Le policier «Shotgun» Ménard ne lâchait jamais le morceau

Le canal Historia consacre trois épisodes à la carrière intempestive du... (Courtoisie Bell Média)

Agrandir

Courtoisie Bell Média

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le canal Historia consacre trois épisodes à la carrière intempestive du policier Robert Ménard, celui qui, entre autres, avait le courage et la témérité de s'infiltrer au sein des milieux les plus dangereux: FLQ, crime organisé, mafia italienne. Rien ne l'arrêtait. Il raconte ces années à vivre avec le danger à une époque où les moyens technologiques et les produits intelligents n'existaient pas.

D'une voix forte, quand il n'est pas sous le coup de l'émotion, Robert Ménard raconte comment il aurait pu devenir un délinquant incontrôlable. Son indiscipline d'alors l'a envoyé passer quatre ans au Mont Saint-Antoine, école de réforme de l'époque. Là, il fut pris en charge par le Frère Julien qui en a fait un homme, dira-t-il. Et voilà que, devenu policier, Robert se donne entièrement à ses fonctions et se transforme en un redoutable espion capable de déjouer les plus aguerris des gangsters. En 16 ans d'infiltration, il a endossé 17 identités différentes.

Aujourd'hui, le corps perclus de cicatrices et de douleurs, vestiges du passé, l'octogénaire explique que c'est la rage et son «12 à canon court» qui l'ont gardé en vie. Son fils Marc aura eu moins de chance: alors qu'il s'apprêtait à devenir policier à son tour, il fut diagnostiqué d'un cancer du cerveau qui ne lui a laissé aucune chance. Une souffrance qui s'ajoute au bagage déjà trop lourd du vieux Shotgun Ménard, le mercredi 10 août, 21 h.

Casino: le trio joue et gagne

En trois heures, le réalisateur Martin Scorsese, Robert De Niro et Joe Pesci nous imprègnent de l'atmosphère de Casino, un drame opposant Sam «Ace» Rothstein, directeur du Tangiers, la plus grosse boîte de Las Vegas, à Nicky Santoro, un Italien de la plus pure tradition mafieuse.

Sam veut mener les choses à sa manière. En tant que joueur expérimenté, il connaît toutes les ficelles du métier et sa formule pour attirer toujours plus d'argent fonctionne parfaitement. Contrairement à Nicky, rapide à s'emporter et n'hésitant pas à devenir violent, celui-ci prône la terreur pour s'élever au-dessus de la mêlée. Survient Ginger (Sharon Stone), prostituée d'une irrésistible beauté, qui vient bouleverser le coeur de Sam. Pour l'épouser, il lui accorde tout ce qu'elle désire. Mais Ginger est une paumée, qui pour fuir la réalité, ce mariage consenti sans amour, sombre dans l'alcool et la drogue.

Ne supportant plus de vivre aux côtés d'un homme qu'elle déteste, elle demande protection à Nicky qui voit là sa chance de renverser la donne et prendre avantage sur Sam. Mais les choses vont irrémédiablement beaucoup plus loin que prévu. À Télé-Québec, ce dimanche, 21 h.

Le favori des lions

Le 10 août, proclamé Journée internationale des lions, Explora rediffuse, le mercredi, 18 h, Ma vie avec les lions. Pour des raisons qu'on n'arrive pas à s'expliquer, Kevin Richardson, un zoologiste sud-africain, semble avoir un lien privilégié avec le roi de la jungle et quelques autres amis sauvages. Il peut les flatter, dormir avec eux, approcher les lionceaux, se baigner avec les lionnes, bref, il a toutes ses entrées au royaume des félidés. Mais Kevin Richardson souhaiterait surtout abolir la chasse qui a décimé, à ce jour, plus de 300 000 bêtes. N'en reste plus que 25 000 qui pourraient disparaître si rien n'est fait.

Les relations homme-femme ne sont-elles pas un sujet intarissable de discussion, de comparaison, de dérision, offert à tout humoriste le moindrement observateur? Quoi de plus sensible, de plus électrique, de plus explosif que la chimie entre conjoints? À Juste pour rire 15 - Les têtes de turc des Québécois - Sexe opposé, animé par Anaïs Favron et Maxim Martin, il sera amusant de voir comment la nouvelle génération d'humoristes (Cathy Gauthier, Pierre Hébert, Mariana Mazza, Virginie Fortin, Simon Gouache, Dominic Paquet) aborde l'inépuisable sujet. Participent également au spectacle, Anne-Élisabeth Bossé, Jean-François Breau, Marie-Ève Janvier, Charles Lafortune, ce dimanche, 19 h, à TVA.

Déjà, enfant, Yves Saint Laurent savait que sa vie serait consacrée à la haute couture. Et quand il a rencontré Pierre Bergé, son conjoint, l'un et l'autre ont su que ce serait pour la vie. Et effectivement, leur union a duré 50 ans. Ensemble, ils ont élaboré la maison de couture devenue une gigantesque entreprise. Yves Saint Laurent, icône des hautes sphères de la mode, a constamment réinventé, innové, transformé l'image de la femme. Le documentaire L'Amour fou rend compte de toutes ces années à ne viser que le beau. À Radio-Canada, le mercredi 10 août,

0 h 30.

À RDI: le lundi 8 août, 20 h, débute une série de cinq documentaires consacrés aux Nazis: une autre histoire et à cette époque de la Deuxième Guerre mondiale. Le premier épisode traitera d'un dossier classé secret.

À TVA: les lundis 8 et 15 août, 20 h, Anthony Kavanagh joue à domicile et ses multiples personnages racontent des tranches d'une vie partagée entre Paris et Montréal, puis? Val-Bélair, Verdun? Enfin, tous ces endroits où l'homme «multitâche» a posé le pied.

À ARTV: instant privilégié que celui où le chef d'orchestre et violoniste Yehudi Menuhin s'attaque à une oeuvre d'André Prévost. Cette pièce fut initiée par une vive émotion alors que le compositeur venait de perdre sa mère. Nous sommes témoins de l'évolution de l'intégration de cette Cantate pour cordes par un orchestre de jeunes virtuoses dirigés par maestro Menuhin qui expliquera que «La musique est là pour nous rapprocher de tout ce qui est fondamental». Menuhin/Prévost, une aventure créatrice, d'une durée de trois heures, ce dimanche, 19 h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer