«Mission accomplie»

De nombreux citoyens sont arrivés tôt dimanche matin... (Photo: Andréanne Lemire)

Agrandir

De nombreux citoyens sont arrivés tôt dimanche matin pour visiter le nouvel Amphithéâtre.

Photo: Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Myriam Lortie
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Steve Dubé, directeur général de la Corporation des événements de Trois-Rivières, et le maire Yves Lévesque ont accueilli les citoyens par milliers avec un grand enthousiasme dimanche pour la journée portes ouvertes. Les meneurs du projet, sollicités de toutes parts tout au long de la journée, se sont réjouis de la réponse du public à l'ouverture des portes de l'Amphithéâtre Cogeco.

«Je me disais qu'il y aurait une centaine de personnes ce matin en partant, mais il doit avoir rentré quoi... 2000? 3000? 4000 personnes? Il est juste 10 h 10! Je suis vraiment content de voir autant de gens. Je me suis battu pour ça, c'est incroyable», expliquait le maire avec grand enthousiasme en matinée dimanche. 

Ce qu'il retient de cette journée, c'est le mot «fierté». «Pour moi c'est ça le grand accomplissement, plus que l'amphithéâtre. Le projet le plus important pour moi c'est que chaque citoyen soit fier de sa ville. C'est mission accomplie.»

Steve Dubé était tout aussi emballé, voire émotif face à la réaction du public. «C'est au-delà de mes attentes. C'est impressionnant le nombre de gens qui se sont déplacés. Je ne m'attendais pas ça. Les commentaires des gens ce sont des ''wow'', ''époustouflant'', ''c'est beau'', ''on est impressionné''. C'était important pour nous que les Trifluviens soient les premiers à découvrir l'Amphithéâtre, qu'ils voient toute sa splendeur, sa beauté. C'est l'Amphithéâtre des gens, celui de la population», rappelle-t-il.

Il était important pour les deux hommes et leur équipe de réaliser cette journée portes ouvertes qui ne pouvait se tenir avant en raison des conditions du chantier qui ne permettaient pas d'en assurer la sécurité. «Il n'y a rien de mieux pour les gens que de venir le constater sur place», expliquait Steve Dubé à l'entrée de l'Amphithéâtre, répondant aux questions des citoyens. «Ce qu'on vit ce matin et ce qu'on va vivre le soir de la première, il n'y a pas de mots pour ça. Les gens nous félicitent aujourd'hui d'avoir tenu la route, d'avoir tenu le fort. D'avoir tous ces commentaires, ces énergies-là, c'est vraiment plaisant», explique le

directeur général. 

Steve Dubé et son équipe évaluent le nombre de personnes à 15 000 pour cette journée portes ouvertes. «J'aurais pu dire 20 000, mais avec 15 000 c'est plus sûr», précise celui qui venait de souffler un peu, quelques minutes après la fermeture des portes. «Ça a été un flot continu toute la journée.»

Se Tenir debout

Le chemin pour se rendre jusqu'à cette ouverture n'aura toutefois pas été de tout repos. Yves Lévesque, qui ne savait plus où donner de la tête à l'accueil des citoyens, se rappelait les étapes moins reluisantes à l'aboutissement du projet. «Réaliser un projet comme ça, c'est difficile. Tu rentres le soir puis tu te dis que la pression est difficile. Ça aurait été tellement facile de laisser tomber. Quand tu ne fais rien, tu ne peux pas avoir de controverse. Mais quand tu ne fais rien, il ne se passe rien.» 

Pour lui, la réponse du public à cette journée portes ouvertes est une preuve qu'il avait raison de persévérer. «Cette ville-là, je l'ai adoptée. Je trouvais tellement qu'elle avait un potentiel incroyable, mais ça passait par des projets qui allaient se démarquer et qui allaient faire la différence à Trois-Rivières. Cette ville-là elle nous appartient, elle n'appartient pas aux voisins. Comme je l'ai déjà dit, être visionnaire, ça fait peur au gens. En politique, c'est encore plus difficile parce que ton employeur c'est la population.» 

S'attendait-il à cette réponse des citoyens dimanche matin? «Honnêtement, non. Ça prouve que les gens comprennent.» 

Le maire souligne que l'Amphithéâtre n'est qu'un item parmi tant d'autres. «Moi je vois où la ville doit être dans 10 ans. Je la voyais quand je suis arrivé en 2002. J'avais déjà mon plan en tête. Ça ne se réalise pas aussi vite que je le voudrais, mais on y va tranquillement pas vite. Ma marque de commerce c'est de me donner au maximum quand je m'engage dans quelque chose.»

«Cette ville-là est en train de rayonner, c'est une fleur qui est en train de s'ouvrir.»

Les Trifluviens découvrent leur Amphithéâtre

Les citoyens ont été nombreux dimanche à découvrir l'Amphithéâtre Cogeco. Avant même l'ouverture des portes, ils étaient plusieurs à faire la file pour participer à la journée portes ouvertes qui s'est déroulée de 10 h à 16 h. Les citoyens, qui ont répondu par milliers à l'invitation, étaient impressionnés par le site. 

Il était difficile d'approcher le maire de Trois-Rivières à l'ouverture tant il y avait de gens qui voulaient lui serrer la main. «Je suis venu voir le legs de monsieur le maire», disait l'un. «Je veux vous dire qu'il n'y a pas juste du monde qui n'aime pas ça l'Amphithéâtre, regardez tous ces gens», disait l'autre. «Incroyable, je ne pensais jamais que c'était beau comme ça», s'empressait d'ajouter un autre, devant un maire débordant d'enthousiasme.

La visite ne permettait que de visiter le hall d'entrée et l'extérieur du site, incluant la section des sièges, puisque les équipements du Cirque du Soleil étaient déjà en place dans l'arrière-scène, dans les corridors et les loges. Le stationnement situé le long de l'avenue des Draveurs, d'une capacité d'environ 200 véhicules, était plein à craquer.

«Ça fait des années qu'on entend parler de ce site-là, il a été énormément contesté. On voulait voir de visu comment c'était», explique Lauraine Boucher en compagnie de son mari. «C'est extraordinaire comme site, avec le fleuve Saint-Laurent, la rivière Saint-Maurice, c'est merveilleux. Je pense que ça va être un des joyaux de Trois-Rivières. Je suis très fière. On est vraiment chanceux à Trois-Rivières d'avoir un endroit comme celui là», explique celle qui a déjà acheté des billets pour deux spectacles. «On veut en profiter. Ça va attirer des touristes aussi.» Faisant partie d'une troupe de théâtre, elle aurait toutefois apprécié pouvoir accéder aux loges et à l'arrière-scène.

C'est la curiosité qui a amené Éric Ahern à la visite. «Le point de vue est extraordinaire. N'importe où, on voit bien d'où on est assis. La vue sur le fleuve, la partie gazonnée... Au niveau du génie je trouve que c'est bien conçu. Par contre, je trouve que la scène semble un peu petite par rapport à l'immensité de l'amphithéâtre.» Ce dernier dit avoir visité l'Agora du Vieux-Port de Québec, un site qu'on a déjà comparé à l'Amphithéâtre trifluvien. «La comparaison n'a rien à voir. Ici, déjà c'est un peu plus grand, mais c'est surtout la beauté du site. C'est beaucoup mieux. Je crois que les gens vont arriver plus de trente minutes avant le spectacle pour profiter des lieux.»

Luc et Lise sont arrivés quinze minutes avant l'ouverture des portes. Eux aussi se disaient impressionnés par la vue d'ensemble. «Tu vois aussi bien de partout, de tous les sièges. Très belle vue. C'est grandiose.» Son mari conclut en disant: «On est dans une grosse ville».

Accoudés sur la balustrade face au fleuve, Lise et Luc contemplaient le site. «C'est très beau. Des fois on chiale, on parle, on dit ceci ou cela, mais je me dis qu'il faut aller voir de quoi ça a l'air avant de chialer. C'est vraiment très beau, ça valait la peine de se déplacer. On va savoir de quoi on parle maintenant. Les chialeux, je ne sais pas s'ils vont venir ici aujourd'hui, mais ils devraient. Venez voir!» Ces derniers ne savent pas s'ils vont venir assister aux spectacles en raison du coût des billets. «On ne pouvait pas penser que de l'extérieur, ça ressemblerait à ça. C'est aéré, c'est clair», poursuit Luc. «C'est à notre tour. On n'avait rien. Québec, Montréal ont tout ça, mais là, c'est à notre tour», conclut-il fièrement. 

Les représentations du spectacle Le monde est fou imaginé par Le Cirque du Soleil se dérouleront à 20 h 45, du 15 juillet au 15 août. Le public est invité à arriver dès l'ouverture des portes à 19 h 30 afin de profiter du site et de l'avant-spectacle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer