La talent a parfois besoin d'acharnement

Guy Brière... (François Gervais)

Agrandir

Guy Brière

François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Houde
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Le talent a parfois besoin de passion, de patience et d'acharnement pour offrir à un artiste la percée qu'il souhaite. On en veut pour exemple le parcours de l'auteur, compositeur et interprète trifluvien Guy Brière qui lançait récemment son second album intitulé Heille, mais là!

Cet album, réalisé dans son propre studio par l'artiste de 43 ans fait suite à Traces et contrastes lancé à l'automne 2013. Brière garde le cap en n'offrant que des chansons originales qui, sur les onze plages du CD, explorent différents styles musicaux tous liés par l'omniprésente plume poétique de l'auteur qui fait surgir d'une langue bien ancrée dans le quotidien les images et des propos dans lesquels tous peuvent se reconnaître et souvent, avec un sourire.

Dans le cas de son premier opus, les spectacles ont suivi la sortie de l'album qui a aidé le musicien à se faire connaître du grand public. Dans ce cas-ci, à l'inverse, plusieurs chansons ont été jouées en spectacle et contribué, par leur succès, à ce que l'album se fasse. Brière a la chance de pouvoir compter sur un noyau de musiciens qui lui sont fidèles depuis plus de sept ans et qui ont apporté leur contribution pour créer le nouvel album. Ce sont François Plante, qui a travaillé aux arrangements et à la réalisation, Alexandre Rousseau, à la basse et Michel Blanchette, à la batterie.

«C'est sûr que pour percer dans ce métier, il faut faire preuve de patience et d'un certain acharnement, explique Guy Brière. Le plus gros plaisir que j'ai, c'est d'écrire, de trouver un nouveau filon à exploiter. Comme on a travaillé à partir de mes installations techniques à la maison, on a pris tout le temps nécessaire pour le peaufiner et je suis vraiment très content du résultat. Ce que j'aime beaucoup, au niveau du contenu, c'est la variété des genres qu'on aborde.»

Appelé à identifier ses influences, il parle de Plume Latraverse, Richard Desjardins, Renaud ou même Brassens. «Ce sont des artistes qui n'ont pas peur d'aborder certaines choses de façon loufoque au même titre qu'ils peuvent susciter l'émotion ou aborder des sujets sociaux et c'est tout à fait mon cas. En spectacle, je suis content de provoquer le rire autant que je peux faire monter les larmes. J'étais déjà dans cette optique avec Traces et contrastes mais on a peaufiné le travail davantage cette fois-ci. Mon écriture se raffine avec le temps parce que je suis très exigeant envers moi-même là-dessus.»

Si la chose est vraie pour l'auteur, elle l'est tout autant pour le compositeur qui tient toujours à amener ses musiques à un niveau supérieur en profitant de l'expertise de ses musiciens qui y mettent évidemment leur grain de sel bien que l'album porte la double signature, paroles et musiques, de Guy Brière et ce, d'un bout à l'autre. Sur les onze chansons de Heille mais là! la plupart sont des oeuvres récentes mais on en retrouve certaines qui datent un peu. Par exemples, il a enregistré les chansons qui lui ont permis de gagner le concours de la relève du FestiVoix en 2012 de même que le concours Des chansons plein La Tuque en 2009. «Je ne cours pas nécessairement les concours mais les bourses que j'ai gagnées ont été investies dans mon studio. Par ailleurs, remporter un concours c'est toujours un encouragement très apprécié surtout quand ça vient de tes pairs.»

Le Trifluvien espère évidemment que le plus de gens possible entendront sa musique mais surtout, que ce nouvel opus lui permette de présenter de plus en plus de spectacles, particulièrement l'été prochain alors que les différents festivals constitueront une belle cible pour lui et son groupe.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer