De Rideau Hall à Bungalow Rideau

Voici la nouvelle résidence du premier ministre du... (CCN)

Agrandir

Voici la nouvelle résidence du premier ministre du Canada.

CCN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Marc Beaudoin
La Voix de l'Est

(Trois-Rivières) Il ne manquait que la charrette royale qui promène la couronne d'Angleterre lors des grands événements et on aurait vraiment pu concevoir qu'on assistait à en direct à une montée au trône.

Si ce n'était pas une marche royale, on peut à tout le moins la décrire comme d'allure princière. Ce sont nos William et Kate, ont aussitôt suggéré des commentateurs à la vue de  Justin Trudeau, qui allait se faire assermenter comme nouveau premier ministre du Canada à Rideau Hall, au bras de son épouse, entouré de ses enfants et suivi d'un cortège autant féminin que bigarré formé de ministres et d'invités, que des esprits tordus bien sûr auraient pu qualifier de cour royale.

C'est vrai qu'il y avait des images fortes dans cette marche lente et bucolique accomplie sous un soleil radieux, dans un décor automnal d'arbres en feu, la marche d'une colonne sortie triomphante du champ de bataille qui va se faire attribuer son nouveau pouvoir acquis sur le royaume du Canada.

On ne posera bien sûr pas de sceptre ou de couronne sur la tête de Justin Trudeau. On ne devient pas premier ministre du Canada sans devoir se présenter à Rideau Hall, la résidence du gouverneur général du Canada, le représentant direct de la reine d'Angleterre, qui est toujours la souveraine du Canada.

Rideau Hall n'est pas Buckingham Palace. Mais c'est tout comme. Il y a bien des châteaux en Europe qui sont loin d'être aussi gigantesques et fastueux que ne l'est Rideau Hall. C'est un vestige du Dominion du Canada et la maison reste un puissant symbole monarchique. On l'oublie, mais si le Canada est dirigé par un gouvernement et un premier ministre, celui qui a le titre de chef d'État, c'est le gouverneur général et sa résidence somptueuse reflète sa suprématie sur le pays.

Les premiers ministres du Canada habitaient jusqu'à récemment le 24 Sussex. Les Trudeau ne s'y installeront pas parce que la maison, plutôt mal que bien entretenue, demande beaucoup de réparations. C'est un manoir de belle apparence, mais qui est loin d'être aussi luxueux qu'on le présume et qui ne garantit pas de réelle intimité à ses occupants.

Les Chrétien, qui l'ont habité plusieurs années, se réfugiaient davantage à l'étage pour avoir une vie de famille un peu privée, qu'au rez-de-chaussée, où l'on recevait les invités pour des coquetels ou des repas en nombre limité car la salle à manger ne peut y accueillir beaucoup de monde en même temps. C'est aussi là que le personnel, même restreint, s'affairait. On pouvait y entendre à l'occasion un gros juron sortir de la cuisine. Oui, sous les Chrétien, le chef était québécois et comme les murs de la maison ne sont pas vraiment insonorisés...

Le mobilier était choisi à même une sélection de meubles puisés dans les réserves de la Commission de la capitale nationale, propriétaire des lieux. Un mobilier correct, d'un certain style, mais plus bourgeois que richard ou seigneurial. Dans le solarium trônait un ensemble de fauteuils avec canapé en rotin de belle qualité, qui venaient de la famille d'Aline Chrétien. C'est dire qu'il n'y a rien de vraiment flamboyant ou d'ostentatoire dans la résidence des premiers ministres du Canada. La pièce la plus remarquable, c'était un tableau de Cornelius Krieghoff, réquisitionné par les Chrétien parce qu'il représentait les chutes de la Petite Shawinigan. Chaque premier ministre choisit son mobilier et ses éléments décoratifs. 

Ce n'est après tout que la résidence du premier ministre du Canada. Mais si vous traversez la rue pour vous rendre au 1 Sussex Drive, c'est autre chose. Le 24 Sussex, c'est une chaumière comparé à Rideau Hall, avec tout son décorum, ses gardes costumés à l'entrée, son personnel stylé et abondant. Là, vous êtes au château du monarque canadien, même si on ne le nomme pas ainsi. Ce sont les dorures, les lambris, les lourdes draperies, les épaisses moquettes, l'argenterie et la fine porcelaine, et du mobilier à la hauteur de l'endroit.

Il y a de chics salons pour les réceptions, pour les coquetels, les dîners prestigieux, les après-dîners. Rideau Hall ne compte après tout que 175 pièces (34 au 24 Sussex) et repose sur un domaine, en plein coeur d'Ottawa, de 32 hectares, avec une vingtaine d'édifices secondaires, tous de qualité patrimoniale, disséminés ça et là dans les jardins. 

Quand on passe du 24 Sussex à Rideau Hall, on se demande qui dirige le Canada, qui n'est plus sensé être féodal ou colonie. Pour peu qu'on veuille préserver une référence à la couronne britannique, c'est l'inverse qui aurait du sens. Le premier ministre à Rideau Hall et le gouverneur général symbolique, au 24 Sussex.

Justin Trudeau y a fait une entrée triomphale mercredi, mais il n'était pas chez lui. Il pourra y retourner lorsqu'on y recevra des chefs d'État. Ce sera pratique pour lui car il n'aura qu'à traverser à pied la cour intérieure de Rideau Hall pour s'y rendre et revenir à la maison. Car c'est dans l'une des maisons d'invités, au Rideau Cottage, surnommé le «Bungalow Rideau» que le couple aux allures princières devra désormais vivre au quotidien. Ça fait un peu plus Canadien «classe moyenne».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer