Cataractes: quel gâchis!

Hugo Campeau a cédé à cinq reprises contre... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Hugo Campeau a cédé à cinq reprises contre le Phoenix, mais il ne peut pas tout faire à lui seul...

Stéphane Lessard

Partager

Sur le même thème

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Afin de se replacer au plus fort de la course pour une place en séries, les Cataractes avaient impérativement besoin d'une victoire face au Phoenix de Sherbrooke dimanche après-midi, qui les devançait par cinq points avant de se pointer au Centre Bionest au 16e et dernier rang donnant accès aux séries. Pourtant, c'est une performance bien insipide que les hommes de Denis Chalifoux ont offert face à ce club d'expansion, qui en a profité pour signer un gain de 5-2.

Rarement cette saison les Cataractes ont paru aussi amorphes, ce qui est inexcusable compte tenu de l'importance du match. Des revirements à la pelle, des passes molles, des pénalités  ridicules, une implication physique déficiente et l'absence totale de créativité en zone ennemie, voilà autant d'éléments qui ont rendu la vie facile au Phoenix.

Hugo Campeau a bien réussi quelques miracles en début de match mais les visiteurs ont fini par le percer, à force de bénéficier d'autant de surnombres.

Même un filet spectaculaire de Raphaël Girard en échappée lors d'un désavantage numérique  - son premier en carrière en deuxième alors que la marque était de 2-0 en faveur du Phoenix - n'a pas réussi à réanimer les locaux, encore une fois incapables de profiter de leurs opportunités en avantage numérique.

Avec un tel scénario, le Phoenix n'a senti que très rarement les Cataractes lui souffler dans le cou et Jacob Gervais-Chouinard n'a fait face qu'à 19 lancers.

«C'est difficile à expliquer ce qui s'est passé. On dirait que les trois matchs en quatre jours nous ont rattrapés. On n'avait pas d'énergie, pas de jump, et notre focus n'était pas là. Combien d'échappées a-t-on données?», soupirait Chalifoux, agacé par la condition physique de ses joueurs.

«Toute l'année, on a eu du mal à bien faire quand on jouait deux matchs en deux jours. Pourtant on travaille fort dans les pratiques, les gars patinent beaucoup. Hier on a joué à quatre trios justement pour contrer ce problème mais ça n'a pas fonctionné. On va se pencher sérieusement là-dessus», a promis Chalifoux.

«C'est sûr, les méthodes d'entraînement de Denis sont différentes d'Éric (Veilleux). Ce n'est pas la même mentalité. Éric était plus strict, plus sévère. C'est peut-être l'une des causes de la défaite, mais ce n'est pas la principale à mon avis», analysait pour sa part Félix-Antoine Bergeron. «C'est très décevant, il fallait ces deux points.»

Vincent Arseneau semblait accablé par cette défaite mais il ne croit pas que ses coéquipiers et lui soient en mauvaise forme. «La fatigue est plus mentale que physique selon moi. On s'entraîne et on patine aussi fort que les autres équipes. Ce soir, les vétérans n'ont pas fait le boulot et c'est inacceptable vu l'importance de ce match. On vient de se compliquer la vie pas mal.»

Même si l'écart se creuse entre les Cataractes et le Phoenix à la suite de cette contre-performance, Chalifoux prétend que son club croit toujours en ses chances de mériter son ticket pour la grande valse du printemps.

«Ça demeure notre objectif de participer aux séries. Il reste 28 matchs à jouer et 56 points à disputer. C'est certain qu'on doit se prendre en main et arrêter d'échapper des matchs importants comme celui d'aujourd'hui, mais moi, je continue d'y croire », tranche-t-il.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Premiers points pour le Phoenix en 2013

    Phoenix

    Premiers points pour le Phoenix en 2013

    Simon Desbiens a marqué deux buts pour mener le Phoenix de Sherbrooke à une victoire de 5-2 sur les Cataractes de Shawinigan dimanche au Centre de la... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer