Andy Triebold et Steve Lajoie remportent la deuxième étape de la Classique

La deuxième étape de la 80e Classique a... (Émilie O'Connor)

Agrandir

La deuxième étape de la 80e Classique a longtemps été serrées, pas moins de six équipes se présentement en même temps, ou presque, au portage de Grand-Mère. Mathieu Pellerin et Frédéric Blais (2) ont été les premiers à mettre le pied à terre devant le duo Frédéric Blais-Matt Rudnitsky (404) et la paire Andy Triebold-Steve Lajoie (9).

Émilie O'Connor

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis Ménard
Louis Ménard
Le Nouvelliste

(Shawinigan) L'expérience a parlé dimanche lors de la deuxième étape de la 80e Classique internationale de canots de la Mauricie. Du moins, un peu plus fort que samedi...

Les champions en titre, Andy Triebold et Steve Lajoie, ont profité de l'étape entre Saint-Roch-de-Mékinac et Shawinigan pour faire passer leur priorité en tête d'une à 18 secondes et ainsi se forger un petit coussin qui leur procure un peu plus de marge de manoeuvre pour la troisième étape entre Shawinigan et Trois-Rivières lundi.

Mathieu Pellerin et Guillaume Blais leur ont toutefois fait la vie dure jusqu'au portage du boulevard Saint-Maurice, les deux équipes remettant leur embarcation à l'eau en même temps. C'est lors du parcours des bouées que le duo Triebold-Lajoie a creusé l'écart, juste avant de revenir devant le boulevard Saint-Maurice après avoir contourné l'île Banane.

L'écart aurait pu être plus grand, le duo Pellerin-Blais ayant frappé une bûche traînant dans l'eau après le portage du boulevard Saint-Maurice. «On se bat contre des gentlemen, a d'ailleurs tenu à souligner Guillaume Blais. Ils auraient pu s'en aller, mais ils ont décidé de nous attendre. C'est un bel exemple de fair-play.»

C'est finalement dans la batture autour de l'île Banane que l'écart s'est fait. «On a passé dans la batture et c'est là qu'on a réussi à les décrocher, racontait Steve Lajoie après la course. Ils sont vraiment forts, ils n'ont pas de faiblesses. C'est difficile à solutionner. Aujourd'hui (dimanche), je pense qu'on a juste filé un petit peu mieux au bon moment.»

Son partenaire, admet lui aussi que le duo Pellerin-Blais leur en donne pour leur argent. «J'étais cuit samedi et je le suis encore aujourd'hui (dimanche)! Ils nous donnent une opposition comme nous n'en avons pas eue souvent au cours des huit dernières années. Ils nous rendent ça vraiment difficile parce qu'ils ont beaucoup de vitesse. Ils s'entraînent fort et ils travaillent fort. Leur performance depuis le début de la Classique n'a rien d'un coup de chance. C'est l'expérience qui nous permet, je crois, d'avoir un léger avantage en fin d'étape.»

«C'est loin d'être terminé, cependant, prend-t-il soin d'ajouter. Tant qu'on s'accrochera à eux, on pourra obtenir la victoire. Par contre, il ne faut pas trop être sur la défensive parce que c'est courir après les ennuis. Il faut faire la course à notre façon et dicter le rythme.»

Dans le fond!

Pour Mathieu Pellerin, la deuxième étape s'est déroulée sans grande surprise. «On a jamais été en difficulté et je pense qu'on les a mis dans le trouble une couple de fois. C'était le fun!»

Il admet toutefois que les champions en titre sont coriaces. «Ils ont une petite coche et en remontant le courant, ils sont plus forts que nous là-dessus.»

Guillaume Blais, lui, n'a pas l'intention de ralentir la cadence lundi. «On va mettre ça dans le fond! On ne sait jamais à l'avance ce qui va se passer. On a souvent fait cette étape... mais il reste qu'ils sont les champions défendants.»

Une bonne opération

Troisièmes dimanche, les frères Tommy et Jimmy Pellerin ont réalisé une bonne opération en grugeant du temps à Mathieu St-Pierre et Christophe Proulx. Ces derniers ont vu fondre leur avance, même s'il leur reste quand même un coussin de 3min44 sec à l'aube de la dernière étape. «Ça s'est bien passé pour nous, confirmait Jimmy après la course. On est sorti de l'eau avec les deux équipes de tête au portage de Grand-Mère et on a remis à l'eau avec eux. Même chose au portage du rapide des Hêtres. Ils nous ont distancés en arrivant à Shawinigan, mais on a tiré pas mal dans cette section parce qu'on ne voulait pas que les autres derrières reviennent sur nous. En arrivant au boulevard, on s'est tassé pour ne pas leur nuire dans la course à la première place.»

Les frères Pellerin ont non seulement réduit l'écart avec le groupe devant eux, ils ont aussi augmenté leur marge de manoeuvre sur la paire Frédéric Blais-Matt Rudnitsky, cinquième au général, qui est passée de 14 secondes à 1min09sec.

Mathieu St-Pierre, lui, reconnaissait que la première étape et le soleil de plomb de dimanche avaient hypothéqué les ressources du duo. «Au portage de Grand-Mère, on a été obligé de marcher. Christophe était déshydraté. Il a pris le temps de boire après le portage et on a réussi à récupérer du temps par la suite.»

Une poussée des Schlimmer

La performance du jour est à mettre au crédit de Michael et Benedict Schlimmer qui sont passés de la 10e à la septième place au classement général en vertu de leur cinquième position de la deuxième étape, tout juste derrière St-Pierre et Proulx. Reste à savoir s'il pourront gruger les 2min33sec d'avance de Cameron McClain et Patrick Armstrong installés au sixième rang au général.

Le top 10 est complété par les équipes Mike Davis-Pierre-Olivier Quesnel (8e), Trevor Robinson-Graham Smith (9e) et Rodrigue Forand-Brad Bauer (10e). Ces derniers n'accusent qu'une seule seconde de retard sur Robinson et Smith qui, eux, ne sont que 13 secondes derrière Davis et Quesnel!

Du côté de la classe mixte, le classement ne devrait pas bouger lundi puisque Bruce Barton et sa fille Rebecca disposent d'une confortable avance de plus de 15 minutes! «Rebecca est plus forte que l'année dernière et elle dirige mieux le canot», a confié un Bruce Barton plutôt fier qui pointe au 19e rang du classement général.

Le deuxième rang du mixte est occupé par Sarah Lessard et Tim Sheldon, 27e au général, alors que Carina Peritore et Keith Mildren, 31e au général, complètent le podium après deux étapes.

Dans la classe féminine, enfin, Jennifer et Judy-Ann Parke se sont forgé un coussin de neuf minutes sur Mary et Theresa Schlimmer.

La troisième et dernière étape est disputée lundi entre Shawinigan et Trois-Rivières. Le départ sera donné de Shawinigan à midi et les canotiers devraient se présenter au sanctuaire Notre-Dame-du-Cap vers 15 h-15 h 30. Le mauvais temps prévu - de la pluie et des rafales de vent pouvant atteindre 40 kilomètres à l'heure - pourrait toutefois rendre les choses plus difficiles pour les équipes (46) encore en lice.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Une finale rocambolesque

    Classique de canots

    Une finale rocambolesque

    La 80e Classique internationale de canots de la Mauricie a dû composer avec la mauvaise humeur de Dame Nature lundi lors de la troisième étape entre... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer