Shawinigan dans le coeur

Les Invincibles ont marqué la carrière de Rémi-Pierre Paquin.... (Radio-Canada)

Agrandir

Les Invincibles ont marqué la carrière de Rémi-Pierre Paquin.

Radio-Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) L'attachement de Rémi-Pierre Paquin pour sa région natale ne peut faire de doute. Même après le départ du Festival de Théâtre de rue de Shawinigan, le comédien est demeuré fidèle à sa Mauricie, revenant volontiers y travailler ou se divertir à son chalet sur les bords de la Saint-Maurice.

Pour la récente publicité des restaurants Saint-Hubert dans laquelle il fait équipe avec Pierre-François Legendre, à quel organisme a-t-il remis son cachet? Au Centre Roland-Bertrand de Shawinigan.

Le comédien sera de retour les 13 et 14 février en tant que président d'honneur du Shawicon, nouveau volet du Festival Interglacial de la BD et des univers givrés, l'événement culturel hivernal de Shawinigan. Il aurait pu ne faire que de la représentation, il fera bien plus: il a entraîné ses complices de la série culte Les Invincibles pour célébrer avec le public le 10e anniversaire de la série. «J'avais pensé à le faire dans le cadre du Comicon de Montréal mais ça n'a pas pu se réaliser, dit-il. Quand, par la suite, on m'a parlé du Shawicon, j'ai compris que c'était encore bien mieux. C'est vraiment spécial pour moi que ce soit Shawinigan qui soit l'hôte de cette célébration spéciale des Invincibles

Les Invincibles ont assurément marqué sa carrière et la télévision québécoise. «Pour moi personnellement, il y a eu un avant et un après Les Invincibles. C'était une excellente série qui se démarquait des autres. En plus, les autres interprètes principaux sont mes amis depuis plus de 20 ans. Que cinq chums, incluant le coscénariste et réalisateur Jean-François Rivard, se retrouvent et puissent faire ensemble une série télévisée et qu'en plus, elle connaisse le succès qu'on sait, c'est une chance incroyable. Ça mérite qu'on en célèbre l'anniversaire.»

Et à quoi en attribue-t-il le succès? «Je pense que c'est le portrait d'une génération et que les spectateurs se sont reconnus dans les personnages. Dans nos séries, les personnages manquaient souvent de réalisme. Un héros pouvait travailler dans un club vidéo mais il habitait dans un super beau penthouse. Les nôtres étaient ancrés dans la réalité et avaient le côté sans glamour de la vie quotidienne de tout le monde. C'était l'fun à jouer. En plus, mon personnage jouait de la musique comme moi j'en fait alors, c'était proche de moi, ça me ressemblait. Pas surprenant que j'aie eu autant de plaisir à l'interpréter.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer