De quoi réjouir tous les coeurs

L'esprit de Noël, on le sait, est une magie aux pouvoirs immenses,  capables... (Jean Isabelle)

Agrandir

Jean Isabelle

Partager

François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'esprit de Noël, on le sait, est une magie aux pouvoirs immenses, capables d'attendrir les coeurs les plus durs, de soulager les plus meurtris et de rapprocher encore davantage ceux qui s'aiment.

Voilà l'évidence qui s'est imposée au matin d'un rêve étonnant. Plusieurs intervenants du monde de la culture de la région avaient été réunis par une lettre anonyme, que je savais être du père Noël, les invitant à un échange de cadeaux.

Ainsi, la preuve fut faite qu'en ces temps de réjouissances, certaines disputes, même les plus profondes, peuvent s'oublier. Ainsi, dans ce qui fut certes une des scènes les plus touchantes de ce rêve, le directeur général de Culture Mauricie Éric Lord a bien voulu tendre la main au maire Lévesque et lui a offert une magnifique branche d'olivier, symbole universel de paix. Le maire, un homme sensible s'il en est un, avait lui aussi un cadeau pour le directeur général: une magnifique maquette de l'amphithéâtre de Trois-Rivières sur Saint-Laurent qu'il pourra exposer dans les bureaux de Culture Mauricie. Plus discrètement, j'ai pu le voir glisser dans les mains de son nouvel ami une mystérieuse enveloppe, blanche, quand même, contenant un message dont personne ne connaissait la teneur. Lui aurait-il offert le poste de directeur de la Corporation de l'Amphithéâtre? C'est le bruit qui courait lors de cette étonnante soirée.

Le maire n'était pas le seul résident de l'hôtel de ville à avoir prévu d'offrir voeux et présents aux gens de culture. Le nouveau directeur des arts et de la culture, Benoît Gauthier, n'a évidemment pas oublié le Musée québécois de culture populaire dont il n'est pas arrivé à s'éloigner beaucoup en déménageant ses pénates tout juste à côté, à l'hôtel de ville. M. Gauthier a offert à son successeur, Yvon Noël, un coffret collection de tous les films de la série Halloween, histoire de l'inspirer dans l'organisation de ses Tournées de peur qui connaissent tant de succès depuis deux ans à l'approche de la fête d'Halloween. M. Noël, également plein de sollicitude, avait pensé offrir à son prédécesseur un magnifique pyjama à larges rayures horizontales rappelant le classique costume de prisonniers, de façon à ce qu'il n'oublie jamais le MQCP et sa vieille prison.

Louise Martin et la présidente de la Corporation culturelle de Shawinigan Josette Gignac, ont bien rigolé au moment de s'échanger leur cadeau: les deux avaient pensé à offrir à l'autre la même chose: un magnifique album de photos montrant toutes les étapes de la rénovation de la Maison de la culture Francis-Brisson, de Shawinigan.

Fabiola Toupin a offert à Ingrid Saint-Pierre une carte cadeau pour quelques repas au restaurant McDonald's alors que cette dernière a donné à son aînée (mais de quelques jours à peine, sûrement) une très jolie luciole sur un high conservée dans un pot en verre.

La rive sud était également représentée puisqu'on a eu droit à la visite des frères Villeneuve, deux des plus talentueux enfants de la région à oeuvrer dans le monde du cinéma. Les deux cinéastes ont profité de leur passage pour non seulement s'offrir leurs voeux mais également échanger un cadeau comme il est de circonstance. Les deux hommes ont eu une inspiration similaire mais chacun à son échelle alors que Martin a offert une jolie réplique d'Oscar, la fameuse statuette hollywoodienne à son frère comme un signe précurseur de succès à venir dans sa carrière internationale alors que Martin a eu droit, lui, à un véritable trophée Jutra, un de ceux que l'aîné a remporté au cours de sa carrière en attendant d'être imité par son cadet, peut-être pour Mars et Avril en 2013, qui sait?

Incontournable symbole de la culture à Trois-Rivières, la directrice générale de la corporation de développement culturel de Trois-Rivières Stella Montreuil a égayé la soirée de sa pétulante personnalité. Elle était accompagnée de Gilles Leblanc, qui siège également sur le conseil d'administration de Ciné-Campus. Ce dernier a offert à sa directrice générale un laissez-passer pour le Festival des films du monde de Montréal où il était juré pour le Prix oecuménique l'an dernier. Mme Montreuil a malheureusement été contrainte de refuser l'offre qui la touchait néanmoins directement au coeur, et ce, faute de temps, tout simplement. Comme elle assiste à pratiquement tout ce qui se fait en culture à Trois-Rivières, cela ne lui laisse guère de temps pour des virées à Montréal, on s'en doute.

Par contre, Yvon Laplante, président des Productions Fidel, s'est montré intéressé par le laissez-passer en soumettant qu'il pensait pouvoir profiter de beaucoup de temps libre l'été prochain alors que la maison de production n'aura pas de spectacle en représentations.

Stéphane Boileau était d'ailleurs en compagnie de son acolyte aux Productions Fidel. Le directeur général du FestiVoix, toujours débordant d'énergie et de générosité, a insisté pour participer à l'échange de cadeaux. Le hasard, qui fait bien les choses même dans les rêves, l'a jumelé à Robert Trudel, grand manitou de la Cité de l'énergie à Shawinigan. Ce dernier lui a offert un magnifique casque de pompier, hérité de l'exposition Tout feu tout flamme, en insistant sur les capacités de Boileau d'éteindre les feux pendant les dix jours de son festival annuel. En contrepartie, Robert Trudel a reçu une série de DVD de relaxation et de détente, ce qui ne pourra que lui être très bénéfique en cet été 2013, où il ne sera pas tenu de monter une nouvelle attraction à la Cité de l'énergie.

Le monde de la littérature était évidemment bien représenté avec certains de nos écrivains les plus connus. Et quoi de plus naturel qu'un échange de cadeaux entre les deux plus illustres conteurs de la région: Fred Pellerin et Bryan Perro? Ce dernier a dévoilé un secret jusqu'ici bien gardé en offrant à Fred une copie de son scénario Amos Daragon. Le film. On dit que l'auteur aurait même approché le conteux de Saint-Élie pour qu'il campe le premier rôle. Celui-ci, loin d'être démuni, a offert au nouvel éditeur la magnifique tuque rouge qu'a portée le chef de l'OSM Kent Nagano lors de la première édition du conte de Noël de l'OSM en 2011.

Bien d'autres intervenants étaient présents avec leur cadeau mais les douze coups de minuit ont rapidement pris tout le monde par surprise annonçant que le canot de la Chasse-galerie devait repartir avec les participants jusqu'à un prochain rêve.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer