Directeur musical de Céline: le contrat ultime pour Scott Price

Scott Price a succédé à Claude «Mégo» Lemay... (La Presse)

Agrandir

Scott Price a succédé à Claude «Mégo» Lemay comme directeur musical de Céline Dion.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Josée Montminy
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Comme le dit l'expression, les souliers étaient grands à chausser lorsque Scott Price a pris la relève de Claude «Mégo» Lemay comme directeur musical de Céline Dion en avril 2015. Mégo avait suivi la chanteuse pendant 28 ans, vivant avec elle et son entourage toutes les étapes de son ascension vers la gloire internationale. Plus d'un an après son entrée en poste, Scott Price considère son intégration dans l'équipe de Céline Dion comme «l'ultime contrat».

Scott Price décrit ainsi la dernière année: «mouvementée, pleine d'action, stimulante à beaucoup de niveaux, pas juste au niveau musical». Claviériste, compositeur et directeur musical, ce diplômé du Conservatoire royal de Toronto avait déjà travaillé avec Céline Dion. Il avait notamment agi comme claviériste lors de sa tournée Incognito, à la fin des années 1980, et en 2008, il dirigeait l'orchestre de 31 musiciens l'accompagnant sur les Plaines d'Abraham dans le contexte du 400 e anniversaire de la Ville de Québec.

«C'est très motivant, travailler avec Céline. Elle reçoit, et elle est généreuse aussi. Elle motive, elle apprécie quand on travaille pour elle. Pour un musicien, la position dans laquelle je suis c'est comme le contrat ultime qu'on peut avoir. Pas juste pour les choses évidentes; pas juste parce que oui, tu joues devant 15 000, 20 000 personnes et tout est dans une grandeur et une amplitude énormes», commence Scott Price en parlant de son travail avec la chanteuse.

«Mais même quand il n'y a personne d'autre... Même jouer du piano dans un studio tout seul avec Céline Dion, et que personne ne va nous entendre sauf nous deux, c'est très gratifiant, parce que c'est une artiste de top calibre. Elle n'est pas rendue où elle est pour rien. Elle est tellement investie dans la musique, que pour une autre personne qui a autant d'amour pour la musique comme moi, partager des moments musicaux avec une personne comme elle, c'est très enrichissant», apprécie le musicien.

Scott Price a déjà collaboré avec une longue liste d'artistes, allant de Diane Dufresne à Charles Aznavour en passant par Roch Voisine, Robert Charlebois, Petula Clark, Ginette Reno, Michel Louvain, Isabelle Boulay, Maxime Landry et Éric Lapointe. Il a aussi composé de la musique pour la télévision, le théâtre et le cirque, en plus d'assurer la direction musicale des galas Juste pour rire et des tournées de Star Académie.

Heureuse de rerouver ses fans

Professionnellement, Scott Price a vécu avec Céline Dion des moments marquants pour elle au plan personnel. Il était là quand elle est remontée sur la scène du Colosseum de Las Vegas en août 2015 après l'année sabbatique qu'elle s'était accordée pour être auprès de son mari et complice René Angélil, affligé par la maladie. Il l'a aussi accompagnée en février dernier, sur la même scène, quand elle a offert son premier concert après le décès de son époux.

A-t-il remarqué une différence dans la façon de chanter de Céline Dion, dans son attitude sur scène depuis qu'elle a repris ses activités professionnelles, autant à Las Vegas qu'en Europe et au Québec, où elle a chanté depuis février? «Musicalement, non, il n'y a pas de différence. Elle est toujours investie à 100 %. Je la sens heureuse de renouer avec le public. Je sens qu'elle et heureuse de ressentir l'amour et l'interaction qui existe entre elle et ses fans», observe-t-il.

Scott Price (au piano sur la photo) et... (La Presse) - image 2.0

Agrandir

Scott Price (au piano sur la photo) et ses musiciens accompagnent Céline Dion à Las Vegas, et dans sa tournée québécoise.

La Presse

De Las Vegas à Trois-Rivières

Depuis août 2015, Scott Price et ses musiciens ont donné des dizaines de représentations du spectacle de Céline Dion en résidence dans la salle du Caesars Palace de Las Vegas. Un tout autre spectacle, majoritairement en français, a été élaboré pour une tournée amorcée à Anvers, en Belgique, au début de l'été. La chanteuse a aussi joué neuf soirs à Paris avant de retraverser l'Atlantique pour passer une bonne partie de l'été au Québec.

Céline Dion a occupé la scène du Centre Bell de Montréal dix soirs et celle du Centre Videotron de Québec cinq soirs. Elle terminera cette tournée estivale à l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières les 30 et 31 août.

«C'est une autre sorte de spectacle, une autre sorte d'encadrement. À Las Vegas, au Caesars Palace, on fait partie d'un entertainement package qui est la ville de Las Vegas au complet. Mais être avec Céline Dion en tournée, les gens viennent la voir; ils viennent la voir au Caesar Palace aussi, mais ce n'est pas pareil. Le show est plus long cette tournée-ci, et majoritairement francophone. Céline a beaucoup de plaisir à chanter en français», observe Scott Price, en précisant que la chanteuse a choisi elle-même les titres au programme.

«Ce sont des chansons qui la touchent beaucoup, qui représentent où elle est dans sa vie présentement», indique le directeur musical. On sait qu'elle a ouvert ses spectacles de l'été avec Trois heures vingt, entendue aux funérailles de son mari en janvier, et qu'elle a chanté L'amour existe encore et Vole (composée par Jean-Jacques Goldman lors du décès de sa nièce Karine, dans les années 1990) en fin de programme. Des chansons plus rythmées comme River Deep, Mountain High témoignent aussi d'une autre énergie.

Au Québec, comme chez soi

Après plusieurs mois intenses passés au Nevada et un séjour en Europe, Scott Price apprécie jouer au Québec. «J'adore ça. C'est tellement agréable! C'est sûr qu'être à Las Vagas c'est l'fun, mais on s'ennuie de chez soi. J'ai toujours aimé jouer dans la ville de Québec. J'ai commencé à faire du club ici quand j'avais 18 ans, 20 ans. Je jouais au Cercle électrique dans le temps...», se souvient-il.

«J'ai toujours trouvé les publics à Québec super généreux et c'est encore le cas. Montréal, c'est pareil. C'est chez moi. Trois-Rivières aussi, ce sont de belles expériences. J'y ai joué avec Diane Dufresne dans sa tournée Top Secret. Je me souviens avoir joué quelque chose de bien l'fun avec Jim Corcoran à la salle J.-Antonio-Thompson. J'ai joué à Trois-Rivières pas mal. Chaque show que j'ai fait on faisait escale à Trois-Rivières», ajoute celui qui n'a pas encore vu l'Amphithéâtre Cogeco mais qui dit avoir hâte de le découvrir.

Pour Scott Price, il n'y a pas de petit spectacle et la taille d'une ville ou d'une salle n'altère en rien le plaisir de jouer. «Il n'y a aucun show qui n'est pas important, et pour Céline c'est pareil. Qu'il y ait 50 personnes ou 50 000, on est toujours là. C'est drôle, parce que lorsqu'on a fait le spectacle sur les plaines en 2008, il y avait plus de 250 000 personnes, et je pense que c'est plus stressant de jouer devant 500 personnes. On a l'impression qu'elles entendent tout ce qu'on fait, tandis que lorsque c'est une immense foule dehors, des fois ça devient un peu abstrait.»

Le spectacle de Trois-Rivières sera le même que celui présenté à Montréal et à Québec. Une trentaine de musiciens, incluant des ensembles de cordes et de cuivres, soutiendront la voix de Céline Dion. «Ça va être un gros show, ça va être une grosse affaire! C'est big! On va vous donner un bon spectacle», promet Scott Price.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer