Les unités spéciales des Cataractes flanchent

Les Sea Dogs signent un gain de 2-1

Deux équipes hyper  talentueuses, un aréna plein à craquer. Du jeu  robuste,... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Sylvain Mayer

Steve Turcotte
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Deux équipes hyper talentueuses, un aréna plein à craquer. Du jeu robuste, hargneux et des défensives qui ont eu le dessus sur des attaques pourtant dévastatrices. On a beau être seulement au début février, ça sentait les séries à plein nez samedi au Centre Bionest et dans ces conditions, c'est logique que ce soit les unités spéciales qui départagent les deux rivaux. Celles des Sea Dogs ont éclipsé celles des Cataractes et les visiteurs ont donc signé un gain de 2-1 pour repousser les hommes d'Éric Veilleux à trois points d'eux et de la tête du classement général.

C'est Jonathan Huberdeau qui a tranché l'intense débat dans la dernière minute de la troisième période, alors que les Cataractes devaient se défendre à court d'un homme, résultat d'un coup à la tête porté par Jonathan Racine à l'endroit... du capitaine des Sea Dogs.

Si Huberdeau a été forcé de retraiter au vestiaire, il est rapidement revenu sur la surface de jeu et il s'est vengé de la meilleure façon possible en battant Gabriel Girard pendant que l'autoroute décarie s'était invitée dans son enclave. La rondelle a franchi la ligne de quelques millimètres mais elle a néanmoins permis aux équipiers de Gérard Gallant d'empocher les deux points à l'enjeu.

Une scène terriblement frustrante pour les quelque 4200 personnes réunies sur l'avenue des Cèdres compte tenu que les Cataractes avaient bousillé plus tôt dans la période un jeu de puissance de cinq minutes accordé en raison d'une charge à la tête de Jason Cameron sur Kirill Kabanov qui, contrairement à Huberdeau, n'a pas été en mesure de rester dans le match.

Même s'ils ont dominé les Sea Dogs 38-25 au chapitre des tirs au but, les Shawiniganais ont vu leur jeu de puissance être stoppé en cinq visites au bâton, pendant que leurs rivaux frappaient deux circuits en pareilles circonstances.

Maximilien LeSieur a été le seul à déjouer Mathieu Corbeil-Thériault samedi, au terme d'une mini-échappée qu'il a couronnée par une feinte qui a servi à glisser la rondelle entre les jambières du portier format géant.

S'il a regardé derrière lui à quelques reprises et qu'il a accordé quelques retours appétissants, ce fut la seule fois que le vétéran de 20 s'est fait traverser et il a été élu la première étoile du match. À l'autre bout de la patinoire, Girard avait cédé devant son vieux chum Charles-Olivier Roussel en fin de deuxième période.

Les Sea Dogs ont gâché la fête cet après-midi au Centre Bionest. Grâce à deux bus sur le jeu de puissance, les champions en titre ont signé un gain de 2-1 sur les Cataractes dans un duel physique dont l'enjeu était la tête du classement général. C'est Jonathan Huberdeau qui a brisé l'égalité de 1-1 en fin de troisième en touchant la cible lors d'une pénalité majeure imposée à Jonathan Racine.

Un mot en terminant sur Brandon Gormley, qui a pris le chemin de l'hôpital en ambulance après le match, lui qui a été coupé au cou par un patin. Il semble toutefois que c'était par mesure préventive. Reste que le match fut éprouvant pour le défenseur vedette, qui avait été blessé en deuxième période après avoir lourdement chuté sur la rampe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer