CHRONIQUE

La mauvaise idée d'André Drouin

André Drouin a encore trouvé le moyen d'attirer... (Photo: La Presse)

Agrandir

André Drouin a encore trouvé le moyen d'attirer les feux des projecteurs sur lui.

Photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Marc Beaudoin
Le Nouvelliste

Trois ans après la rédaction du fameux code de vie d'Hérouxville, André Drouin avoua qu'il avait parfois «ri aux larmes» lors de la rédaction de certains passages avec celui qui avait été perçu comme son complice d'alors, l'actuel maire Bernard Thompson.

Mais dans une mise au point qu'il rendait publique lundi, ce dernier affirmait n'avoir pas contribué à cette rédaction et n'avoir jamais même été l'ami de Drouin, «un individu en mal de sensations».

Il est vrai que de préciser qu'à Hérouxville, il est interdit de lapider les femmes et qu'hommes et femmes peuvent se baigner en même temps dans la piscine publique qui n'existe pas dans la petite municipalité, il pouvait y avoir de quoi se bidonner.

S'il a confessé cette hilarité trois ans après que le fameux code de vie ait eu l'effet d'une bombe, déclenchant des appuis venant de partout dans le monde, l'homme n'a jamais réduit pour autant ses convictions sur la menace islamique qui l'avait persuadé de procéder à la rédaction de ce texte.

On peut quand même se demander s'il n'a pas retrouvé un peu de cet esprit polémiste satirique en proposant cette fois la fermeture temporaire à travers le Canada, pour une durée de 90 jours, de toutes les mosquées, parce qu'elles seraient devenues la source du mal.

André Drouin aime se faire provocateur et l'expérience du code de vie lui a sans doute appris qu'il n'y a rien comme de tenir des propos explosifs pour déclencher des réactions à la chaîne et se remettre sur la sellette médiatique.

Drouin a identifié sur TVA les mosquées comme des lieux de propagation d'idées subversives et violentes, en tenant pour preuve les deux Québécois impliqués dans les deux attentats de la semaine dernière à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa.

Martin Couture Rouleau et Michael Zehaf Bibeau, qui s'étaient tous deux convertis à l'islam, avaient évidemment fréquenté des mosquées où le coauteur du code de vie d'Hérouxville présume qu'ils se sont fait laver leur cerveau fragile.

On ne peut ignorer que certains passages du Coran peuvent être interprétés comme appelant à une guerre sainte perpétuelle, légitimant chez des écervelés tout acte en ce sens à l'endroit des infidèles et des impies que nous sommes et que des imans fanatisés s'en servent pour tenter de stigmatiser leurs fidèles.

On ne peut douter non plus que les pratiquants musulmans les plus radicaux, qui ne seront toujours que des «fêlés», veulent boire leurs paroles et se précipitent dans les mosquées pour s'en abreuver. Et qu'entre hérétiques, on puisse se repérer parmi les priants et ourdir quelques projets diaboliques.

Nous aurions cependant tort de rendre coupables par association tous les musulmans qui pratiquent leur religion et fréquentent les mosquées comme autant de tueurs d'Allah ou de terroristes en puissance; des loups solitaires en devenir qui n'attendent, ce n'est forcément qu'une question de temps, qu'un signal pour se transformer en martyr kamikaze meurtrier.

En plaçant tous les musulmans dans le même tas et en interdisant les plus pratiquants d'entre eux de mosquée, comme le suggère André Drouin, on risquerait d'obtenir l'effet contraire à celui recherché. Ce serait ostraciser injustement une population très majoritairement pacifique et peut-être, par la frustration qu'une telle injustice causerait, provoquer chez des éléments autrement pacifiques un grand sentiment de révolte. Cela pourrait susciter justement des vocations de loup solitaire qui n'auraient jamais existé autrement.

Les mosquées restent des lieux de prière et de recueillement, pas des repaires de Hells Angels, comme on les a connus.

Nous avons nos extrémistes et ils ont les leurs. Peut-être en ont-ils plus que nous. La religion musulmane est celle qui a connu la plus grande progression dans le monde au cours des dernières décennies. Elle est expansionniste et en raison de ses éléments les plus radicaux qui veulent assujettir nos coutumes et nos lois à la charia, elle induit facilement les plus grandes méfiances.

Il est facile et en même temps dangereux de glisser dans les sentiments les plus sommaires qui peuvent habiter une population inquiète, comme la nôtre l'est devenue depuis une semaine. Il faut reprendre ses esprits. Retirer ces droits et cette liberté, même en partie, qui font la grandeur de notre société, ce serait ressembler à cet ennemi que nos soldats sont partis combattre. Ce serait leur concéder une victoire.

Partager

À lire aussi

  • Le maire d'Hérouxville se dissocie d'André Drouin

    Actualités

    Le maire d'Hérouxville se dissocie d'André Drouin

    Choqué par la plus récente déclaration publique de l'ex-conseiller municipal André Drouin, qui suggère la fermeture des mosquées au Canada pour 90... »

  • Hérouxville: assez c'est assez!

    Opinions

    Hérouxville: assez c'est assez!

    Hier, les citoyens du Québec avaient droit encore une fois à une déclaration pour le moins incendiaire et absurde de la part d'André Drouin, ancien... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer