Gaz de schiste: des municipalités sur les dents

Guy Diamond, maire de Charette.... (Photo: Sylvain Mayer)

Agrandir

Guy Diamond, maire de Charette.

Photo: Sylvain Mayer

Dossiers >

Gaz de schiste

Actualité

Gaz de schiste

Consultez notre dossier complet sur le gaz de schiste. »

Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) La Municipalité de Charette est sur les dents depuis qu'elle a appris que 75% de son territoire fait l'objet de titres d'exploration octroyés à la compagnie gazière Junex.

Des maires ont appris avec stupéfaction que Junex... - image 1.0

Agrandir

Des maires ont appris avec stupéfaction que Junex détient des permis sur une bonne partie du territoire de leur municipalité.

Cette information a été mise au jour à l'occasion d'une récente conférence organisée dans la municipalité par le Comité de vigilance gaz de schiste de la Mauricie. Le maire et les citoyens ont alors appris que le territoire de Charette pourrait être sujet à de l'exploration et peut-être éventuellement à de l'exploitation de gaz de schiste.

Les permis de Junex couvriraient aussi 100% du territoire de Saint-Barnabé-Nord, tandis que les municipalités de Saint-Étienne-des-Grès, Saint-Boniface et Saint-Mathieu-du-Parc sont couvertes aussi, mais en moins grandes superficies selon ce qu'a découvert le maire de Charette, Guy Diamond.

«Quand tu apprends que tu as un pourcentage aussi élevé, c'est une situation historique pour une municipalité rurale», fait valoir M. Diamond.

Le conseil municipal entend se pencher sur cette question dès lundi, ce qui donnera lieu, par la suite, au lancement d'une pétition auprès des citoyens demandant à Québec de protéger les sources souterraines d'eau potable communes que se partagent Saint-Barnabé-Nord, Saint-Élie-de-Caxton et Charette.

Le maire parle aussi de la possibilité de créer une coalition des municipalités touchées et d'instaurer un règlement comme celui adopté en mars dernier par Wickham selon lequel il est interdit d'introduire, par forage, des substances susceptibles d'altérer la qualité de l'eau.

Le maire Diamond tient à préciser qu'il n'est pas en train de dire que Junex est un bon ou un mauvais citoyen corporatif. «Mais si l'on se manifeste pour démontrer qu'on est présent et qu'on veut les avoir à l'oeil, à partir de là, on va leur enlever une certaine liberté d'action», croit-il.

Dave Pépin, vice-président affaires corporatives et chef des finances chez Junex, confirme que des permis ont été pris dans ces municipalités et sur beaucoup d'autres terrains dans les basses terres du Saint-Laurent, et ce, depuis longtemps. «Il y a des permis d'exploitation. En fait, il y en a partout au Québec, mais ça ne veut pas dire qu'il va y avoir des travaux», tient-il à nuancer. «Et quand il y a des travaux d'exploration, ça ne veut pas dire qu'il va y avoir un développement commercial», fait-il valoir.

«Il y a eu une découverte qui, estime-t-on, pourrait peut-être se qualifier comme une découverte importante de gaz naturel, ce que les gens appellent le gaz de schiste», dit-il.

Toutefois, ajoute M. Pépin, il reste beaucoup de travail à faire avant de démontrer ceci. «Il y a peut-être 200 millions $ qui ont été investis, à date, par les compagnies, mais il faudrait très certainement investir 200 à 300 millions»$ additionnels pour bien comprendre le modèle économique des basses terres du Saint-Laurent», fait valoir M. Pépin.

«Tant que ce n'est pas fait, personne ne sait si ça va être rentable pour les compagnies de l'exploiter», dit-il.

Même si l'exploration et surtout l'exploitation du gaz de schiste dans la MRC de Maskinongé demeure à l'état purement hypothétique, pour l'instant, le maire Diamond fait valoir qu'il aurait préféré apprendre la nouvelle directement de Junex. «S'ils étaient bons princes, probablement qu'ils auraient tendance à venir informer les gens», reproche le maire qui trouve la situation «désolante».

«J'ai toujours pensé qu'on était loin du fleuve et qu'on ne serait donc pas touché», dit-il. Le maire Diamond craint que d'éventuels forages, en particulier les forages horizontaux, puissent avoir des impacts sur les sources d'eau de très grande qualité qui alimente les municipalités du secteur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer