L'irrésistible Belle d'à côté

Voilà des années qu'André Nollet, mais aussi Robert... (PHOTO ANDRÉANNE LEMIRE, LE NOUVELLISTE)

Agrandir

Voilà des années qu'André Nollet, mais aussi Robert Trudel, le d.g. de la Cité de l'Énergie, pressaient Yves Lévesque de doter Trois-Rivières d'un produit d'appel touristique vraiment majeur. Cela est arrivé avec l'hommage à Beau Dommage par le Cirque du Soleil dans le nouvel Amphithéâtre Cogeco.

PHOTO ANDRÉANNE LEMIRE, LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Marc Beaudoin
Le Nouvelliste

«La Belle d'à côté a de quoi faire la fraîche», s'est exclamée Valérie Bourgeois, la présidente du conseil d'administration de Tourisme Mauricie.

«La Belle d'à côté se pette les bretelles», l'a relancé quelques instants d'après le directeur général de l'organisme, André Nollet.

Le ton était à l'exubérance jeudi après-midi au Musée Boréalis alors que Tourisme Mauricie dressait le bilan de la dernière saison estivale.

Une exubérance totalement justifiée car la fréquentation touristique a tout simplement explosé cet été en Mauricie. Avec la compilation des premières statistiques, on ne cesse de recenser partout des records d'affluence.

Cela s'est d'ailleurs reflété dans la participation que l'on doit qualifier d'enthousiaste de la part des intervenants touristiques de la région au sondage-maison que fait à la fin de chaque été Tourisme Mauricie auprès de ses membres qui a été exceptionnellement élevée. Un premier signal que les choses ont plutôt bien été.

Selon leurs rapports, l'achalandage touristique a fait un bond d'au moins 10 %. Mais on est plutôt enclin de croire qu'on atteindrait une hausse de 15 %. Pour l'ensemble, car dans certains secteurs, ce fut bien davantage.

Voilà des années qu'André Nollet, mais aussi Robert Trudel, le d.g. de la Cité de l'Énergie, pressaient Yves Lévesque de doter Trois-Rivières d'un produit d'appel touristique vraiment majeur. Cela est arrivé avec l'hommage à Beau Dommage par le Cirque du Soleil dans le nouvel Amphithéâtre Cogeco. Il fallait à Trois-Rivières jouer le rôle véritable de moteur touristique régional qui n'était vraiment assumé jusque-là que par Shawinigan avec le grand spectacle nocturne de la Cité de l'énergie.

Or, non seulement la présence du Cirque du Soleil à Trois-Rivières n'a pas dérobé la clientèle touristique de Shawinigan, mais avec son nouveau spectacle Dragao, la Cité a connu sa meilleure saison depuis quinze ans. «On s'est fait souvent engueuler parce qu'on n'avait plus de places à offrir», s'est amusé à raconter Robert Trudel qui n'en revenait pas que des gens puissent partir de Montréal ou de Québec pour assister au spectacle sans réservations au préalable.

Les deux organisations ont travaillé de concert, ce qui était loin de convaincre tout le monde au départ qu'une telle alliance puisse être réciproquement profitable. Non seulement André Nollet en a-t-il poussé l'idée très fort, mais il a aussi convaincu des hôteliers du reste de la région à embarquer dans le coup, par le biais de forfaits. L'an passé, on en avait vendus à peine un peu plus de 2000. Cet été, on a atteint6600 forfaits.

Avec des taux d'occupation de presque 100 %, la saison de l'amphithéâtre et celle de la Cité de l'Énergie sont des succès qui sont allés au-delà des attentes les plus élevées qu'on pouvait en entretenir. Les retombées économiques ont été en conséquence considérables dans les deux villes. C'était déjà perceptible. Mais la beauté du dernier été mauricien, c'est que l'affluence estivale ne s'est pas concentrée que dans les deux milieux urbains. La croissance touristique a été notée partout ailleurs dans la région et dans toutes les activités à portée touristique.

«C'est comme si une nouvelle clientèle venait de découvrir la Mauricie», constate André Nollet.

Les «locomotives» touristiques de Trois-Rivières et de Shawinigan ont fait leur travail. Elles l'ont d'autant bien réussi, qu'elles ont collaboré ensemble, mais aussi avec tout le monde autour.

La véritable clé de cette réussite Mauricienne, c'est la force du regroupement. Depuis 2004 que le directeur général de Tourisme Mauricie plaide pour la mise en commun des efforts de tous et chacun à travers des forfaits et des campagnes de publicité pour lesquelles on accepte de se partager les coûts. Qu'il tente de convaincre que la meilleure concurrence, c'est l'alliance.

Les premières données statistiques parlent avec éloquence.

Cet été, la route entre Trois-Rivières et Shawinigan s'est raccourcie et tous les chemins de la Mauricie ont convergé. On la savait séduisante, mais on n'aurait pas soupçonné qu'elle puisse même devenir conquérante, cette Belle d'à côté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer