Comme à Hollywood, ou presque

Denis Villeneuve... (Associated Press)

Agrandir

Denis Villeneuve

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Quand, en 2011, le film Revenge a remporté l'Oscar du meilleur film étranger, coiffant Incendies de Denis Villeneuve, certains, réunis à la salle Yvon-Guimond de Gentilly, avaient remis leurs espoirs sur une éventuelle «prochaine fois». Ils avaient raison: six ans plus tard, on y est.

Denis Villeneuve et Jeremy Renner sur le plateau... (Associated Press) - image 1.0

Agrandir

Denis Villeneuve et Jeremy Renner sur le plateau de tournage d'Arrival.

Associated Press

En mieux parce que Denis Villeneuve est aujourd'hui en nomination comme meilleur réalisateur, que son film L'arrivée est en nomination dans huit catégories dont la plus prestigieuse: meilleur film de l'année.

En mieux aussi parce qu'un comité organisateur s'est remis au travail à la hâte pour organiser une autre soirée en hommage au cinéaste gentillois. Et comme à Gentilly, on déteste faire les choses à moitié, on bâtit sur l'expérience de 2011 avec l'intention avouée de faire mieux. La première soirée de gala avait pourtant été un beau succès. 

«Dans notre tête, il est clair qu'on ne veut pas aller en deçà de ce qui avait été fait la dernière fois, explique Steve Brunelle, du comité organisateur. Heureusement, on peut compter sur deux mots magiques: Denis Villeneuve. Tout le monde est prêt à nous donner un coup de main pour lui rendre hommage.»

On parle d'un comité organisateur de huit personnes et d'une trentaine de bénévoles, ce qui est assez remarquable quand on sait que le Carnaval de Gentilly, qui sollicite chaque année beaucoup de bénévoles, vient à peine de se terminer.

La soirée se déroulera au Club de golf de Gentilly, dès 19 h, dans une salle aménagée pour accueillir confortablement 250 personnes, mais dont les dimensions permettront de dépasser ce nombre. Comme l'invitation est lancée à tout le monde et que l'entrée est libre, on peut s'attendre à ce que ce soit le cas.

La cérémonie sera retransmise sur écran géant. Pendant les pauses, on assurera une animation à travers laquelle on va explorer plus à fond l'exceptionnelle carrière de Denis Villeneuve. 

«On pense que c'est important de mettre en lumière tout ce qu'il a accompli au cours de sa carrière. Bien sûr, les gens d'ici connaissent Denis, mais il est quand même parti tôt pour étudier à Montréal alors, c'est pertinent de faire le tour de tout ce qu'il a accompli depuis.»

La priorité est évidemment donnée à la famille de sorte que quelques tables sont réservées pour les parents du cinéaste et les amis proches. 

«On ne voulait pas le faire sans la famille, clame Steve Brunelle. On a rencontré les parents de Denis pour s'assurer qu'ils peuvent vivre cette soirée comme ils le souhaitent. Ils avaient été énormément sollicités il y a six ans et cette fois-ci, ils espèrent pouvoir profiter davantage de la cérémonie, ce qui est parfaitement compréhensible. Ils ont accepté de participer parce qu'ils sont touchés par l'enthousiasme de la communauté devant les succès de leur fils.»

Le comité organisateur a réussi à attirer des invités très intéressants. D'abord, Jessica Coon, professeure du département de linguistique de l'Université McGill qui a collaboré au film L'arrivée et inspiré le personnage principal interprété par Amy Adams. Également, Carol Roy, propriétaire du ranch de Saint-Flavien sur lequel la plus importante partie du tournage a eu lieu. Également, Mme Héméla Pourafzal, une restauratrice montréalaise qui a bien connu Denis dès son retour de la Course Europe-Asie et que le cinéaste surnomme sa «maman de Montréal» assistera à la soirée.

«Ce qui importe pour nous, dit Steve Brunelle, c'est que les gens soient reçus de belle façon. Nous sommes super chanceux d'avoir l'occasion de souligner le talent exceptionnel d'un des nôtres et de démontrer comment nous savons faire les choses ici à Gentilly.»

Denis Villeneuve étant emporté dans un tourbillon dont on ne peut que difficilement mesurer l'ampleur avec son travail sur Blade Runner 2049, les organisateurs n'ont pas pu lui parler directement, mais il a été informé de ce qui se trame dans son village natal et s'en dit très touché. «Il était même étonné que les gens d'ici aient organisé quelque chose. Pour nous, c'est une façon de nous réunir pour célébrer le succès d'un des nôtres et ainsi montrer aux plus jeunes que tout est possible, même quand on vient d'un petit coin de pays.»

Les parents de Denis Villeneuve, Nicole et Jean... (François Gervais) - image 2.0

Agrandir

Les parents de Denis Villeneuve, Nicole et Jean Villeneuve, sont agréablement surpris de l'énergie qui est investi pour souligner la nomination de leur fils aux Oscars.

François Gervais

Une légitime fierté locale

Interrogé à savoir s'il allait assister à la soirée en hommage à Denis Villeneuve dimanche soir, le maire de Bécancour Jean-Guy Dubois a éclaté de rire: «Tu peux être sûr que je vais être à Gentilly! Puis en grandes pompes à part ça!»

C'est un peu l'esprit qui règne dans la vaste municipalité ces jours-ci alors qu'un enfant du coin pourrait recevoir une des récompenses les plus prestigieuses dans le monde du cinéma. «On sent que la fierté se répand partout dans la ville. Certaines municipalités se targuent qu'un joueur de la Ligue nationale de hockey soit originaire de chez eux et avec raison. Mais avec Denis, on parle d'une reconnaissance à l'échelle de la planète.»

«Dans un petit milieu comme le nôtre, c'est certain que tout le monde est très fier des succès d'un des leurs. Denis est aussi un magnifique exemple pour les plus jeunes, il leur montre que les plus grands rêves sont accessibles. Il vient d'une famille très impliquée dans son milieu, des gens qui sont la simplicité même et pourtant, il fait partie des meilleurs réalisateurs de cinéma au monde. Moi, je rêve qu'on ait un jour à Bécancour un Festival du film Denis Villeneuve au cours duquel on ne présenterait que ses oeuvres.»

Chez les Villeneuve, Jean, le père, se dit étonné par l'ampleur de ce qui a été mis en place pour dimanche. «J'avoue qu'on est agréablement surpris. On sent bien la fierté des gens et ça nous touche. On trouvait déjà que ce qui avait été organisé en 2011 était extraordinaire et là, ils remettent ça!»

«En 2011, ma femme et moi, on avait tenu à envoyer un petit mot pour remercier les gens qui s'étaient impliqués dans la soirée. On ne se doutait pas qu'il y en avait autant: ça nous a fait 64 mots de remerciements à envoyer! Et là, je ne suis pas au courant, mais il va peut-être y en avoir autant. C'est assez exceptionnel. Les organisateurs nous ont dit qu'ils veulent faire mieux que la première fois mais je ne sais pas comment ils vont faire!»

«C'est un peu gênant de voir tout ce qui est mis sur pied mais de notre côté, on est tellement fiers de notre fils qu'on ne peut pas refuser. Denis est au courant de l'initiative et je sais qu'il est touché. Ça reste son milieu et il conserve un attachement à son coin de pays même si son travail ne lui laisse plus le temps d'y revenir régulièrement.» Même ses parents ont de la difficulté à suivre sa trace dans un emploi du temps qui déborde de partout. 

Comment évaluent-ils les chances de leur fils de repartir avec l'Oscar du meilleur film ou du meilleur réalisateur? «C'est difficile à dire mais Denis lui-même nous a dit qu'il ne croit pas avoir de chance de gagner. Il est sincère quand il dit que le seul fait d'être en nomination est une consécration en soi. S'il fallait qu'il gagne, ce serait la cerise sur le sundae mais il est conscient d'être en compétition avec des films très appréciés.»

Il est vrai que l'hommage à Hollywood qu'est Pour l'amour d'Hollywood (La la Land), grand favori, est susceptible de plaire tout particulièrement aux gens de l'industrie. «Denis croit que c'est exactement le genre de film qui plaît à Hollywood. L'arrivée, réalisé en grande partie au Québec avec une équipe majoritairement québécoise est moins susceptible d'avoir la faveur des votants.»

«Peut-être le film pourrait-il gagner pour le mixage ou le montage sonore, poursuit Jean Villeneuve. Ma femme et moi on vient de le revoir pour une troisième fois et j'ai remarqué des détails qui m'avaient échappé jusqu'ici comme la qualité du son, qui est vraiment extraordinaire.» Il reconnaît d'ailleurs dans cette attention aux moindres détails, la minutie dont a toujours fait preuve son fils. 

«Je sais que Denis serait comblé si des membres de l'équipe technique repartaient avec un Oscar. Quand il a du succès, Denis dit toujours que c'est à cause des autres. À un moment donné, je lui ai dit qu'il est trop modeste. S'il réussit aussi bien, il doit bien avoir quelque chose à voir là-dedans! Je pense qu'il peut s'accorder un peu de mérite.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer