LA REVUE AMERICAN STORY SHOW

La trame sonore de l'histoire américaine

Kim Richardson, Rick Hughes et Marc-André Fortin sont... (photo: François Gervais)

Agrandir

Kim Richardson, Rick Hughes et Marc-André Fortin sont les trois têtes d'affiches de la revue American Story Show qui sera présentée du 30 juillet au 1er août et du 6 au 8 août prochains à la salle J.-Antonio-Thompson.

photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Myriam Lortie
Le Nouvelliste

(Trois-Rivières) Tantôt intimiste, tantôt grandiose, le spectacle American Story Show, présenté dès jeudi à la salle J.-Antonio-Thompson de Trois-Rivières, promet de ramener des souvenirs à la surface par les sonorités familières qu'il propose.

Pour cette revue musicale de l'histoire des États-Unis de 1960 à 1999, la production mise sur un trio d'artistes à première vue inattendu. Complémentaires de par leur style, Kim Richardson, Rick Hughes et Marc-André Fortin, unis par la passion, se partageront la scène le temps de donner vie à une centaine de classiques.

Si Kim Richardson et Rick Hughes se connaissaient déjà, ils n'avaient jamais travaillé avec Marc-André Fortin. «Le mélange des trois est surprenant à la base, mais je pense que c'est ce qui fait que le spectacle se complète bien dans l'ensemble. On réussit à ne faire qu'un», explique Marc-André Fortin. «Le point le plus fort, c'est le casting. Nos trois voix ensemble. La personne qui a pensé à nous unir a eu un coup de génie», ajoute Rick Hughes.

Trois têtes d'affiches pour couvrir un large répertoire. On a d'abord choisi Rick Hughes, décrit comme un rocker jusqu'au bout des doigts. Celui qui a fait un passage remarqué à La voix en 2013 a entre autres chanté en première partie de Bon Jovi et comme choriste auprès d'Éric Lapointe. C'est Kim Richardson qui a été approchée comme voix féminine. D'abord connue comme choriste, la dame prête sa chaude voix à plusieurs styles: rock, pop, disco, house, R&B, funk, gospel, jazz, country et même classique. C'est finalement vers Marc-André Fortin, grand gagnant de l'édition 2005 de Star Académie, qu'on s'est tourné pour compléter le trio. Ce dernier raconte en riant qu'il est conscient qu'on ne l'a pas choisi pour sa voix de rocker. La répartition des chansons s'est donc faite très naturellement entre les chanteurs.

En plus des quatre musiciens qui les accompagnent, des projections sur un écran géant viendront appuyer chacune des chansons avec des archives. «Ce sont des images très fortes, très touchantes, parfois cocasses aussi. Il y a beaucoup de textes explicatifs qui situent les gens en quelques lignes. L'habillage du spectacle se fait de cette façon-là», explique Marc-André Fortin.

Dans un ordre la plupart du temps chronologique, l'histoire américaine défilera dans tous ses styles, de la balade amoureuse au rock classique. «De contraste en contraste, ça vient surprendre les gens. Pour nous c'est le fun de toucher à tout ça», poursuit le chanteur.

Bien qu'il y ait quelques interprétations plus libres, le public peut s'attendre à reconnaître les classiques américains, explique Rick Hughes. «On ne les a pas dénaturés ça c'est sûr. Même qu'à quelque part, quand on veut et qu'on peut, on s'approche de la voix originale. Le public veut retrouver les sons primaires de la chanson. Mais les gens vont quand même pouvoir se laisser surprendre.»

Il souligne le travail du directeur musical Mike Gauthier qui a fait la recherche des chansons. «Tu ne peux pas avoir plus passionné que lui. Déjà en partant, on était bien aiguillé. Avec le talent qui est sur scène, à rendre les chansons qui ont été choisies, ça fait vraiment une équipe gagnante.» Ils ont travaillé également avec Christian Sbrocca à la mise en scène.

DES SOUVENIRS QUI TRANSPORTENT

Pour les trois artistes, la musique américaine de 1960 à 1999 évoque de beaux souvenirs, souvent reliés à la famille. Née d'une mère américaine, Kim Richardson se dit touchée par ces notes. «Il n'y a que des musiques américaines qui ont joué dans notre maison. Beaucoup de souvenirs. Ma mère est chanteuse, ma tante est chanteuse, mon grand-père était dans un Barbershop quartet. Ce spectacle c'est comme une autre façon de revenir dans le passé avec de beaux sentiments. C'est un beau cadeau.»

Malgré son plus jeune âge, Marc-André Fortin a aussi des souvenirs reliés à ces chansons. «La musique américaine dans ma vie me rappelle les party de famille chez nous. Mes oncles et mes tantes assis au piano ou à la guitare, ça chantait du Elvis et il y en avait du Madonna, du country aussi beaucoup.» Il avoue que l'expérience était quand même un défi pour lui qui n'avait jamais chanté la plupart des chansons, même s'ils les connaissaient.

Rick Hughes quant à lui parle des tendances qui ont pratiquement toutes émergé aux États-Unis, que ce soit le hip-hop, le blues, le jazz, le country. «Souvent les gens donnent beaucoup de crédits à l'Angleterre parce que qu'il y a eu de grands groupes, mais ces grands groupes ont été influencés par la musique américaine. Nous aussi les Québécois on l'est souvent sans s'en rendre compte.»

Pour Rick Hughes, ce spectacle transporte par l'énergie qu'il procure. «Quand on réussit à réunir une gang de passionnés autour du même spectacle, c'est comme aller voir un bon film. Moi ça me met de bonne humeur pendant une semaine, parce que le show va m'avoir donné de la vigueur!», lance-t-il. Kim Richardson est aussi de cet avis. «On ne peux pas être déçu, il y a toujours un beau souvenir pour tout le monde.»

Rassemblés autour d'un café du centre-ville quelque jours avant la première trifluvienne, les trois chanteurs, qui ont déjà commencé leur tournée québécoise, se réjouissent de la réponse du public. «J'ai fait beaucoup de choses dans ma vie et j'ai souvent senti la foule, mais ça faisait longtemps que je ne l'avais pas senti autant», conclut Rick Hughes.

Les trois artistes seront en spectacle du 30 juillet au 1er août et du 6 au 8 août prochain, à la salle J.-Antonio-Thompson de Trois-Rivières.

Rick Hughes

Né en 1963 d'un père irlandais et d'une mère italienne, tous deux musiciens, il est le frère de la chanteuse Lulu Hughes.

En 1984, Rick signe son premier contrat de disque. Il est à l'époque leader du groupe métal Sword avec lequel il fait entre autres la première partie d'un spectacle de Metallica à Montréal.

Avec son groupe, il partage la scène au Canada et aux États-Unis avec Bon Jovi, Alice Cooper, Motorhead et Metallica, un cheminement qui l'amène à coécrire la chanson Someday avec Bon Jovi et Aldo Nova.

Il participe à l'émission La Fureur comme choriste pendant quelques années.

Il obtient deux nominations au Gala de l'ADISQ pour le Meilleur album rock anglophone de l'année (1987) et

pour l'Album rock de l'année (2006).

Il présente plus de 500 spectacles comme chanteur et choriste auprès d'Éric Lapointe.

Il compte deux albums solos: Le bout du monde (1994), Train d'Enfer (2006)

Marc-André Fortin

Originaire d'Hébertville au SaguenayLac-Saint-Jean, il remporte plusieurs concours au début des années 2000, dont le Festival de la chanson de Granby, Chanson en fête de Saint-Ambroise et Jeunes Espoirs Enfant Soleil. La même année, il joint les rangs de Québec Issime, troupe avec laquelle il partage la scène encore aujourd'hui pour plusieurs projets.

Sa carrière prend réellement son envol en 2005 lorsqu'il remporte la finale de la troisième édition de Star Académie.

Il coanime quelques émissions comme Demandes spéciales (2006), Les auditions de Star Académie en prolongation (2011) et Star Académie en prolongation (2012).

En 2010, le chanteur fait face à la maladie et surmonte un cancer de la langue.

Marc-André a plusieurs tournées à son actif, partout à travers le Québec.

Il compte trois albums solos à sa carrière: Marc-André Fortin (2007), Juste ici (2009), M'aimeras-tu encore? (2013).

Kim Richardson

Originaire de Richmond Hill en Ontario, elle est la récipiendaire de trois prix Juno: Chanson la plus prometteuse de l'année (1986), Meilleur enregistrement R&B/Soul (1987), Meilleur disque jazz contemporain (1994).

Au fil des ans, elle a accompagné sur scène plusieurs artistes tels que: Barry White, Stevie Wonder, Paul Anka, Chris de Burgh, Céline Dion, Isabelle Boulay, Garou, Diane Dufresne, Nanette Workman, Steve Hill, Luc de Larochellière, Dan Bigras et bien d'autres.

En 1990 elle participe au concert donné en l'honneur de Nelson Mandela en présence du couple Mandela.

Elle a coécrit la chanson titre du film Funkytown dans laquelle elle prend l'affiche en 2011.

Elle compte deux albums solos à son actif: Kaleidoscope (2006) et Mes amours (2011).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer