CHRONIQUE

Entre le crabe et les crevettes, la politique

François-Philippe Champagne... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

François-Philippe Champagne

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Marc Beaudoin
Le Nouvelliste

La poignée de main entre les deux hommes avait l'air d'être au moins aussi solide que sincère et les larges sourires échangés entre eux donnaient à entendre qu'on s'y tenait une conversation franchement amicale.

Robert Aubin, député du Nouveau Parti démocratique de... (Photo: François Gervais, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Robert Aubin, député du Nouveau Parti démocratique de Trois-Rivières, ne croit pas, comme certains le prétendent, qu'il existe des divisions au sein de sa formation politique sur la question du port du niqab.

Photo: François Gervais, Le Nouvelliste

Une apparente complicité qui n'a pas été sans échapper au regard suspicieux de quelques convives tout autour, car ces deux hommes qui semblaient fraterniser avec tant de jovialité n'étaient autres que le député néodémocrate de Trois-Rivières, Robert Aubin et François-Philippe Champagne, candidat libéral dans Saint-Maurice-Champlain aux prochaines élections fédérales.

C'était d'autant intrigant et cela pouvait facilement susciter quelques questions qu'il se trouve que les libéraux n'ont toujours pas opposé d'adversaire à Robert Aubin et que le terrain pour l'aspirant néodémocrate reste encore ouvert dans Saint-Maurice-Champlain. Des mauvaises langues ont pu suggérer que les deux hommes se ménageaient en ne se pressant pas pour se pousser un adversaire, même s'ils ne se présentent pas dans la même circonscription.

Qu'on se rassure, c'est davantage le climat décontracté de la grande soirée Crabes et crevettes du club Richelieu de Trois-Rivières qui favorise et autorise de tels échanges amicaux entre gens de politique opposés qu'une entente tacite de non-agression. La vérité, c'est que Robert Aubin a travaillé fort pour recruter des candidats intéressants pour son parti dans Saint-Maurice-Champlain, qui avait élu en 2011, il faut le rappeler, Lise Saint-Denis, une députée néodémocrate. Qui s'est cependant rapidement livrée, pour des raisons qui restent nébuleuses, au Parti libéral. Il devrait même s'y annoncer bientôt une convention pour le choix du candidat, car il y a plus d'un aspirant.

De son côté, François-Philippe Champagne, qui est devenu comme par la force des choses le parrain régional du Parti libéral du Canada a multiplié les contacts dans Trois-Rivières pour dénicher un candidat valable pour son parti. Le choix serait fait, mais c'est le silence radar total sur cette candidature. Les militants du Bloc québécois ont élu le leur samedi matin. Il s'agit d'André Valois, un comptable à la retraite.

Trop fraîchement élu, il n'avait sans doute pas prévu réserver son billet pour le soir même, car en année d'élection, la soirée Crabe et crevettes est un événement incontournable. Il faut dire qu'elle compte entre 800 et 900 personnes qui s'y délectent, attablées autour de plateaux de crabe frais et de crevettes nordiques érigés en collines, que les membres Richelieu renouvellent avec empressement, le vin coulant aussi à volonté. C'est dans le prix. L'ambiance est relaxe, idéale pour un politicien.

C'est l'une des grandes soirées trifluviennes de l'année pour laquelle on se bat pour y réserver sa place. Encore cette année, la bâtisse industrielle s'est révélée trop petite pour répondre à toute la demande. On y vient comme on veut. Les hommes adoptent autant la tenue sport que le complet de la plus belle coupe. C'est à leur choix. Quant aux femmes... C'est un véritable concours de sémillance, qui fait cligner des yeux tous les hommes présents. Entendu de quelques-uns: «Je vais avoir le torticolis, c'est sûr!» Oui, le regard circulaire est de rigueur.

C'est, si on résume, une soirée à laquelle il est de bon ton de s'y faire voir. On comprend que c'est une superbe occasion à ne pas rater pour tout candidat, ou prospect candidat, en campagne électorale. Les élections fédérales n'auront peut-être lieu qu'en octobre, mais les hostilités sont déjà déclenchées. Comme il ne reste qu'une place dans Trois-Rivières, chez les libéraux, on peut tenir pour acquis qu'elle n'est pas réservée au maire Yves Lévesque, un maître en poignées de main qui se dope de bains de foule. Il n'y était pas.

C'est plutôt François-Philippe Champagne qui a ratissé pour les libéraux toute la salle, ne négligeant aucune table, et il y en avait plus d'une centaine. Il est vrai qu'il en a l'habitude et le réflexe, car voilà un an qu'il écume dans tous ses recoins son immense circonscription de Saint-Maurice-Champlain. Il y est devenu énormément plus connu que la députée libérale sortante.

Le député Aubin n'a pas été en reste, mais c'est en vendant des billets de tirage pour la soirée qu'il a mine de rien lui aussi fait le tour des tables.

Le candidat conservateur dans Trois-Rivières, Dominic Therrien, un autre qui allonge plutôt aisément son bras d'ancien baseballeur pour saluer les électeurs n'y était cependant pas. Mais c'était par la force des choses. Il doit attendre la fin de l'année scolaire de ses enfants, en Colombie-Britannique, avant de pouvoir installer ses pénates familiaux dans Trois-Rivières.

Quant au Bloc, c'est l'ancien député et grand bonze des souverainistes à Trois-Rivières, Yves Rocheleau qui se chargeait du prêche sur le futur pays à mériter, qui passerait comme on s'en doute par un retour en force des bloquistes à Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer