelques années? Historiquement, Trois-Rivières n'est pas reconnue comme étant un marché de condos. Il y a des entreprises qui ont essayé de percer le marché il y a quelques années et ça n'a pas marché. Mais il y a de la place pour du condo, on s'en va vers ça», estime Maxime Rodrigue, directeur général de la section Mauricie-Lanaudière de l'Association provinciale des constructeurs d'habitations du Québec.

L'attrait pour des maisons en copropriété réside en quelques facteurs. Comparativement à une maison unifamiliale, le condo est moins exigeant en terme d'entretien. Les gens peuvent aussi être à la recherche d'un chez-soi plus petit tout en étant propriétaires. La fourchette de prix joue aussi un rôle dans l'acquisition d'une telle propriété. Mais le vieillissement de la population est un facteur à considérer.

«On voit que le marché de la copropriété s'adresse aux baby-boomers qui arrivent à l'âge de la retraite, observe Lise Girardeau, directrice générale de la Chambre immobilière de la Mauricie. Ils ne sont pas prêts à aller en résidence pour personnes âgées quand ils sont en forme. Mais ils sont prêts à réduire le travail d'entretien d'une maison. Le condo vise le bon marché avec les baby-boomers

La liberté d'avoir un toit au-dessus de la tête à meilleur prix peut aussi inciter des plus jeunes à se porter acquéreur de ce type d'habitation même si ce n'est pas nécessairement la première clientèle.

«Un condo, ce n'est pas trop cher. Il y a des gens qui préfèrent être plus libres financièrement pour être plus libres de leur temps. Il y a des jeunes professionnels qui s'achètent un condo, car ils veulent avoir un chalet, ils veulent faire des voyages, ils ont une vie sociale plus animée, etc.», ajoute Maxime Rodrigue.

Cette effervescence du marché de la copropriété à Trois-Rivières intéresse vivement Marie-Élaine Denis. L'analyste de marché à la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) affirme que cette situation est du jamais vu même si le marché immobilier est très dynamique à Trois-Rivières depuis 2009, selon elle.

«Avant, on assistait à une dizaine de maisons en copropriété construites par année. Et pendant plusieurs années, c'était aucune mise en chantier! C'est l'attrait du produit abordable. Et il faut aussi rappeler les conditions de financement qui sont extrêmement favorables.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer