Denis Chalifoux: «Ma famille, c'est ma priorité»

Denis Chalifoux aura dirigé les Cataractes pendant une... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Denis Chalifoux aura dirigé les Cataractes pendant une saison. Invoquant des raisons familiales, il a remis sa démission au directeur général Martin Mondou mercredi.

Photo: François Gervais

Partager

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Après une saison à la barre des Cataractes, Denis Chalifoux rend les armes. Le Nouvelliste a en effet appris en primeur mercredi matin que le pilote a avisé Martin Mondou qu'il ne désirait pas être de retour la saison prochaine, lui qui avait encore deux années à écouler à son entente signée l'été dernier.

Sous son règne, les Cataractes sont devenus la première équipe championne de la Coupe Memorial dans l'histoire de la Ligue canadienne de hockey à rater les séries le printemps suivant. La bande à Chalifoux a terminé au 17e et avant-dernier rang au classement général, avec une fiche de 15 victoires, 46 revers et sept autres défaites subies en prolongation.

Avec 37 points, les Cataractes ont terminé à 10 points du 16e et dernier rang donnant accès aux séries, détenu par les Sea Dogs de St. John qui ont eux aussi participé au dernier tournoi de la Coupe Memorial.

Par ailleurs, avec 154 buts marqués, les Cataractes sont passés bien près d'établir un nouveau record de médiocrité en offensive, les deux pires attaques de l'histoire dans la LHJMQ (Huskies et Drakkar) ayant enfilé 151 buts en 2010-11.

Chalifoux avait succédé à Éric Veilleux, qui a préféré s'entendre avec le Drakkar de Baie-Comeau plutôt qu'avec les Cataractes quelques semaines après la conquête du trophée le plus prestigieux chez les juniors en Amérique du Nord.

En entrevue, Chalifoux a toutefois insisté sur le fait que ce ne sont que des motifs familiaux qui l'ont guidé dans sa décision. «Ma famille est plus importante que ma carrière et quand je suis retourné à la maison, il y a une semaine, je me suis aperçu que je manquais un paquet de choses. J'ai eu la chance de border mon fils de 10 ans et de déjeuner avec lui à tous les matins depuis quelques jours et je ne veux plus rater ça», a dit Chalifoux, dont le plan initial était de déménager sa famille cet été dans la ville de l'électricité.

«J'ai été embauché en l'espace d'une semaine l'été dernier et c'était le plan. Mais depuis, ma famille s'est rendue compte des sacrifices à faire pour déménager et ça ne lui tentait pas de partir d'un milieu où on s'est enraciné. Or, j'ai trimballé ma famille un peu partout quand j'étais joueur, je ne veux plus le faire maintenant. Ma priorité, c'est la famille», répète-t-il.

Chalifoux martèle que les résultats de l'équipe n'ont rien à voir dans l'équation. «Même si nous avions joué pour ,500, j'aurais eu le même coup de masse dans le visage quand je serais retourné à la maison. Ce qui s'est passé cette année a eu zéro incidence sur ma décision. Au contraire, je viens de passer la pire saison du cycle de trois ans, de belles choses s'en viennent pour cette équipe. J'ai vécu une année enrichissante, j'ai beaucoup appris.

«Je sais que je suis capable de diriger dans cette ligue, ce que j'ai vécu cette saison a fait de moi un meilleur coach. Un jour, quand ma situation familiale va changer, je vais vouloir probablement revenir dans la Ligue. Mais pour l'instant, je veux mettre mes énergies ailleurs», souligne l'ex-vedette du Titan de Laval, qui veut tuer toutes les rumeurs qui pourraient insinuer que Martin Mondou et lui n'étaient pas sur la même longueur d'ondes.

«Il a toujours été honnête avec moi, il y avait du respect entre nous. Je lui ai d'ailleurs dit que je voulais rester attaché à l'organisation s'il avait un autre rôle à me confier. Pas comme dépisteur, mais je me verrais aider les jeunes de l'organisation, d'une manière ou d'une autre. Les Cataractes, c'est une organisation de première classe.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Cataractes: un appel à Guy Boucher!

    Hockey junior

    Cataractes: un appel à Guy Boucher!

    Martin Mondou n'est pas tombé en bas de sa chaise lorsque Denis Chalifoux l'a prévenu mercredi matin qu'il abandonnait son poste d'entraîneur-chef. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer