Un rapport boule de neige

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Nouvelliste

Le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette n'a pas eu la patience d'attendre le dépôt du rapport indépendant qu'il avait lui-même commandé pour se déclarer très satisfait de celui présenté la semaine dernière à la presse par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux Mauricie - Centre-du-Québec, à propos des événements survenus à la résidence Cooke, le 14 juillet.

Une dame qui allait rendre visite à sa mère avait découvert deux personnes en perte d'autonomie étendues sur le plancher de leur chambre.

Elle avait éprouvé beaucoup de difficultés à retracer dans la section une personne responsable capable d'intervenir. Elle avait enregistré le tout sur vidéo et ses images avaient envahi la planète Facebook, mais aussi les médias qui les ont reproduites à grande échelle.

Même si le rapport, qu'il a promis de rendre public dans les prochains jours, devait lui être remis aujourd'hui, le ministre Barrette n'a pas senti le besoin d'en prendre connaissance avant de donner son appréciation sur celui du CIUSSS. Il est vrai qu'en participant en fin de semaine au Congrès des jeunes du Parti libéral du Québec, qui avait lieu à Shawinigan, il ne pouvait ignorer qu'on allait l'inviter à commenter l'analyse du CIUSSS.

On peut quand même penser qu'il devait déjà avoir une connaissance assez étendue des conclusions du rapport qui allait lui être remis hier et que dans ses grandes lignes, il va dans le même sens que celui du CIUSSS.

Autrement, il aurait été très imprudent de sa part d'y aller avec autant d'éloges sur l'analyse du CIUSSS-MCQ, sa célérité à traiter le dossier et sur les mesures qui seront mises en pratique pour faire en sorte que de tels incidents se reproduisent le moins souvent possible. Car il apparaît qu'ils ne peuvent être totalement évités compte tenu de l'état cognitif souvent détérioré des personnes hébergées dans les résidences comme Cooke.

Le ministre en a d'ailleurs profité pour réaffirmer sa plus absolue confiance en Martin Beaumont, qu'il vient à peine de nommer à la direction de ce nouveau CIUSS. Il l'a personnellement remercié pour sa gestion du dossier, transparente et honnête. Gaétan Barrette a donc voulu dissiper le doute qu'il avait lui-même soulevé à l'endroit de la confiance qu'il pouvait avoir en celui-ci. Non seulement il avait contredit ses propos tenus lors d'une première conférence de presse en déclarant que l'incident rapporté n'était justement pas «raisonnable et acceptable», mais le ministre avait fait savoir dans le même souffle qu'il ferait sa propre enquête, alors que le CIUSSS venait d'annoncer la sienne.

Difficile dans les circonstances de ne pas y voir un manque de confiance de sa part à l'endroit de son grand responsable de l'organisation de la santé et des services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Tant mieux que non seulement il n'y ait pas d'ombre dans les relations entre les deux hommes

mais que le ministre voit en plus en lui un pilier de sa réorganisation. Vaut probablement mieux avoir dans la région un homme qui a le respect et, compte tenu de l'ampleur des éloges qu'il lui a adressés ce week-end, qu'il ait en plus l'admiration du ministre.

Il faut quand même laisser le temps à Martin Beaumont de s'installer et de mettre en mouvement la nouvelle organisation très amincie en effectifs globaux qu'il a mis en place pour juger des résultats et de sa performance. C'est un homme que certains voient déjà aboutir dans les hautes sphères du ministère de la Santé.

 Il est d'ailleurs allé un peu plus loin dans les compressions régionales que la commande de Québec qui lui en avait été faite. S'il arrive malgré tout à livrer la marchandise, il va faire bonne figure, devenir un modèle.

Que le ministre se dise d'autre part «très satisfait» du rapport du CIUSSS-MCQ, il ne faut pas s'en étonner. C'est vrai que l'analyse des faits et des mesures correctives à apporter soumis dans le rapport de Martin D'Amour, le directeur adjoint à la Direction de la qualité, de l'évaluation, de la performance et de l'éthique, a d'évidence été réalisé de façon consciencieuse, en consultation avec le personnel, les résidents et leurs proches.

Mais surtout, non seulement on a disséqué méthodiquement les séquences qui ont conduit aux événements choquants du 14 juillet, mais on a aussi exploré toutes les avenues à emprunter pour améliorer dans l'avenir la sécurité des patients.

Le PDG Martin Beaumont a annoncé la semaine dernière que les solutions proposées pour Cooke seront appliquées à l'ensemble des résidences sur le territoire dont le CIUSSS-MCQ est responsable.

On croit maintenant comprendre que le ministre, selon ce qu'a laissé entendre son chef Philippe Couillard, s'en servira pour préparer un «plan d'intervention» qui sera élargi à l'ensemble du réseau de résidences du ministère de la Santé.

Tant mieux si on sécurise ces bénéficiaires lourds sans devoir les attacher presque tout le temps dans leur lit ou les contentionner avec des pilules.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer