Séoul

  • Une visite au palais de Changdeokgung. Séoul (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Une visite au palais de Changdeokgung. Séoul

    Photo: Claude Gill

  • 1 / 9
  • Une visite au palais de Changdeokgung. Séoul (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Une visite au palais de Changdeokgung. Séoul

    Photo: Claude Gill

  • 2 / 9
  • Une publicité de Psy dans le métro de Séoul. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Une publicité de Psy dans le métro de Séoul.

    Photo: Claude Gill

  • 3 / 9
  • Quartier de Gangnam. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Quartier de Gangnam.

    Photo: Claude Gill

  • 4 / 9
  • Quartier de Gangnam. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Quartier de Gangnam.

    Photo: Claude Gill

  • 5 / 9
  • Une jeune femme GangnamStyle. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Une jeune femme GangnamStyle.

    Photo: Claude Gill

  • 6 / 9
  • De la publicité dans la rue! (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    De la publicité dans la rue!

    Photo: Claude Gill

  • 7 / 9
  • Le vieux et le moderne. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Le vieux et le moderne.

    Photo: Claude Gill

  • 8 / 9
  • Yuri la jeune ménagère au StayKorea. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Yuri la jeune ménagère au StayKorea.

    Photo: Claude Gill

  • 9 / 9

Partager

Sur le même thème

Claude Gill, collaboration spéciale
Le Nouvelliste

Il y a beaucoup de monde ici. Alors que la Corée du Sud toute entière compte un peu plus de 49 millions d'habitants, sa capitale, Séoul, en dénombre 10 millions. Vingt-cinq millions incluant la région métropolitaine. Et ce matin, ils en ont un de plus sur les bras.

Cette mégalopole séparée entre le nord et le sud par le fleuve Han se classe troisième comme étant la plus peuplée au monde. Tokyo et Mexico la devancent en première et deuxième position. New York suit derrière. Ils sont 480 Séouliens au kilomètre carré. Ne sortez pas vos rubans à mesurer, je vous l'assure, on en a toujours un à gauche, un à droite, un dans face et un dans... le dos!

Cette densité de population est très confortable à vivre dans un wagon de métro aux heures de pointe.

Et comme si Séoul ne se suffisait pas à elle-même, il y a un deuxième Séoul. Si, si, un deuxième Séoul... sous terre. Il y a sous terre comme une seconde ville. Une ville meublée de magasins, d'entreprises de service, de restos, et évidemment de Séouliens.

La vie sous terre connectée par un immense réseau de métros aux allures d'un énorme spaghetti comptant une quinzaine de lignes et de boucles dans tous les sens de la ville. J'essaie de compter pour vous le nombre de stations sur ma carte, mais après maintes reprises, je n'y arrive pas. Mais je suis prêt à vous gager un beau billet de 50 000 wons qu'il y en a au-delà de 300.

Vivant toujours sous la menace de son voisin du haut, Pyongyang et son pion Kim Jong-Un qui aime beaucoup les pétards à mèche, Séoul est une ville qui marie bien le vieux et le moderne.

Doublement primée «Capitale mondiale du design» et «Ville Unesco du design» en l'an 2010, Séoul a su conserver et restaure encore ses vieux palais, ses portes de la ville et ses anciens remparts fortifiés qui ceinturent la capitale à certains endroits. Il est toujours étonnant de retrouver des bâtiments des anciennes dynasties datant de cinq ou six siècles en plein centre d'un jardin de gratte-ciel aux allures excentriques. Toujours étonnant, mais toujours intéressant.

Et l'excentricité ne se limite pas qu'au design architectural... il y a aussi la mode et la K-Pop, cette vague déferlante de musique sud-coréenne qui fait actuellement un tabac mondial surtout avec Psy et le Gangnam Style. Psy est ici omniprésent autant dans les publicités qu'avec ses produits dérivés.

Même s'il est déconseillé d'être en tête ou en queue de peloton lorsqu'il s'agit de traverser une rue ici à Séoul, somme toute, la vie y est agréable. Tellement agréable que je me trouve très serein ce soir en écrivant ces lignes. Pas de blague, pas de connerie, seulement que de véridiques descriptions au sujet de Séoul. Suis quasiment rendu plate.

Oui la vie est agréable ici. Logeant actuellement au StayKorea, dans le quartier étudiant de l'université Hongik, je retrouve enfin une maison. Probablement une vieille maison, mais refaite à neuf. De la belle brique extérieure, un plancher chauffant, de l'eau chaude pour se brûler, un lit double, une laveuse, une table et des chaises ainsi que deux magnifiques toasters.

Ah oui, il y a aussi les autres locataires. Des locataires qui se renouvellent pratiquement tous les jours... des Françaises, des Koréennes, des Thaïlandaises. Même si les salles de bain sont pratiquement toujours occupées, je les endure péniblement avec plaisir!

Et demain matin, je donnerai la troisième leçon de langue à Yuri, la jeune ménagère ici au StayKorea. Brillante, dégourdie et aimant les langues, je lui enseigne le français. Hier, je lui ai appris à compter jusqu'à onze sur mes doigts. Ce matin, je lui ai montré les parties du merveilleux corps humain. Et demain, je lui apprendrai à formuler des phrases complètes. Elle aura réussi ses examens lorsqu'elle dira correctement ''Yuri aime Claude!!!''

Je voulais faire sérieux jusqu'à la toute fin de ce papier, mais que voulez-vous... suis incapable d'y arriver!!!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer