Les Intha et les Bretons

  • Peace and Love from  Innlay Lake. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Peace and Love from Innlay Lake.

    Photo: Claude Gill

  • 1 / 16
  • L'arrosage des jardins tôt le matin. Innlay Lake. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    L'arrosage des jardins tôt le matin. Innlay Lake.

    Photo: Claude Gill

  • 2 / 16
  • Des pêcheurs sur le lac.  Innlay Lake. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Des pêcheurs sur le lac. Innlay Lake.

    Photo: Claude Gill

  • 3 / 16
  • -30 chez vous, +30 ici!!!  Innlay Lake. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    -30 chez vous, +30 ici!!! Innlay Lake.

    Photo: Claude Gill

  • 4 / 16
  • Quelques maisons sur pilotis. La poissonnerie est au sous-sol. Innlay Lake. (Claude Gill)

    Plein écran

    Quelques maisons sur pilotis. La poissonnerie est au sous-sol. Innlay Lake.

    Claude Gill

  • 5 / 16
  • Une petite rue de quartier. Il y a moins de chiens fous sur les trottoirs ici.  Innlay Lake. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Une petite rue de quartier. Il y a moins de chiens fous sur les trottoirs ici. Innlay Lake.

    Photo: Claude Gill

  • 6 / 16
  • Une tisserande qui prend une pause.  Innlay Lake. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Une tisserande qui prend une pause. Innlay Lake.

    Photo: Claude Gill

  • 7 / 16
  • Une petite visite chez le forgeron du coin. Tout comme un concert de percussion, ils sont quatre à marteler la pièce sans jamais faire de fausses notes. Assis plus haut, un homme manipule un soufflet pour activer le feu.  Innlay Lake. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Une petite visite chez le forgeron du coin. Tout comme un concert de percussion, ils sont quatre à marteler la pièce sans jamais faire de fausses notes. Assis plus haut, un homme manipule un soufflet pour activer le feu. Innlay Lake.

    Photo: Claude Gill

  • 8 / 16
  • Assis à gauche, notre capitaine essayait de ne pas perdre son bateau au jeu, pendant que nous prenions le dîner. Drôle de jeu avec des pichenottes, des cartes et du fric.  Innlay Lake. (Claude Gill)

    Plein écran

    Assis à gauche, notre capitaine essayait de ne pas perdre son bateau au jeu, pendant que nous prenions le dîner. Drôle de jeu avec des pichenottes, des cartes et du fric. Innlay Lake.

    Claude Gill

  • 9 / 16
  • Toujours pendant que notre capitaine perdait son bateau au jeu, j'ai assisté à une cérémonie mortuaire sur le lac.  Innlay Lake. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Toujours pendant que notre capitaine perdait son bateau au jeu, j'ai assisté à une cérémonie mortuaire sur le lac. Innlay Lake.

    Photo: Claude Gill

  • 10 / 16
  • Village Intha. Innlay Lake. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Village Intha. Innlay Lake.

    Photo: Claude Gill

  • 11 / 16
  • Village Intha. Innlay Lake. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Village Intha. Innlay Lake.

    Photo: Claude Gill

  • 12 / 16
  • Une dame girafe qui vous salue ce matin. Non, mais vous êtes chanceux!!! Innlay Lake. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Une dame girafe qui vous salue ce matin. Non, mais vous êtes chanceux!!! Innlay Lake.

    Photo: Claude Gill

  • 13 / 16
  • Des dames girafes, ces femmes au long cou au métier à tisser.  Innlay Lake. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Des dames girafes, ces femmes au long cou au métier à tisser. Innlay Lake.

    Photo: Claude Gill

  • 14 / 16
  • David et Valentin qui font l'achat de quelques morceaux de gâteau fait maison. Marché de  Innlay Lake. (Claude Gill)

    Plein écran

    David et Valentin qui font l'achat de quelques morceaux de gâteau fait maison. Marché de Innlay Lake.

    Claude Gill

  • 15 / 16
  • Moi et mes nouveux amis, Anne, David et Valentin.  Innlay Lake. (Photo: Claude Gill)

    Plein écran

    Moi et mes nouveux amis, Anne, David et Valentin. Innlay Lake.

    Photo: Claude Gill

  • 16 / 16

Partager

Claude Gill
Le Nouvelliste

(Collaboration spéciale) Innlay Lake, 100 000 habitants pour la région, samedi 20 janvier 2013. Maintenant 100 004 avec moi et mes amis.

Deuxième plus grand lac du pays, situé dans l'État kachin, ce lac s'étire sur plus de 20 kilomètres sans tenir compte du canal le reliant au lac Sankar plus au sud. Cette grande étendue d'eau ayant une largeur variant de huit à dix kilomètres ne dépasse jamais six mètres de profondeur.

La population qui habite ici en région de ce lac se nomme les Intha, ce qui signifie les «Fils du lac». Arrivé ici entre le douzième et le quatorzième siècle, probablement de l'extrême sud du pays, on ne connaît que très peu de choses sur l'origine de ce peuple.

Les Intha habitent des maisons érigées sur des pilotis et ils pratiquent une agriculture assez particulière, des jardins flottants. D'excellents pêcheurs, debout à l'extrémité d'une petite barque, d'un mouvement gracieux de la jambe, ils poussent une rame pour se déplacer sur l'eau. Toute cette manoeuvre pour se garder les mains libres et ainsi traquer le poisson dans leur filet ayant la forme d'un gros panier fait de bambou.

Et ce matin, après un excellent coco frit, la crêpe aux bananes de ma vie et ma Malarone quotidienne, je pars naviguer sur le lac à la rencontre de ce peuple en compagnie de nouveaux amis. Si, si, je sais me faire des amis.

Il y a Anne, apaisante et charmante, son petit cousin David qui est moniteur de pilotage automobile et Valentin, un conseiller commercial actuellement au chômage. Trois Français agés de 27 à 36 ans. Plus précisément, ils ont les chapeaux ronds, ce sont des Bretons. David et Valentin sont de véritables connards... comme je les aime,  juste à point!

Ces deux mecs arrivent de la Chine où ils ont réalisé leur rêve loufoque. Ils se sont photographiés individuellement le cul à l'air sur la grande Muraille de Chine. Et ils en ont rajouté en se rephotographiant ensemble les quatre fesses découvertes à l'aide du retardateur. J'ai vu les photos... vous ne les verrez pas, mais je vous assure que c'est splendide! Ils ont aussi adoré manger le fameux canard laqué tandis qu'ils ont moins apprécié le chien en assiette. C'est probablement d'avoir mangé du chien qui les a rendus si fou. Heureusement que Anne qui est une aide-soignante en psychiatrie veille sur eux.

Sur une longue barque effilée équipée d'un moteur à manivelle comme une vieille Ford-T et d'un capitaine ne manipulant aucun mot de la langue de Shakespeare, nous partons naviguer sur le lac. En compagnie de mes Bretons qui jasent et qui jasent dans la langue de Molière, nous visitons un tas d'endroits sur et autour du lac. Nous mettons les gougounes au marché, chez les forgerons, chez les femmes qui fabriquent des cigares, dans un joaillerie, etc. Et le nec plus ultra fut le village Intha, un véritable jardin de pagodes. C'est vrai, il y avait aussi quelques long neck wimen, de véritables femmes girafes en exhibition à l'entrée d'un resto.

Mais David n'est pas toujours présent, il a la tête et le coeur en Thaïlande. Récemment tombé en amour avec Oum, il ne rêve que de retourner à Bangkok. S'ils se marient un jour, David m'a promis de me payer le voyage à Bangkok afin que je sois le photographe de leurs noces. Merci David... je te ferai un bon prix!

Au cours de cette intéressante et instructive journée à flotter entre l'eau et le soleil, j'ai enseigné un peu de vocabulaire aux Bretons. Quelques nouveaux mots comme c@l/$%?& de t@b/$%?&*... et  eux m'ont appris putain. Putain à babord, putain à tribord, putain qu'ils sont fous ces Bretons!

Après une dizaine d'heures à confortablement valser dans la barque, à cotoyer les Intha et à supporter les Bretons, nous avons pris l'apéro à l'hôtel. Pendant que David écrivait ''I love you'' via internet à sa belle de Bangkok, que Anne surveillait ses deux patients, j'ai jasé politique française avec Valentin. Ils y ont tous passé. Sarko et Carla, Hollande, Aubry, Royal, Chirac, Mitterand, DSK et même Depardieu qui urine partout. Nous avons refait la France, quoi!

Mais le meilleur allait se pointer. David et Valentin qui avaient assez mélangé de whisky dans leur coca allèrent se coucher assez tôt. Et Anne qui a atteint le fond de son bol de manger du riz avait un goût de frite. Je suis allé manger des frites en son agréable compagnie. Des frites et une coupe de rouge birman.

Putain qu'elles étaient bonnes ces frites!

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer